Participer
Exposé

Non à l’inutile initiative anti-armes de la gauche!

Le titre de cette initiative populaire sonne bien. Qui donc ne voudrait pas se protéger contre la violence des armes? Cependant, ce projet est trompeur et ne tient nullement les promesses faites…

Le titre de cette initiative populaire sonne bien. Qui donc ne voudrait pas se protéger contre la violence des armes? Cependant, ce projet est trompeur et ne tient nullement les promesses faites par ses auteurs.

Cette initiative a été lancée par le GSSA et divers autres groupements de gauche. Elle est soutenue par les socialistes et les Verts.

Le Conseil fédéral, la majorité du Conseil national et du Conseil des Etats ainsi que les partis bourgeois rejettent l’initiative.

Voici les exigences de l’initiative anti-armes:

  • obligation de certifier le besoin d’une arme et la capacité de l’utiliser pour pouvoir acheter et détenir une arme;
  • instauration d’un registre central des armes auprès de la Confédération;
  • interdiction de garder l’arme de service à domicile;
  • interdiction des « armes particulièrement dangereuses ».

Voici les raisons qui font que cette initiative est inutile:

  • La législation suisse dans le domaine des armes à feu est sévère.
    Renforcées en 2008, la loi sur les armes, la loi militaire et les ordon-nances y relatives règlent tout ce qui est raisonnablement nécessaire pour garantir la sécurité concernant les armes.
  • Aujourd’hui déjà chaque canton tient un registre sur l’acquisition des armes à feu.
    L’échange de données est réglé en cas de besoin. Il est prévu d’harmoniser les registres. Un registre central supplémentaire est donc inutile. En revanche, cette initiative ignore ceux qui représentent effectivement un danger. Aucun criminel ne demandera jamais un permis d’arme, aucun criminel ne fera jamais enregistrer son arme.
  • L’armée et la politique ont beaucoup fait pour empêcher les abus avec les armes de service. Les conscrits sont aujourd’hui systématiquement contrôlés pour éviter que des armes soient remises à des personnes potentiellement dangereuses. En outre, chaque membre de l’armée a la possibilité de déposer gratuitement son arme dans un arsenal et, lorsqu’il est libéré de ses obligations militaires, il doit présenter une autorisation d’acquisition pour pouvoir garder son arme de service. Le fusil d’assaut que les jeunes tireurs reçoivent en prêt est démuni de la culasse. De surcroît, ces jeunes doivent avoir au moins 18 ans.
  • L’initiative anti-armes est d’autant plus inutile que les membres de l’armée ne peuvent plus emporter des munitions à domicile. En clair: toutes les armes de service gardées à domicile sont sans munition! Des actes commis sous l’effet de l’émotion – argument souvent avancé par les initiateurs – sont donc inimaginables, voire carrément impossibles.
  • Aujourd’hui déjà il est impossible d’entrer tout simplement dans une armurerie pour y acheter une arme à répétition. Cela est interdit et il faut une autorisation spéciale du canton pour acquérir une telle arme.
  • L’application de cette initiative superflue entraîne un coût unique de 6,4 millions de francs, puis des dépenses annuelles de 11,2 millions de francs à charge de l’Etat. Donc, une fois de plus les contribuables paieraient la facture des caprices de la gauche. En contrepartie de ces coûts et charges administratives, la sécurité ne s’améliore pas d’un iota.
  • Toutes les statistiques criminelles prouvent que l’immense majorité des délits sont commis avec des armes acquises illégalement. Selon la statistique policière officielle, environ 12’000 délits violents ont été enregistrés en 2008. Dans seulement 2% des cas il y a eu recours à des armes à feu. Le Conseil suisse de la paix ose néanmoins prétendre que dans 80% des cas des armes à feu illégales ont été utilisées!

L’initiative anti-armes est trompeuse et n’empêche aucun crime violent. Elle n’a strictement aucun effet contre l’utilisation criminelle d’armes et ignore aussi complètement les causes réelles des violences domestiques et des suicides. L’initiative anti-armes a pour seul effet d’alourdir la bureaucratie et coûte des millions aux contribuables. Elle constitue une attaque contre l’armée de milice; elle est une menace pour le sport de tir et l’exercice de la chasse.

L’initiative anti-armes est trompeuse et hypocrite: sous le couvert de la lutte contre la violence, des auteurs poursuivent un tout autre objectif:

la suppression de l’armée.

Simultanément cette initiative détruit une ancienne tradition suisse et mine des valeurs bien helvétiques comme la liberté, la confiance, la res-ponsabilité individuelle, la sécurité et l’indépendance.

Je vous prie de donc de rejeter l’initiative trompeuse « pour la protection face à la violence des armes » et de recommander au peuple d’en faire autant.

 

partager l’article
Thèmes
par l’auteur
SVP conseillère nationale (BE)
plus sur le thème
Journal du parti
partager l’article
21.11.2018, de Jean-Luc Addor
Le référendum contre la révision de la loi sur les armes imposée par l’UE, c’est parti !... lire plus
Consultation
partager l’article
10.10.2018
L'UDC soutient cette modification de la loi sur le service civil parce qu'elle s'attaque enfin au problème... lire plus
Consultation
partager l’article
19.09.2018
Une défense nationale crédible est la condition indispensable à la sauvegarde de l'indépendance, la neutralité et la... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Politique financière

Plus pour la classe moyenne, moins pour l’Etat

Propriété

Contre l’expropriation, pour la protection de la sphère privée

Le cas particulier suisse

Pour une Suisse indépendante et sûre d’elle

Politique de la formation

Système de formation axé sur la pratique au lieu de réformes à répétition

Politique de la santé

Qualité grâce à la concurrence

Politique de la famille

Responsabilité individuelle au lieu de mise sous tutelle

Citoyen et l'Etat

Défendre la liberté menacée

Politique d'asile

Régler enfin le chaos dans le secteur de l’asile

Politique agricole

Pour une production indigène

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Recommander cette page par E-Mail


Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord