Participer
Exposé
Conférence de presse de 13. août 2004

Seul contre les autres

Il est tout de même étonnant de constater que les autres partis ont enfin compris, après des années d’errements en politique d’asile et…

Il est tout de même étonnant de constater que les autres partis ont enfin compris, après des années d’errements en politique d’asile et des étrangers, que la proportion d’étrangers est trop élevée en Suisse et que cela ne peut pas continuer ainsi. Le problème, c’est qu’ils ont tiré les mauvaises conclusions de ce constat. Au lieu d’intervenir contre la cause des problèmes, donc au niveau de l’immigration et des abus sans le droit d’asile, le PDC et ses anciens conseillers fédéraux Arnold Koller et Ruth Metzler ont tenté de faciliter autant que possible la naturalisation. Ils ne se sont pas contentés de la naturalisation facilitée des conjoints étrangers admise en 1992. Non, ils n’ont pas hésité à introduire des automatismes dans la procédure de naturalisation. Pour arriver à leurs fins, ils n’ont pas seulement été soutenus par la gauche, mais aussi par les radicaux qui aiment par ailleurs à se donner des airs bourgeois. Les résultats de cette politique sont bien visibles dans les statistiques de naturalisation.

Forte augmentation du nombre des naturalisations
Durant les dix ans écoulés, environ 167 000 étrangers ont été naturalisés par la procédure ordinaire, soit autant que le canton de Neuchâtel compte d’habitants. On trouve parmi eux également des familles et des jeunes qui n’ont pas craint la voie de la naturalisation ordinaire et qui ont manifestement considéré la double prise en compte des années passées en Suisse par les jeunes étrangers comme une facilité suffisante. En tête de cette statistique, on trouve des ressortissants de Serbie et du Montenegro, puis de Turquie, d’Italie, de Bosnie et de Macédoine.

Parallèlement à l’augmentation du nombre de naturalisations ordinaires, celui des naturalisations facilitées s’est également accru, notamment à la suite de la révision du droit de nationalité en 1992. En moyenne annuelle, la Berne fédérale décidé actuellement d’environ 10’000 naturalisations. Cette statistique est emmenée par les Français, les Italiens et le Brésiliens.
Malheureusement, l’intégration ne joue manifestement pas un grand rôle dans les procédures de naturalisation facilitées. On ne tient guère compte non plus des éventuels antécédents pénaux ou de la connaissance d’une langue nationale. Le mariage avec une citoyenne ou un citoyen suisse suffit de toute évidence pour être considéré comme intégré et comme intègre. Rien d’étonnant, dès lors, à ce que les mariages fictifs soient de plus en plus nombreux.
Comment peut-on prétendre dans ces conditions que la procédure de naturalisation suisse soit restrictive, voir carrément discriminatoire? Pour argumenter de la sorte, il faut avoir d’autres intentions, notamment celle de dénigrer notre système et, une fois de plus, de culpabiliser les Suissesses et les Suisses. Nous ne sommes pas aussi ouverts que nos voisins européens, nous dit-on, ajoutant pour faire bonne mesure que nous sommes de plus en plus xénophobes, voire racistes. Et la faute, elle incombe évidemment à l’UDC.

PDC et PRD alignés sur les socialistes
Le fait est que les autres partis s’emploient à supprimer tout ce qui a fait ses preuves, donc aussi la procédure de naturalisation. Le fédéralisme, l’autonomie communale, les droits civiques, tout cela fait partie de la même charrette. Et que vive la communauté internationale des Etats! Le fait que les populations de ces pays subissant ce centralisme international ne sont pas très enthousiastes ne gêne absolument pas ces milieux. Par contre, il gêne l’UDC! Et c’est bien pour cette raison que nous nous battons pour les traditions qui ont fait leurs preuves sans pour autant nous fermer à la nouveauté – à condition qu’elle soit sensée et qu’elle ne serve pas simplement à offrir des avantages personnels à quelques individus.

Voilà pourquoi nous nous battons contre les projets de naturalisation soumis au peuple cet automne. Car l’objectif de ces projets est d’ouvrir la voie aux naturalisations en masse sans consultation des citoyennes et des citoyens. Il est infiniment regrettable que le PDC et le PRD se soient une fois de plus alignés sur les socialistes. L’addition leur sera présentée au plus tard lors des prochaines élections.

par l’auteur
Yvan Perrin
UDC conseiller national (NE)
plus sur le thème
Journal du parti
partager l’article
13.03.2019, de Albert Rösti
C’est pire que ce que l’on craignait: incroyable, totalement inadéquat, inutilisable et destructeur. Ces pensées m’ont traversé... lire plus
Journal du parti
partager l’article
13.03.2019, de Nadja Pieren
L’accord-cadre avec l’UE ne devrait pas être considéré comme une simple orientation politique prise à distance par... lire plus
Journal du parti
partager l’article
13.03.2019, de Albert Rösti
En approuvant l’accord-cadre avec l’UE, le PLR a franchi ses propres lignes rouges. Il brade des valeurs... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Politique de la famille

Responsabilité individuelle au lieu de mise sous tutelle

Politique de l'économie

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie

Politique des transports

Se déplacer librement sans obstacle chicanier

Politique sociale

Consolider les institutions sociales – combattre les abus

Politique de la culture

La culture est l’affaire de la culture

Politique des médias

 Plus de diversité, moins d’Etat

Politique Environnementale

Un environnement intact pour nous et nos descendants

Propriété

Contre l’expropriation, pour la protection de la sphère privée

Citoyen et l'Etat

Défendre la liberté menacée

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord