Articles dans
le temps
La réduction de moitié de la consommation d'énergie coûte des milliards à la classe moyenne
25.03.2017 - Toni Brunner

La réduction de moitié de la consommation d'énergie coûte des milliards à la classe moyenne

La conseillère fédérale Doris Leuthard se présente devant la presse, la mine sérieuse: "Les Suissesses et les Suisses ont décidé. La nouvelle loi sur l'énergie a été refusée dans l'urne. Cette décision doit être respectée. Le refus a surpris tout le Conseil fédéral. Nous sommes stupéfaits, mais nous avons compris."

Retour en arrière: Nouvel An 2017

Il fait froid. Quelques membres de l'UDC, frissonnant par des températures inférieures à zéro, récoltent les dernières signatures pour le référendum contre la nouvelle loi sur l'énergie. Mission difficile, peu savent déjà de quoi il s'agit.

19 janvier 2017, Palais fédéral, Berne

68 390 signatures attestées sont remises à la Chancellerie fédérale. Les hommes et les femmes qui ont récolté ces signatures permettent au peuple de décider de cette transformation complète de l'approvisionnement énergétique suisse.

Depuis plusieurs années le Conseil fédéral et la majorité du Parlement vantent ladite Stratégie énergétique 2050. Ils édictent une nouvelle loi sur l'énergie. Et depuis des années la politique prône avec l'aide bienveillante de la presse un sympathique "tournant énergétique". On ne laisse rien au hasard.

25 mars 2017 – Assemblée des délégués de l'UDC Suisse

L'UDC est le seul parmi les grands partis politiques à annoncer la couleur et à se battre contre la nouvelle loi sur l'énergie. Elle sera le seul grand parti à s'opposer à cette irresponsable arnaque de plusieurs milliards contre la classe moyenne.

Chers Délégués et Chers Hôtes,

Nous devons arracher les masques de nos adversaires. Il faut enfin que quelqu'un parle distinctement. Les beaux yeux de Madame Leuthard peuvent sans doute impressionner beaucoup d'hommes. Mais il ne faut pas qu'ils nous aveuglent. La Stratégie énergétique 2050 du Conseil fédéral et du Parlement n'est pas une stratégie. C'est un vol sans visibilité, un commando suicide. Complètement irresponsable. Une opération à l'issue incertaine, irréfléchie, très peu suisse. Et beaucoup trop chère.

Une authentique arnaque de plusieurs milliards. La facture devra être payée par la classe moyenne. Par les travailleurs, les paysans, les artisans, les consommateurs, les locataires, les propriétaires immobiliers, les automobilistes, les chefs d'entreprise.

Que veut la Stratégie 2050 en réalité? Jusqu'en 2035 nous devons réduire notre consommation d'énergie de 43% par an et par personne en comparaison avec l'année 2000. C'est ce que dit textuellement la loi. Cet objectif ne peut être atteint que par un programme de rééducation de la population, par des mesures d'incitation, un renchérissement de l'énergie, de nouvelles prescriptions et interdictions. En d'autres termes, par une hausse massive des coûts pour nous tous. La consommation énergétique visée en 2035 correspond à celle de 1966. Voulons-nous revenir à l'âge de pierre énergétique?

La conseillère fédérale Leuthard attaque de front la classe moyenne. Voici ce qu'est en réalité la nouvelle loi sur l'énergie:

une attaque contre tous les ménages: dans son message au Parlement le Conseil fédéral annonce lui-même un coût global de quelque 200 milliards de francs jusqu'en l'an 2050. Cela fait des dépenses supplémentaires de 5 – 7 milliards de francs par an durant les 32 années à venir. Compte tenu des 8,2 millions d'habitants que compte actuellement la Suisse, ce montant représente 800 francs par habitant ou 3200 francs par an pour une famille de quatre personnes.

une attaque contre tous les travailleurs: la nouvelle loi sur l'énergie renchérira l'électricité (hausse de la RPC de 1,5 à 3,2 cts par kWh dans une première étape, puis à 5,4 cts, frais de chauffage plus élevés, essence plus chère, hausse des loyers).

une attaque contre les entreprises, les PME et les arts et métiers: augmentation des coûts de production, renchérissement de l'énergie, nouvelles prescriptions de production, remplacement des flottes de véhicules et des chauffages, interdiction des chauffages à huile.

une attaque contre les consommateurs: ce que nous avons du mal à imaginer aujourd'hui pourrait devenir réalité demain, c'est-à-dire des prescriptions nous dictant quand nous avons le droit de laver, de passer l'aspirateur, de nous doucher. L'Etat imposera-t-il bientôt des prescriptions sur la consommation et des mesures d'incitation? Interdira-t-on la consommation de viande et rationnera-t-on le café?

une attaque contre les automobilistes: ne pourrons-nous bientôt utiliser notre voiture qu'un jour sur deux? Le litre d'essence coûtera-t-il bientôt 3 francs? Le fameux professeur Anton Gunziger, qui fait la tournée des popotes pour défendre la stratégie énergétique, a-t-il raison en affirmant que le litre d'essence devrait coûter 10 à 12 francs à la suite d'une hausse du prix d'un franc par année à partir de 2018? Devons-nous changer notre voiture contre une plus faible ou nous contenter du vélo? La limitation de la vitesse sera-t-elle abaissée dans toute la Suisse?

une attaque contre les régions de montagne: prescriptions contre les voitures à quatre roues motrices, renchérissement massif de la mobilité. Les automobilistes seront encore plus qu'aujourd'hui les vaches à lait de la Nation. Nous n'avons pas tous un arrêt de tram devant la maison!

une attaque contre les paysans: un paysan a besoin d'énergie toute la journée, que ce soit pour traire, pour rouler en tracteur ou pour chauffer. Ceux qui en profiteront seront rares; la plupart devra payer de sa poche le tournant énergétique.

une attaque contre le tourisme: d'abord on protège tous les paysages possibles et imaginables de la Suisse, puis, tout à coup, sous le prétexte du "tournant énergétique", on les défigure avec un millier de nouvelles éoliennes (aussi dans les zones protégées). Les personnes qui habitent près d'une éolienne le savent bien: un bruit de fond permanent dérange les environs; les sentiers pédestres et pistes de ski de fond doivent être déplacés à cause de la glace projetée par les rotors; le sol est jonché d'oiseaux déchiquetés par les pales.

Chers Délégués, si vous pensez qu'il est utile d'économiser l'énergie et qu'une réduction de 43% n'est qu'une valeur indicative sans conséquence, vous vous trompez lourdement. Lorsque les donneurs de leçons socialistes et écologistes pourront foncer grâce au soutien complaisant du PDC, alors gare à nous! La réduction massive de la consommation d'énergie sera soigneusement surveillée, même avec un dit "smart-meter" qui contrôlera en détail la consommation d'énergie de chaque ménage. Des fonctionnaires seront engagés à cet effet et une solide bureaucratie sera mise en place. Et si les objectifs ne sont pas atteints, le Parlement devra prendre de nouvelles mesures. C'est exactement ce que prévoit la loi.

Vous le voyez bien, Mesdames et Messieurs, Doris Leuthard et ses gens comptent sur de nouvelles redevances, sur des programmes de rééducation, mais ils nous offrent principalement des illusions et de fausses promesses.

Doris Leuthard promet d'augmenter la force hydraulique. La réalité est que la production hydraulique suisse est fortement mise sous pression par les exportations d'électricité allemande provenant de centrales éoliennes et solaires massivement subventionnées. Et de toute manière, où pourrait encore augmenter en Suisse la force hydraulique?

Doris Leuthard promet de multiplier les énergies renouvelables par douze. Il faudrait pour cela au moins mille nouvelles grandes éoliennes. Où placera-t-on ces monstres à rotor dans les paysages touristiques de la Suisse? On peut bien sûr aussi installer des panneaux photovoltaïques sur chaque toit, mais ce qui compte, c'est que ces équipements produisent de l'électricité quand nous en avons besoin.

Aussi longtemps que nous ne disposons pas de techniques de stockage de l'électricité qui permettent de transférer en hiver le courant électrique produit en été, aussi longtemps que la force hydraulique est sous pression à cause du subventionnement massif des énergies renouvelables, le tournant énergétique sera un doux rêve de Madame Leuthard et un cauchemar pour nous tous.

Nous refusons de bâtir sur des rêveries. Nous voulons maintenir l'approvisionnement énergétique de la Suisse qui a fait ses preuves, qui est financièrement avantageux et fiable. Donc non à la nouvelle loi sur l'énergie!

25.03.2017 - Toni Brunner

La réduction de moitié de la consommation d'énergie coûte des milliards à la classe moyenne

La conseillère fédérale Doris Leuthard se présente devant la presse, la mine sérieuse: "Les Suissesses et les Suisses ont décidé. La nouvelle loi sur l'énergie a été refusée dans l'urne. Cette décision doit être respectée. Le refus a surpris tout le Conseil fédéral. Nous sommes stupéfaits, mais nous avons compris."

Retour en arrière: Nouvel An 2017

Il fait froid. Quelques membres de l'UDC, frissonnant par des températures inférieures à zéro, récoltent les dernières signatures pour le référendum contre la nouvelle loi sur l'énergie. Mission difficile, peu savent déjà de quoi il s'agit.

19 janvier 2017, Palais fédéral, Berne

68 390 signatures attestées sont remises à la Chancellerie fédérale. Les hommes et les femmes qui ont récolté ces signatures permettent au peuple de décider de cette transformation complète de l'approvisionnement énergétique suisse.

Depuis plusieurs années le Conseil fédéral et la majorité du Parlement vantent ladite Stratégie énergétique 2050. Ils édictent une nouvelle loi sur l'énergie. Et depuis des années la politique prône avec l'aide bienveillante de la presse un sympathique "tournant énergétique". On ne laisse rien au hasard.

25 mars 2017 – Assemblée des délégués de l'UDC Suisse

L'UDC est le seul parmi les grands partis politiques à annoncer la couleur et à se battre contre la nouvelle loi sur l'énergie. Elle sera le seul grand parti à s'opposer à cette irresponsable arnaque de plusieurs milliards contre la classe moyenne.

Chers Délégués et Chers Hôtes,

Nous devons arracher les masques de nos adversaires. Il faut enfin que quelqu'un parle distinctement. Les beaux yeux de Madame Leuthard peuvent sans doute impressionner beaucoup d'hommes. Mais il ne faut pas qu'ils nous aveuglent. La Stratégie énergétique 2050 du Conseil fédéral et du Parlement n'est pas une stratégie. C'est un vol sans visibilité, un commando suicide. Complètement irresponsable. Une opération à l'issue incertaine, irréfléchie, très peu suisse. Et beaucoup trop chère.

Une authentique arnaque de plusieurs milliards. La facture devra être payée par la classe moyenne. Par les travailleurs, les paysans, les artisans, les consommateurs, les locataires, les propriétaires immobiliers, les automobilistes, les chefs d'entreprise.

Que veut la Stratégie 2050 en réalité? Jusqu'en 2035 nous devons réduire notre consommation d'énergie de 43% par an et par personne en comparaison avec l'année 2000. C'est ce que dit textuellement la loi. Cet objectif ne peut être atteint que par un programme de rééducation de la population, par des mesures d'incitation, un renchérissement de l'énergie, de nouvelles prescriptions et interdictions. En d'autres termes, par une hausse massive des coûts pour nous tous. La consommation énergétique visée en 2035 correspond à celle de 1966. Voulons-nous revenir à l'âge de pierre énergétique?

La conseillère fédérale Leuthard attaque de front la classe moyenne. Voici ce qu'est en réalité la nouvelle loi sur l'énergie:

une attaque contre tous les ménages: dans son message au Parlement le Conseil fédéral annonce lui-même un coût global de quelque 200 milliards de francs jusqu'en l'an 2050. Cela fait des dépenses supplémentaires de 5 – 7 milliards de francs par an durant les 32 années à venir. Compte tenu des 8,2 millions d'habitants que compte actuellement la Suisse, ce montant représente 800 francs par habitant ou 3200 francs par an pour une famille de quatre personnes.

une attaque contre tous les travailleurs: la nouvelle loi sur l'énergie renchérira l'électricité (hausse de la RPC de 1,5 à 3,2 cts par kWh dans une première étape, puis à 5,4 cts, frais de chauffage plus élevés, essence plus chère, hausse des loyers).

une attaque contre les entreprises, les PME et les arts et métiers: augmentation des coûts de production, renchérissement de l'énergie, nouvelles prescriptions de production, remplacement des flottes de véhicules et des chauffages, interdiction des chauffages à huile.

une attaque contre les consommateurs: ce que nous avons du mal à imaginer aujourd'hui pourrait devenir réalité demain, c'est-à-dire des prescriptions nous dictant quand nous avons le droit de laver, de passer l'aspirateur, de nous doucher. L'Etat imposera-t-il bientôt des prescriptions sur la consommation et des mesures d'incitation? Interdira-t-on la consommation de viande et rationnera-t-on le café?

une attaque contre les automobilistes: ne pourrons-nous bientôt utiliser notre voiture qu'un jour sur deux? Le litre d'essence coûtera-t-il bientôt 3 francs? Le fameux professeur Anton Gunziger, qui fait la tournée des popotes pour défendre la stratégie énergétique, a-t-il raison en affirmant que le litre d'essence devrait coûter 10 à 12 francs à la suite d'une hausse du prix d'un franc par année à partir de 2018? Devons-nous changer notre voiture contre une plus faible ou nous contenter du vélo? La limitation de la vitesse sera-t-elle abaissée dans toute la Suisse?

une attaque contre les régions de montagne: prescriptions contre les voitures à quatre roues motrices, renchérissement massif de la mobilité. Les automobilistes seront encore plus qu'aujourd'hui les vaches à lait de la Nation. Nous n'avons pas tous un arrêt de tram devant la maison!

une attaque contre les paysans: un paysan a besoin d'énergie toute la journée, que ce soit pour traire, pour rouler en tracteur ou pour chauffer. Ceux qui en profiteront seront rares; la plupart devra payer de sa poche le tournant énergétique.

une attaque contre le tourisme: d'abord on protège tous les paysages possibles et imaginables de la Suisse, puis, tout à coup, sous le prétexte du "tournant énergétique", on les défigure avec un millier de nouvelles éoliennes (aussi dans les zones protégées). Les personnes qui habitent près d'une éolienne le savent bien: un bruit de fond permanent dérange les environs; les sentiers pédestres et pistes de ski de fond doivent être déplacés à cause de la glace projetée par les rotors; le sol est jonché d'oiseaux déchiquetés par les pales.

Chers Délégués, si vous pensez qu'il est utile d'économiser l'énergie et qu'une réduction de 43% n'est qu'une valeur indicative sans conséquence, vous vous trompez lourdement. Lorsque les donneurs de leçons socialistes et écologistes pourront foncer grâce au soutien complaisant du PDC, alors gare à nous! La réduction massive de la consommation d'énergie sera soigneusement surveillée, même avec un dit "smart-meter" qui contrôlera en détail la consommation d'énergie de chaque ménage. Des fonctionnaires seront engagés à cet effet et une solide bureaucratie sera mise en place. Et si les objectifs ne sont pas atteints, le Parlement devra prendre de nouvelles mesures. C'est exactement ce que prévoit la loi.

Vous le voyez bien, Mesdames et Messieurs, Doris Leuthard et ses gens comptent sur de nouvelles redevances, sur des programmes de rééducation, mais ils nous offrent principalement des illusions et de fausses promesses.

Doris Leuthard promet d'augmenter la force hydraulique. La réalité est que la production hydraulique suisse est fortement mise sous pression par les exportations d'électricité allemande provenant de centrales éoliennes et solaires massivement subventionnées. Et de toute manière, où pourrait encore augmenter en Suisse la force hydraulique?

Doris Leuthard promet de multiplier les énergies renouvelables par douze. Il faudrait pour cela au moins mille nouvelles grandes éoliennes. Où placera-t-on ces monstres à rotor dans les paysages touristiques de la Suisse? On peut bien sûr aussi installer des panneaux photovoltaïques sur chaque toit, mais ce qui compte, c'est que ces équipements produisent de l'électricité quand nous en avons besoin.

Aussi longtemps que nous ne disposons pas de techniques de stockage de l'électricité qui permettent de transférer en hiver le courant électrique produit en été, aussi longtemps que la force hydraulique est sous pression à cause du subventionnement massif des énergies renouvelables, le tournant énergétique sera un doux rêve de Madame Leuthard et un cauchemar pour nous tous.

Nous refusons de bâtir sur des rêveries. Nous voulons maintenir l'approvisionnement énergétique de la Suisse qui a fait ses preuves, qui est financièrement avantageux et fiable. Donc non à la nouvelle loi sur l'énergie!