Participer
Journal du parti Franc-parler juillet 2022

La neutralité Suisse ne doit pas mourir en Ukraine

Le retour à la neutralité stricte ne procède nullement d’une démarche de contemplation nostalgique du passé mais constitue au contraire la réponse active de la Suisse la plus actuelle et la plus sûre aux affrontements d’un monde multipolaire en voie de consolidation.

Comme chaque année, le premier jour du mois d’août est pour nous autres Suisses un moment de recueillement, de gratitude et de prière. Recueillement face aux sacrifices et à la sagesse de nos ancêtres, gratitude d’en avoir hérité la paix dans la liberté et prière que l’exception suisse soit durable. Au cœur de notre réflexion cette année : la neutralité, une chose qui ne se décrète pas unilatéralement car elle ne peut exister en dehors du regard de l’autre.

Lorsqu’Hitler est intervenu militairement en 1938 au motif de « libérer les Allemands des Sudètes de l’oppression tchécoslovaque », le Conseil fédéral a opté pour la « neutralité intégrale », rompant alors avec les sanctions économiques prononcées par la Société des Nations à l’encontre l’Italie et dont l’inefficacité était patente : équivalent moderne du siège militaire, les sanctions qui sont des actes de guerre n’en ont jamais arrêté aucune, la Suisse d’alors l’avait compris. Ainsi, lorsque le conflit s’est internationalisé en 1939, le Conseil fédéral a pu réaffirmer sa neutralité stricte tout en mobilisant l’armée aux frontières. Contrairement à ce qui est arrivé aux neutres européens moins strictes qu’elle, la neutralité de la Suisse fut respectée par tous les belligérants tout au long de la 2ème guerre mondiale.

La neutralité sacrifiée
En 1945, la Suisse était seule en Europe à avoir échappé aux bombardements, à l’occupation et aux déportations. Qu’est-il advenu de cette neutralité aujourd’hui ? Entrée en guerre économique aux côtés de l’Union européenne en 2022, la Suisse figure désormais sur la liste russe des nations hostiles. Et de tous les gouvernements du monde, il n’en reste qu’un seul pour croire encore en la neutralité de la Suisse, c’est le Conseil fédéral. Fatigués d’être suisses, tous les partis, à l’exception de l’UDC, se sont réjouis de ce que la Suisse renonce enfin à sa vocation propre pour s’en aller marcher au pas sous la bannière de l’Union européenne.

Les fruits amers de cette politique sont apparu immédiatement : l’invasion de l’Ukraine n’a pas cessé, elle se poursuit de plus belle et menace chaque jour de s’internationaliser, le rouble que l’on a voulu affaiblir en gelant les réserves de change russes est au plus haut, le prix des énergies et du blé a bondi, les pénuries sont programmées, l’inflation induite par la spirale du surendettement des Etats s’accélère, le peuple voit sa prospérité menacée et, pris dans l’engrenage européen, le Conseil fédéral ne peut plus protéger la population dont il a la charge.

Le temps est venu pour le peuple suisse de reprendre son destin en main. N’en déplaise au Conseil fédéral, le retour à la neutralité stricte ne procède nullement d’une démarche de contemplation nostalgique du passé mais constitue au contraire la réponse active de la Suisse la plus actuelle et la plus sûre aux affrontements d’un monde multipolaire en voie de consolidation.

partager l’article
Themen
par l’auteur
UDC conseiller national (GE)
Articles
Journal du parti
partager l’article
28.07.2022, de Marco Chiesa
Aujourd’hui, 1er août 2022, nous célébrons l’anniversaire de la Suisse, une « success story » qui dure... lire plus
Journal du parti
partager l’article
28.07.2022, de Alfred Heer
La sécurité militaire de notre pays n’est à ce jour plus garantie. L’approvisionnement énergétique et alimentaire indigène... lire plus
Journal du parti
partager l’article
28.07.2022, de Thomas Matter
Notre approvisionnement électrique est d’ores et déjà sérieusement menacé cet hiver, la faute à une politique énergétique... lire plus
Journal du parti
partager l’article
28.07.2022, de Albert Rösti
L’UDC veut maintenir un pouvoir d’achat fort via des allègements fiscaux ciblés dans le secteur des primes... lire plus
Journal du parti
partager l’article
28.07.2022, de Céline Amaudruz
Pour la gauche, le propriétaire d’un véhicule privé fait partie des possédants, il constitue donc une cible... lire plus
Journal du parti
partager l’article
28.07.2022
« Pas touche à nos rentes ! » « Ce n’est pas aux femmes de payer ! » « Travailleuses en colère ! » sont tout... lire plus
Journal du parti
partager l’article
28.07.2022, de Jean-Pierre Grin
L'initiative populaire « Non à l’élevage intensif en Suisse » sera soumise au peuple le 25 septembre.... lire plus
Journal du parti
partager l’article
28.07.2022, de Gregor Rutz
Notre droit d’asile et notre politique migratoire sont dépassés et ne sont plus adaptés aux réalités qui... lire plus
Journal du parti
partager l’article
28.07.2022, de Michaël Buffat
La réforme de l’impôt anticipé aide les entreprises et rend notre place économique attractive. La Suisse profite... lire plus
Union démocratique du centre UDC
Tel.031 300 58 58 – fax031 300 58 59 – E-Mail:info@udc.ch – IBAN:CH83 0023 5235 8557 0001 Y

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord