Participer
Exposé

Le but du GSSA, une Suisse sans armée ? Non, une Suisse sans armée suisse

Tous les peuples du monde ont une armée sur leur territoire, la leur ou bien celle du voisin. On entend dire souvent du GSsA qu’il mérite certes tous les reproches du monde, mais pas celui de…

Tous les peuples du monde ont une armée sur leur territoire, la leur ou bien celle du voisin.

On entend dire souvent du GSsA qu’il mérite certes tous les reproches du monde, mais pas celui de cacher son agenda. Un groupement qui s’appelle lui-même « pour une Suisse sans armée » ne fait pas mystère de ses objectifs et s’il milite aujourd’hui pour inscrire une armée facultative dans la Constitution c’est qu’il pense, et sur ce point il a raison, que cette modification conduirait à terme à la fin de l’armée suisse, ce qui est à la fois son but stratégique et son but statutaire.

On reprochera en revanche aux autres gentils démocrates, ceux qui prétendent soutenir cette modification non pas, disent-ils, pour aider le GSsA à démolir l’armée suisse mais parce qu’ils seraient supposément convaincus des mérites propres de ce texte – moins de dépenses publiques, plus de tempos pour la vie professionnelle et pour les enfants – d’être les idiots utiles d’une option stratégique aux conséquences pourtant parfaitement claires. Ainsi des arguments tels le coût important d’une armée de milice, même si elle est moins chère qu’une armée professionnelle, ou la faible probabilités d’une déclaration de guerre de la part du Lichtenstein, voire de l’Allemagne et de la France sont, sur le plan purement militaire, s’entend, sont tout simplement hors sujet.

Par ailleurs, à y réfléchir de plus près, le GSsA n’est peut-être pas aussi transparent qu’il semble l’être quant à ses réels objectifs.

Nul besoin d’être un prix Nobel en stratégie militaire pour le savoir que tous les peuples du monde, à de très rares exceptions près, ont une armée stationnée sur leur territoire. La question, la seule, étant de savoir s’il s’agit de leur propre armée ou de celle de leur grand voisin. Ainsi, le véritable objectif du GSsA, ce n’est pas « une Suisse sans armée », c’est illusoire et le GSsA le sait très bien, mais « une Suisse sans armée suisse ».

Quant à la méthode, nul besoin d’être un prix Nobel en psychologie des adolescents pour savoir qu’à 19 ans, un effort aussi important que le service militaire n’est pas de ceux qu’un jeune homme, ou qu’une jeune femme, moyen s’impose spontanément, comme ça, pour le plaisir de renoncer à sa jeune liberté, de sacrifier son temps, son plan de carrière, ses loisirs et ses sorties, pendant que les copains s’amusent et pour une durée qui à cet âge parait être une éternité.

Les volontaires seront rares, leur motivations inégales et leur qualité sujettes à caution.

Quelle serait la réaction de la gauche face à la proposition d’inscrire dans la Constitution que : 1. Nul ne peut être astreint à payer des impôts et 2. La Suisse a un service fiscal volontaire ? C’est pourtant le même texte que celui de l’initiative du GSsA, juste appliqué à une autre obligation du droit actuel : que ceux qui aiment payer des impôts, et ils sont nombreux, en paient ! La plupart des Suisses payent leur impôts sans se plaindre, ils déclarent eux-mêmes tous les revenus sur lesquels ils entendent être taxés et ils sont fiers de contribuer ainsi au financement des routes, des écoles, des hôpitaux. Pourquoi forcer ceux qui n’aiment pas cela ? Libérés de cette obligation, certains réduiront leur temps de travail et auront ainsi plus de temps pour leur enfants, d’autres trouveront dans l’absence d’impôts obligatoires une forte incitation à travailler plus pour gagner plus. Tout cela aura un effet très positif sur l’économie et sur la société tout entière. Ceux qui aiment l’impôt en paieront plus et paieront mieux, alors que ceux qui n’aiment pas cela seront enfin libérés d’une coutume ancestrale aussi cruelle que génératrice d’abus. Bien sûr, l’Etat rencontrerait quelques difficultés pour établir son budget faute de connaître le nombre des volontaires de l’année, mais la liberté est à ce prix.

La gauche sait très bien que sans obligation de payer l’impôt, il n’y aurait bientôt plus de ressources pour l’Etat et que sans l’obligation de servir, il n’y aurait rapidement plus d’armée suisse en Suisse. Le nombre et les motivations des volontaires devenant incertains, l’organisation de la sécurité civile et militaire du pays deviendrait impossible en plus d’être hors de prix. De plus, en renonçant à la conscription universelle, c’est au caractère démocratique et populaire de l’armée de milice suisse que l’on renoncerait, au profit d’escadrons de professionnels, beaucoup moins d’hommes pour beaucoup plus d’argent avec beaucoup moins de transparence. Ces escadrons seront intégrés à l’OTAN et au système de défende européen qui n’est ni suisse, ni démocratique, ni populaire. Tel est la vraie perceptive proposée par le GSsA : une Suisse sans obligation de servir, puis une Suisse sans armée suisse, au final une Suisse sous commandement militaire étranger.

N’en déplaise aux « progressistes », défendre des institutions qui ont fait leurs preuves, comme le fédéralisme, la démocratie directe et l’obligation de servir au sein d’une armée populaire de milice, ne procède pas de la contemplation nostalgique d’un passé révolu C’est au contraire le moyen le plus actuel et la plus sûr pour la Suisse d’aujourd’hui de se réconcilier avec elle-même pour faire face aux grands défis du XXIème siècle : la disparition des frontières, l’immigration de masse et la pertes des repères identitaires induits par la primauté du droit économique international.

C’est pour cela aussi qu’il faut dire Non le 22 septembre 2013.

partager l’article
Thèmes
par l’auteur
UDC conseiller national (GE)
plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
16.05.2019
L'UDC se voit confirmée dans sa position par les rapports complémentaires demandés par la ministre de la... lire plus
Consultation
partager l’article
14.01.2019
L'UDC rejette ce projet inutile. Pour pouvoir coopérer à l'avenir dans le domaine de l'entraide judiciaire en... lire plus
Journal du parti
partager l’article
21.11.2018, de Jean-Luc Addor
Le référendum contre la révision de la loi sur les armes imposée par l’UE, c’est parti !... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Soutenir la propriété – renforcer la liberté

Non aux expropriations, oui à la protection de la sphère privée.

Environnement

Un environnement où il fait bon vivre aujourd’hui et demain.

L’être humain, la famille, la communauté

Responsabilité individuelle au lieu de mise sous tutelle.

Energie

Pour un approvisionnement énergétique qui a de l’avenir.

Politique concernant les étrangers

Ramener l’immigration à un niveau raisonnable.

Nous sommes la patrie

La Suisse a sa propre histoire, une histoire marquée par sa diversité culturelle, ses traditions, ses valeurs et par les femmes et les hommes qui cohabitent pacifiquement dans ce pays.

Culture

La culture n’est pas une tâche de l’Etat.

Médias

Plus de diversité, moins d’Etat.

Sécurité, droit et ordre

Protéger les victimes et pas les délinquants.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord