Participer
Journal du parti Franc-parler février 2021

La CEDH contre la souveraineté législative des cantons

Dans une affaire Lacatus (rien à voir avec le fameux attaquant roumain…), la Troisième Section de la Cour européenne des droits de l’homme a rendu le 19 janvier 2021 un arrêt dont on a cru pouvoir tirer l’interdiction… d’interdire la mendicité sur le domaine public. Et pourtant, même le Tribunal fédéral avait jugé la loi genevoise, en vigueur depuis 2008 sur ce point, conforme à la Convention européenne des droits de l’homme ! Cet arrêt a provoqué un certain tollé. C’est la moindre des choses.

Le motif, d’abord : l’art. 8 de la Convention, qui consacre le droit au respect… de la vie privée et familiale (cherchez le rapport !). Il faut dire que la Cour n’en est pas à son coup d’essai. C’est en effet déjà sur cette base douteuse que la Cour a cru pouvoir paralyser l’application de l’expulsion d’étrangers criminels dangereux pourtant voulue par le peuple et les cantons.

On voit déjà le problème : au-delà de l’inacceptable « créativité » de la Cour, c’est l’ingérence intolérable de cette juridiction internationale dans la souveraineté populaire, qu’il s’agisse de dispositions constitutionnelles acceptées en votation populaire ou de lois votées par des élus du peuple. On parle de droits de l’homme. Et c’est la démocratie qu’on assassine !

Un autre problème, c’est (une fois de plus !) l’ingérence de juges étrangers dans notre souveraineté législative, particulièrement dans celle des cantons. En 2020, le Grand Conseil valaisan a refusé de légiférer contre la mendicité ; c’était sa liberté et nous ne pouvons hélas que l’accepter. Le Parlement genevois, lui, avait jugé nécessaire de le faire ; et voici que le Procureur général, à cause de cet arrêt de la Cour, vient de prendre la décision tout de même inquiétante, dans un État de droit, de suspendre l’application d’une loi démocratiquement votée. Et après ? Qu’adviendra-t-il de la loi vaudoise, en vigueur depuis novembre 2018 et dont pour l’heure, le Conseil d’État vaudois, lui, refuse de suspendre l’application ?

Ça ne peut pas durer. Mais que faire, sachant qu’en novembre 2018, les Suisses ont malheureusement rejeté notre initiative de limitation « le droit suisse au lieu de juges étrangers » ?

Fidèle au serment avant tout !

Pour moi, comme parlementaire fédéral, le point de départ, c’est déjà la fidélité au serment que j’ai prêté lorsque j’ai pris ma fonction, « devant Dieu tout-puissant d’observer la Constitution et les lois ». Ce serment nous fait un devoir à nous tous, élus fédéraux : garantir que la Suisse (c’est d’ailleurs ce qui la guette avec l’accord-cadre institutionnel) ne se transforme pas progressivement en une simple colonie de l’Union européenne.

Pour protéger nos libertés et notre souveraineté (c’est un comble, mais c’est la réalité), dénoncer la Convention européenne des droits de l’homme ? Les propositions déposées dans ce sens ont jusqu’ici toutes échoué. Si l’on considère que l’art. 8 de la Convention est devenu un problème, il reste une variante intermédiaire : dénoncer cette convention pour y réadhérer immédiatement, mais avec une réserve concernant cette disposition pour y réadhérer immédiatement, moyennant toutefois une réserve portant au moins sur le droit au séjour et sur la mendicité. C’est ce que mon collègue Yves Nidegger souhaite proposer au Conseil national. Je soutiendrai évidemment cette intervention.

Dans l’immédiat, la Suisse garde un droit pour défendre sa souveraineté et celle des cantons : demander le renvoi de la cause Lacatus devant la Grande Chambre de la Cour. Il est encore temps. Pour le cas où le Conseil fédéral ne l’aurait pas déjà décidé, j’interviendrai moi aussi au Conseil national pour lui demander de le faire.

partager l’article
par l’auteur
UDC conseiller national (VS)
Articles
Journal du parti
partager l’article
18.02.2021, de Marco Chiesa
Les mesures du Conseil fédéral contre le Covid-19 façonnent nos existences et provoquent des dommages importants sur... lire plus
Journal du parti
partager l’article
18.02.2021, de Magdalena Martullo
Lors de la pandémie de coronavirus, le conseiller fédéral Alain Berset a pris la main et mis... lire plus
Journal du parti
partager l’article
18.02.2021, de Monika Rüegger
Un règlement a été établi pour presque tout lors du deuxième confinement. Seuls les professionnels qui travaillent... lire plus
Journal du parti
partager l’article
18.02.2021, de Piero Marchesi
Le voile intégral est un symbole de l'Islam politique, utilisé par les misogynes islamiques pour soumettre les... lire plus
Journal du parti
partager l’article
18.02.2021, de Andreas Aebi
Le 7 mars, nous voterons sur l'accord de libre-échange avec l'Indonésie. Je peux recommander de voter OUI... lire plus
Journal du parti
partager l’article
18.02.2021, de Fabrice Moscheni
La votation du 7 mars sur l’accord de libre-échange avec l’Indonésie est positive pour préserver l’emploi des... lire plus
Journal du parti
partager l’article
18.02.2021, de Jean-Daniel Chardonnens
La nouvelle loi sur le CO2 prévoit une future taxe de 12 ct. par litre d’essence à... lire plus
Journal du parti
partager l’article
18.02.2021, de Albert Rösti
Grâce notamment à l'UDC, la population de notre pays pourra, le 13 juin prochain, se pro-noncer sur... lire plus
Journal du parti
partager l’article
18.02.2021, de Céline Amaudruz
Que la lumière soit ! - Fiat lux ! - c'est ainsi que débute la Genèse et,... lire plus
Journal du parti
partager l’article
18.02.2021, de Walter Willener
Le constat n’est guère réjouissant. Le canton de Neuchâtel perd régulièrement sa substance démographique et fiscale. Les... lire plus
Journal du parti
partager l’article
18.02.2021, de Cyrille Fauchère
C’est avec ce slogan et avec l’affiche suivante que les candidats de l’UDC du Valais romand se... lire plus
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord