Journal du parti Franc-parler janvier 2016

Penser à la sécurité et aux victimes

Il va de soi que l’on doit respecter les lois lorsqu’on se trouve dans un pays hôte. Actes de violence, effractions, agressions sexuelles et abus graves à l’encontre des services sociaux ne devraient pas être tolérés. Les étrangers criminels avérés et les récidivistes incorrigibles n’ont rien à perdre en Suisse. Ils doivent retourner dans leur pays d’origine. Pour plus de sécurité pour toutes et tous. 

 
Le 28 novembre 2010, le peuple et les cantons acceptaient l’initiative populaire sur le renvoi des étrangers criminels. Depuis, le gouvernement et le Parlement n’ont eu de cesse de freiner par tous les moyens la mise en œuvre de cette décision du peuple. La législation relative à l’application de cette initiative que ces deux organes ont décidée contient une clause de rigueur qui aura pour conséquence que, comme c’est le cas aujourd’hui, pratiquement aucun étranger criminel ne sera renvoyé de la Suisse. Voilà qui équivaut à délaisser totalement les victimes et la sécurité du pays. Le 28 février, les électrices et les électeurs auront toutefois la possibilité de dire une grand OUI à l’initiative de mise en œuvre, ce qui permettra enfin de clarifier la situation et de créer plus de sécurité.

73% de tous les détenus en Suisse sont des étrangers. Pour ce qui est des cambriolages, la part des étrangers se monte à 73%, pour les viols 61% et pour les meurtres près de 58%. L’immigration de masse incontrôlée de 75’000 personnes, à quoi il faut ajouter quelque 40’000 dans le domaine de l’asile pour la seule année 2015, va également de pair avec une importante mutation des valeurs. Ces faits doivent aussi être pris en compte pour la sécurité financière de nos institutions sociales.

L’acceptation de l’initiative de mise en œuvre permettra enfin de mettre un terme au laxisme qui a caractérisé jusqu’ici la pratique suisse en matière de renvoi des étrangers criminels. Ce sont les victimes qu’il faut protéger et non pas les criminels. La sécurité est le fondement de la liberté et du bien-être. C’est la raison pour laquelle l’acceptation de l’initiative de mise en œuvre est également un signal clair doublé d’un effet préventif. Et cela ne saurait qu’être profitable à toutes et à tous, également aux concitoyennes et concitoyens étrangers honnêtes et à la place de travail suisse.

par l’auteur
UDC conseillère nationale (GE)
Articles
Journal du parti
25.01.2016
Journal du parti
25.01.2016
Journal du parti
25.01.2016
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse.Voir les détails Voir les détails
Je suis d'accord