Participer
Exposé
Conférence de presse de 26. septembre 2011

Schengen nuit à la Suisse – Dublin est sans effet

Coûts en hausse – plus de demandes d’asile – moins de sécurité – moins de souveraineté: voilà le triste bilan des accords de Schengen et de Dublin dont on nous avait vanté l’utilité pour la Suisse…

Coûts en hausse – plus de demandes d’asile – moins de sécurité – moins de souveraineté: voilà le triste bilan des accords de Schengen et de Dublin dont on nous avait vanté l’utilité pour la Suisse. Les traités Schengen/Dublin paraissent certes judicieux, mais en théorie seulement. Dans la pratique, ces concepts mégalomaniaques ne fonctionnent pas. La Suisse doit donc résilier ces accords et mettre elle-même de l’ordre dans le domaine de l’asile.

L’évangile selon Schengen – « Les frontières intérieures peuvent être franchies partout sans contrôle de personne » – part du principe que les frontières exté-rieures de l’espace Schengen sont sévèrement contrôlées. Or, tel n’est malheu-reusement pas le cas. Même le commissaire UE responsable de ce dossier a ad-mis que la frontière extérieure en Mer méditerranée était devenue incontrôlable.

Attaque contre la souveraineté nationale (restante): contrairement aux termes de l’accord de Schengen, Bruxelles entend décider seule si un pays membre de l’espace Schengen peut provisoirement fermer ses frontières en cas d’événements particuliers.

Schengen, l' »Europe sans frontière », est devenu définitivement un espace d’insécurité: augmentation massive de la criminalité importée en raison de la criminalité transfrontalière, bandes criminelles, trafic de drogues, immigration clandestine (intervention UDC 11.3056 refusée).

Des problèmes énormes ont également surgi dans le secteur des visas. La Suisse a perdu sa souveraineté en matière de visas. Presque tous les ressortissants des Balkans n’ont plus besoin de visa (intervention UDC 11.3055 refusée).

Explosion des coûts – on a menti au peuple: au lieu de dépenses annuelles de 7,4 millions de francs et d’économies de 80 à 100 millions dans le domaine de l’asile (déclaration du Conseil fédéral en 2005), ces coûts ont explosé et le nombre de requérants d’asile a massivement augmenté. L’accord de Schengen a coûté plus de 200 millions de francs ces cinq dernières années et les dépenses pour l’asile ne cessent de croître.

Dublin ne fonctionne pas: jusqu’à fin août 2011, seuls 2191 renvois ont pu être exécutés grâce à Schengen (c’est du moins ce qu’on prétend) pour un total de 13 000 demandes d’asile (communiqué de l’ODM du 26.1.11). Les renvois ne peuvent plus avoir lieu en Grèce. L’Italie ne pratique plus qu’un « droit d’asile de transit », les migrants étant encouragés à passer vers le nord. De nombreuses demandes ne sont même pas enregistrées, les portes des services publics concernés sont fermés pendant des mois, l’Italie n’accepte qu’un petit nombre de renvois et uniquement à l’aéroport de Rome. Faute de contrôles frontaliers, les requérants renvoyés peuvent revenir sans problème en Suisse.

Conclusion: la Suisse est elle-même responsable de ses problèmes: les constantes « réorganisations » des conseillères fédérales Widmer-Schlumpf (2008-2010) et Sommaruga (dès 2011) ont presque complètement paralysé l’Office fédéral de la migration

Mesures/exigences de l’UDC

  1. Application rigoureuse de la loi sur l’asile (révision 06: prescription théorique, aide d’urgence, durée de détention)
  2. Accélération massive des procédures, restriction des moyens de droit
  3. Procédure d’urgence pour lesdits « objecteurs de conscience » d’Erythrée (plus de 8000 depuis 2008)
  4. Pression sur le Tribunal administratif fédéral: accélérer des procédures qui traînent, imposer une organisation plus efficace, faire traiter les cas d’asile par plusieurs cours
  5. Conclusion d’accords de réadmission avec les principaux pays de provenance
  6. Renforcer les contrôles frontaliers, notamment des trains venant du sud; renforcer le CGF
  7. Faire pression sur Frontex (contrôle des frontières extérieures Schengen): repousser les migrants dans les ports de départ
  8. Résilier les accords de Schengen et de Dublin.
partager l’article
Thèmes
par l’auteur
Hans Fehr
UDC (ZH)
plus sur le thème
Journal du parti
partager l’article
13.03.2019, de Michaël Buffat
En publiant ses statistiques sur l’immigration et l’asile, la confédération tente de nous faire croire que la... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
05.02.2019
En publiant sa dernière statistique de l'asile, la Confédération cherche une fois de plus à donner l'impression... lire plus
Exposé
partager l’article
26.01.2019, de Andreas Glarner
La Suisse, l'un des pays les plus attractifs et les plus performants au monde, doté de surcroît... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Politique de la famille

Responsabilité individuelle au lieu de mise sous tutelle

Politique de la santé

Qualité grâce à la concurrence

Politique financière

Plus pour la classe moyenne, moins pour l’Etat

Politique de la sécurité

Punir les criminels au lieu de les chouchouter

Politique des étrangers

Limiter l’immigration

Politique de la culture

La culture est l’affaire de la culture

Politique de l'économie

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie

Citoyen et l'Etat

Défendre la liberté menacée

Propriété

Contre l’expropriation, pour la protection de la sphère privée

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord