Thèmes
Médias
Exposé

La signification de médias libres pour la démocratie directe

Dans une démocratie moderne et vivante le libre échange des opinions est d’une importance capitale. La Constitution fédérale garantit la liberté des opinions et de l’information (art. 16 cst.), la liberté des médias (art. 17 cst.), mais aussi la liberté économique (art. 27 cst.). Associée à d’autres droits fondamentaux comme la liberté linguistique, la liberté artistique ainsi que la liberté de se réunir et de s’associer, la liberté d’opinion, d’information et des médias garantit la liberté de la communication sociale, une condition indispensable au fonctionnement de chaque démocratie.

Albert Rösti
Albert Rösti
conseiller national Uetendorf

La liberté des médias comprend la liberté de la presse écrite ainsi que de la radio et de la télévision. Elle garantit une sphère protégée contre les interventions de l’Etat: il est permis d’exprimer et de diffuser sa propre opinion à l’abri des influences de l’Etat.

L’indépendance des médias des influences de l’Etat et des fonds publics est une condition élémentaire de la démocratie. Les droits de la liberté stipulés dans la Constitution fédérale protègent les citoyens et les entreprises contre les influences de l’Etat.

Malheureusement le système actuel marqué par une SSR financée par des redevances obligatoires, par des chaînes de radio et de télévision privées qui profitent également de cette manne publique et par l’aide indirecte à la presse accroît la dépendance des médias de l’Etat. Des entreprises financées ou cofinancées par l’Etat comme la SSR, Swisscom SA ou la Poste SA s’étalent dans un nombre croissant de domaines du marché médiatique qui étaient jusqu’ici réservés aux producteurs privés. Bref, la politique médiatique suisse a pris une mauvaise direction. De nombreux problèmes financiers ou qualitatifs de médias privés suisses proviennent du fait que la SSR n’offre pas un service de base comme c’est son rôle, mais propose un service complet. Les médias financés par l’Etat étouffent les producteurs privés.

Dans son nouveau document stratégique sur la politique médiatique en Suisse l’UDC présente les changements qu’ont subis le paysage médiatique et le marché suisses. Elle identifie et décrit les problèmes et propose des solutions.

Il ne s’agit absolument pas de savoir quels médias sont favorables ou défavorables à l’UDC. Il appartient aux médias de décider de l’équité des comptes rendus qu’ils proposent à leurs lecteurs et annonceurs. C’est cela, la liberté de la presse. Pour l’UDC, il s’agit bien plus des grandes lignes directrices qui doivent orienter la politique médiatique en Suisse. Cette politique doit être utile au pays. C’est notre responsabilité en tant que plus grand parti de Suisse.

Albert Rösti
Albert Rösti
conseiller national Uetendorf
 
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse.Voir les détails Voir les détails
Je suis d'accord