Participer
Exposé

Développement de l’agriculture dans l’UE et dans le contexte de l’OMC

Les agriculteurs de l’UE disposent d’un marché de plusieurs centaines de millions de consommatrices et consommateurs pour écouler leurs produits. Plus des deux tiers du budget de l’UE sont affectés…

Les agriculteurs de l’UE disposent d’un marché de plusieurs centaines de millions de consommatrices et consommateurs pour écouler leurs produits. Plus des deux tiers du budget de l’UE sont affectés sous une forme ou une autre au secteur agricole et alimentaire. – Cela n’empêche que les prix à la production dégringolent, que des dizaines de milliers de paysans sont au bord de la ruine et descendent dans la rue pour attirer l’attention sur leur situation catastrophique. Pour éviter une escalade aux conséquences imprévisibles, l’UE distribue des contributions tous azimuts, mais il ne s’agit jamais que d’emplâtres sur une jambe de bois qui ne règlent pas le problème de fond. Le « conseil des sages » de Bruxelles s’obstine en effet à penser que la libéralisation mondiale du secteur agricole est le bon moyen pour stabiliser la situation alimentaire internationale, donc pour renforcer la paix et la justice dans le monde. On rencontre malheureusement des opinions semblables en Suisse aussi. Pourtant, la production alimentaire nationale et l’approvisionnement du pays sont, à côté de la sécurité, deux conditions essentielles à la pérennité de notre pays.

Regard révélateur au-delà des frontières suisses
Jetons donc un regard au-delà des frontières de notre pays pour voir ce qui se passe dans les pays voisins de l’UE et pour nous donner une idée de ce qui attend l’agriculture suisse si nous nous engageons aussi sur la voie du libre-échange agricole sans borne.

Notons-le d’emblée: la majorité des paysans de l’UE vont mal, parfois même très mal. Les paysans européens ont dû manifester plusieurs fois déjà cette année pour attirer l’attention du public et de la politique sur leur situation économique intolérable. La dernière fois il y a deux semaines à Luxembourg. Avec un prix du lait de 20 à 25 centimes d’euro (30 à 40 ct. suisses) par litre, beaucoup de producteurs UE sont au bord de la ruine, et cela bien que les quotas laitiers (contrôle de la quantité dans l’UE) existent toujours. L’industrie laitière allemande s’attend même à un prix mondial théorique du lait de 10 à 20 centimes d’euro (15 – 30 ct. suisses) par litre.

Dans la perspective mondiale, l’Europe est donc une région à vie chère, pour reprendre ce terme volontiers utilisé par les fanatiques de la globalisation. Les producteurs de lait européens savent très bien que la libéralisation complète du commerce agricole visée par l’OMC et l’abolition progressive des quotas laitiers jusqu’en 2015 dans l’UE signifient leur disparition pure et simple. Et cela bien que les exploitations agricoles UE aient aujourd’hui déjà atteint une taille moyenne et un niveau de rationalisation impensables en Suisse.

Dans les régions proches de la Suisse comme l’Autriche et l’Allemagne du Sud on relève aujourd’hui une nette tendance aux domaines agricoles exploités à titre secondaire. Cette évolution est une preuve supplémentaire que dans un monde de libre-échange agricole les exploitations petites et familiales peuvent tout au plus survivre comme occupations de loisirs et que la production alimentaire à proprement parler sera l’affaire de quelques grands groupes industriels travaillant à quelque part dans le monde.

Les protestations et appels au secours de nos collègues de l’UE confirment que les politiques de Bruxelles se nourrissent eux-aussi de l’illusion que le libre-échange améliorera la situation alimentaire du monde; et, paradoxalement, ces responsables sont même prêts à sacrifier leur propre agriculture dans cette guerre mondiale des prix.

Le choix appartient aux paysans, au peuple et aux cantons
Nous autres paysans suisses, nous souffririons encore bien plus d’un accord de libre-échange agricole – qu’il soit conclu avec l’UE ou dans le cadre de l’OMS – que nos collègues de l’UE. En effet, le niveau des prix est beaucoup plus élevé en Suisse qu’ailleurs; les contraintes et prescriptions sont plus sévères et les conditions topographiques plus difficiles. Alors pourquoi ne nous résignons-nous pas? Pourquoi croyons-nous encore et toujours en l’avenir de l’agriculture suisse?

L’article 140 de la Constitution fédérale donne un mandat à la Confédération et à l’agriculture. Il exige, à côté de l’approvisionnement sûr de la population en denrées alimentaires saines, la sauvegarde des bases naturelles de la vie, l’entretien des paysages cultivés et l’occupation décentralisée du territoire. Les deux dernières exigences, en particulier, ne pourraient jamais être satisfaites par une industrie alimentaire rationnalisée à outrance pour la production en masse. Il est donc indispensable de maintenir une structure de petites et moyennes exploitations familiales.

Les avis régulièrement exprimés par la population et les consommateurs nous confortent aussi dans notre conviction qu’il vaut la peine de se battre pour la conservation d’une paysannerie suisse bien vivante. Tous ensemble nous pouvons nous servir des droits démocratiques importants dont nous disposons dans ce pays pour stopper les politiques et fonctionnaires qui veulent sacrifier l’agriculture suisse sur l’autel du libre-échange européen, voire mondial. La Suisse a souvent pris dans le passé des décisions sages dont on nous a enviés par la suite – par exemple, le refus d’adhérer à l’UE. Même si cette sagesse semble avoir quitté depuis quelque temps nos responsables politiques, nous devons tout entreprendre pour que le bon sens soit retrouvé dans le domaine agricole et que l’on revienne sur des choix insensés et même dangereux. La résolution dont nous décidons aujourd’hui nous donne la bonne direction. Et notre démocratie directe nous permettra de la réaliser – une possibilité dont les peuples et les paysans de l’UE n’osent même pas rêver.

 

partager l’article
Thèmes
par l’auteur
Ernst Schibli
UDC (ZH)
plus sur le thème
Consultation
partager l’article
05.03.2019
L'UDC estime que d'importantes corrections doivent être apportées au projet de Politique agricole 22+ (PA22+). Si le... lire plus
Conférence de presse
partager l’article
22.01.2019
L'UDC Suisse a tenu conférence de presse aujourd'hui à Berne pour prendre position sur la Politique agricole... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Politique agricole

Pour une production indigène

Politique de la famille

Responsabilité individuelle au lieu de mise sous tutelle

Politique de la culture

La culture est l’affaire de la culture

Politique de l'économie

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie

Religions

S’engager pour nos valeurs

Politique de la santé

Qualité grâce à la concurrence

Politique de la sécurité

Punir les criminels au lieu de les chouchouter

Politique des médias

 Plus de diversité, moins d’Etat

Citoyen et l'Etat

Défendre la liberté menacée

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord