Participer
Exposé

La Suisse a plus que jamais besoin d’une UDC forte

J’ai la volonté et j’ai la motivation d’accomplir avec vous ce travail. Nous sommes motivés parce que la Suisse a plus que jamais besoin d’une UDC forte et parce qu’elle la mérite.

Permettez-moi pour commencer de rappeler quelques nouvelles récentes:

  • 29 octobre 2019: l’Union patronale nous annonce par écrit qu’elle ne lancera pas de référendum contre le congé de paternité même si l’UDC prend la direction de la campagne.
  • 30 octobre 2019: selon des informations parues dans la presse, l’Union suisse des arts et métiers ne lancera pas de référendum contre le congé de paternité.

Bizarre: le combat contre une augmentation des prélèvements sur les salaires est pourtant une des tâches les plus fondamentales des organisations d’employeurs.

  • mercredi, 30 octobre 2019: le Conseil fédéral approuve le message en faveur de prestations transitoires pour les chômeurs âgés. Selon ce projet, des salariés âgés qui ne trouvent plus d’emploi pourront se mettre à la retraite dès 58 ans: pendant deux ans ils toucheront les indemnités de chômage, puis ils pourront réclamer les prestations transitoires jusqu’à l’âge normal de la retraite. Ainsi, le gouvernement crée de toutes pièces une nouvelle institution sociale qui coûtera des centaines de millions, voire des milliards de francs. 

Bizarre: ce projet sort du département de la conseillère fédérale Karin Keller Suter. Une prétendue libérale crée une nouvelle institution sociale qui donne la priorité à la rente par rapport au travail. Or, les personnes concernées veulent juste le contraire: du travail et non pas une rente.

  • quelques semaines plus tôt: l’Union patronale soutient une proposition des syndicats de redistribuer les fonds du deuxième pilier moyennant un nouveau prélèvement de 0,5% sur les salaires. Ainsi, on mélange le processus de répartition du premier pilier avec le processus de prestation du deuxième pilier.

Bizarre: il s’agit là d’une revendication typique de la gauche. 

Mais est-ce vraiment si bizarre? Ces décisions sont-elles le fruit du hasard? N’ont-elles aucun rapport entre elles?

Nul besoin d’être devin pour répondre à ces questions. Ces décisions obéissent à une seule et unique logique:

La majorité du Conseil fédéral et des associations économiques tente par ces décisions d’embarquer les syndicats et la gauche afin qu’ils soutiennent l’accord-cadre avec l’UE et que le gouvernement puisse le signer. Le fait que leurs décisions causent des dommages énormes à l’économie suisse ne les gêne nullement. 

La question n’est pas de savoir si cela se produit. L’unique question est de savoir quand cela se produit. Il va de soi que les syndicats continueront de faire monter les enchères pour obtenir de nouvelles prestations sociales. Ces prétendus avantages sociaux et quelques précisions insignifiantes apportées par l’UE à l’accord-cadre leur permettront ensuite de fêter bruyamment un grand succès dans les négociations, puis de soutenir l’accord-cadre en le qualifiant d’important acquis pour la sauvegarde des accords bilatéraux. Ils savent pourtant parfaitement que cet accord-cadre signifie en réalité la fin de la voie bilatérale et l’asservissement de la Suisse à l’UE par le biais de la reprise automatique de droit UE et de sa subordination aux jugements de la Cour de justice UE. Et au cas où le peuple suisse aurait l’outrecuidance d’accepter un référendum contre une nouvelle loi UE, Bruxelles recevrait explicitement le droit de prendre desdites mesures compensatoires, en clair des sanctions punitives contre la Suisse. 

A ce moment-là, l’UDC sera le seul parti du pays qui aura la force et le courage d’expliquer à la population qu’en acceptant cet accord-cadre la Suisse sacrifie des acquis obtenus au fil de plusieurs siècles, à savoir la liberté, l’indépendance, le fédéralisme, la subsidiarité et, finalement, la sécurité et la stabilité, si bien que jamais cet accord ne doit être signé.

La Suisse aura alors besoin d’une UDC forte – plus que jamais. Nos adversaires savent très bien que l’UDC est capable d’empêcher ce rattachement à l’UE, comme elle a réussi à empêcher l’adhésion à l’EEE il y a 27 ans. Voilà pourquoi ils ont soigneusement évité durant la campagne électorale cette thématique si importante pour la Suisse. Ils ont reporté des décisions comme le milliard pour la cohésion de l’UE, préférant diffamer quasi quotidiennement notre parti et ses personnalités par des allégations servant à détourner l’attention de leurs dissimulations. 

La volonté commune de nos adversaires de faire subir à l’UDC une défaite électorale totale n’a cependant pas abouti.

Pour la sixième fois consécutive, l’UDC est sortie des élections en tant que première force politique du pays, loin devant ses concurrents. Quant au PLR, il paie le prix fort pour sa politique de girouette dans les dossiers de l’Europe et du climat. Le PS a réalisé le plus mauvais résultat de son histoire et le PDC a été largement dépassé par les Verts. 

Dans ce contexte politique, nous pouvons parfaitement démarrer en position de force dans la nouvelle législature. Toutefois, compte tenu de la modification des rapports de force au Parlement, nous devrons plus souvent atteindre nos objectifs politiques par le biais de votations populaires. 

Plus d’un quart des électrices et électeurs nous ont donné un mandat clair:

  1. sauvegarder la liberté de la Suisse, donc en particulier faire échouer l’accord-cadre avec l’UE dans une votation référendaire.
  2. freiner l’immigration grâce à la votation sur l’initiative de limitation.
  3. empêcher la hausse des impôts, taxes et redevances ainsi que de nouvelles interdictions et obligations en lançant un référendum contre la nouvelle loi sur le CO2.

Il est navrant de constater que nous sommes seuls à défendre ces positions qui sont pourtant essentielles dans une politique de droite. Nous y voyons cependant une chance à saisir pour notre parti, une chance de compenser les pertes douloureuses subies lors des dernières élections. 

La conclusion des constats que je viens de faire est évidente: notre parti n’a pas besoin d’ouvrir une nouvelle discussion sur ses valeurs et sur les thèmes de sa politique. 

Il va de soi que je ne suis nullement satisfait du résultat des élections. Les pertes en pour cent de suffrages et en nombre en sièges sont douloureuses. Nous devons ouvertement et sans tabou analyser de concert avec les partis cantonaux quelles erreurs nous avons commises et quelles mesures nous devons prendre pour les corriger. 

Mais je peux d’ores et déjà vous assurer une chose: c’est avant tout un dur travail de fond qui nous attend pour activer le travail politique quotidien dans les sections, recruter des membres, promouvoir la relève et mobiliser lors des campagnes électorales et de votation. 

Nous constatons aussi que les électrices et les électeurs punissent tout particulièrement les sections qui s’offrent le luxe de disputes internes, dont les membres ne respectent pas la ligne du parti et qui ne travaillent pas suffisamment. Ces attitudes sont honteuses et doivent à tout prix être évitées à l’avenir. Les intérêts du parti doivent toujours passer avant les intérêts personnels. 

partager l’article
par l’auteur
UDC conseiller national (BE)
plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
12.11.2019
Durant la session d'hiver à venir, le Parlement fédéral examinera le projet dudit milliard pour la cohésion... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
06.11.2019
La décision du Conseil fédéral de maintenir à 1% le taux d'intérêt minimal dans la prévoyance professionnelle... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
01.11.2019
Réuni aujourd'hui à Glattfelden (ZH), le comité de l'UDC Suisse a décidé de soutenir un éventuel référendum... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Armée

La sécurité de la population.

Institutions sociales

Garantir les institutions sociales – combattre les abus.

Politique d'asile

Corriger enfin le chaos qui règne dans la politique d’asile.

Sport

Un esprit sain dans un corps sain.

Formation

Stopper les réformes prétentieuses et irréalistes– revenir à une formation axée sur la pratique.

Politique concernant les étrangers

Ramener l’immigration à un niveau raisonnable.

Agriculture

Pour une production indigène.

Energie

Pour un approvisionnement énergétique qui a de l’avenir.

Religion

Nous engager pour nos valeurs.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord