Journal du parti Franc-parler septembre 2022

Derrière la guerre en Ukraine, la surpopulation

Pénurie en tous genres, énergétique bien sûr mais encore alimentaire, sans parler de tous les bouleversements intervenus dans de multiples chaînes de production et de distribution, hausse des prix des carburants et j’en passe, tout ce qui va mal, c’est la faute à la guerre en Ukraine. Vraiment ? Indépendamment des effets dévastateurs de mesures Covid dont on parle moins, n’est-ce pas oublier un peu vite des phénomènes qui sont à l’origine de tendances lourdes qui affectent ou risquent de toucher durablement les pays européens et la Suisse en particulier ? Parmi eux, la surpopulation.

Nous avons la chance unique de vivre dans un beau pays. Celui-ci, toutefois, est petit. Surtout, son territoire n’est pas extensible, particulièrement la part qui peut être habitée ou utilisée par l’homme. Or, voici que depuis plusieurs années, nous nous entassons toujours plus, toujours plus nombreux dans ce petit pays. Ainsi, entre 2010 et 2020, notre population a augmenté de plus de 80’000 personnes par an. La cause essentielle est connue. Elle n’a rien à voir, hélas, avec le nombre des enfants qui naissent dans notre pays, qui souffre d’un interminable hiver démographique. Non, si notre population ne cesse d’augmenter, c’est, en sus de son vieillissement, par l’effet de l’immigration, avec un solde migratoire de plus de 60’000 étrangers en 2021, sans parler des 200’000 immigrés qui, avec les personnes déplacées par la guerre en Ukraine, pourraient arriver cette année dans notre pays.

Nous ne pouvons rester les bras croisés face à ce phénomène qui semble s’accélérer toujours plus.

Pourquoi ?

Parce que cette surpopulation, nous en vivons toujours plus les effets dévastateurs sur notre environnement aussi bien que sur notre qualité de vie. C’est la surpopulation qui est à l’origine d’une pression toujours croissante sur notre territoire et du bétonnage, sur nos réseaux routiers et ferroviaires toujours plus chargés, sur une demande toujours croissante en énergies, sur la demande en prestations sociales et de santé ou encore sur la demande en produits agricoles alors que les surfaces de production diminuent constamment. La surpopulation représente un facteur déterminant de la hausse des prix du terrain et de l’immobilier (y compris des loyers). Sa cause essentielle, l’immigration, provoque non seulement une augmentation des besoins en infrastructures scolaires, mais encore des risques pour la cohésion et le niveau scolaire de classes dans lesquelles les enseignants ne parviennent parfois plus à assimiler le nombre des élèves de langues étrangères. Une immigration qui, au passage, représente la cause essentielle de l’avancée de l’islam dans notre pays et des risques que celle-ci comporte pour notre cohésion sociale et pour notre identité.

NON à une Suisse à 10 millions d’habitants
Immigration (y compris la politique d’asile, bien sûr, que notre initiative contre l’immigration de masse, à raison, avait englobée dans ses préoccupations et qui à force qu’on en abuse et que l’on contourne ses règles, est aujourd’hui désuète et en tout cas inadaptée). Le mot est lâché. Aucun des problèmes lancinants que nous connaissons aujourd’hui, nous ne pourrons les résoudre durablement si nous ne reprenons pas le contrôle de notre immigration.

C’est à cette tâche que l’UDC, avec vous, entend s’atteler. Pour préserver notre environnement et nos paysages. Pour éviter que nous continuions à nous entasser dans une Suisse de bientôt 10 millions d’habitants et plus encore.

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse.Voir les détails Voir les détails
Je suis d'accord