Participer
Journal du parti Franc-parler avril 2013

Non à encore plus de taxes

Non à une augmentation de la vignette de 150 %, non à la multiplication des taxes, frais et impôts sur le transport automobile privé, non à des conséquences désastreuses sur les finances des PME et non à la favorisation des étrangers !

Saviez-vous que les citoyens suisses n’avaient accepté la vignette en 1985 que parce qu’on lui avait promis une mesure provisoire, limitée à quelques années, pour soulager les finances fédérales ?

Dix ans plus tard, la vignette a été prolongée pour une durée indéterminée et son prix est passé de 30 à 40 francs.
Aujourd’hui, certains veulent plumer les usagers de la route sur deux et quatre roues, et ce, dans une mesure inacceptable. L’augmentation à 100 francs, ce qui représente une hausse de 150 %, vise à répercuter sur les usagers de la route le surcoût pour la Confédération résultant de la nouvelle répartition des tâches entre celle-ci et les cantons, et ce, alors qu’aucune plus-value substantielle n’est dans un premier temps générée pour les usagers. En effet, l’affectation des fonds à l’amélioration annoncée du réseau routier est une autre question. Le coût effectif des routes est par ailleurs actuellement déjà assumé à 115 % par les utilisateurs du trafic motorisé privé, de sorte que l’équilibre financier est déjà assuré.

Fonds détournés de la route
La circulation sur les routes suisses a fortement augmenté. En 20 ans, la fréquence sur les autoroutes a doublé. Pendant cette période, la population a crû d’un million de personnes, avant tout en raison de l’immigration. L’infrastructure routière est toutefois très à la traîne. Il est urgent d’adapter les voies de circulation à la situation nouvelle, de les étendre, faute de quoi on va vers la catastrophe. L’extension nécessaire coûtera sans conteste beaucoup d’argent. Certains tentent désormais d’augmenter progressivement les taxes sur la circulation, notamment le prix de la vignette autoroutière et le supplément sur le carburant. Mais est-ce justifié et nécessaire ? Si l’on observe les taxes actuelles sur la circulation privée de plus près, on constate rapidement que celle-ci apporte actuellement déjà des sommes considérables à l’État. Le revenu global de la Confédération provenant des impôts sur les routes, sur les voitures et sur les motocycles étaient déjà proches de 9.5 milliards de francs en 2011. C’était 270 millions de francs de plus que l’année précédente et correspond à presque un sixième du revenu fiscal total de la Confédération. Près de 4 milliards se sont retrouvés dans la caisse générale de la Confédération, et deux milliards environ ont été affectés aux transports publics. À cela s’ajoutent encore les impôts cantonaux sur le trafic motorisé, soit près de 2 mil-liards de francs. La charge fiscale par litre d’essence et de diesel s’élève à environ 90 centimes, donc à près de 50 % du prix total.

Une vue d’ensemble de l’extension des coûts et du financement est à présent nécessaire, tant pour la circulation automobile privée que pour le trafic ferroviaire. Les augmentations non planifiées et par petites tranches de taxes particulières telles que la vignette autoroutière, le prix de l’essence ou l’impôt sur les véhicules automobiles, tout comme le détournement des fonds générés par la route doivent être fermement rejetés. Il est grand temps d’ouvrir un débat public au niveau suisse. Et c’est au peuple que doit revenir le dernier mot !

partager l’article
Themen
par l’auteur
UDC conseiller national (SO)
Articles
Journal du parti
partager l’article
15.04.2013, de Martin Baltisser
Le marché du travail flexible et libéral, dans lequel les partenaires sociaux responsables des places de travail... lire plus
Journal du parti
partager l’article
15.04.2013, de Gregor Rutz
Les droits de participation démocratique sont un point fort de la Suisse. Le peuple peut toujours agir... lire plus
Journal du parti
partager l’article
15.04.2013
Le conseiller aux Etats Alex Kuprecht (SZ) est vice-président de la Commission de la politique de sécurité... lire plus
Journal du parti
partager l’article
15.04.2013, de Adrian Amstutz
La crise économique se prolonge dans de nombreux pays européens. Un rétablissement n‘est pas en vue, bien... lire plus
Journal du parti
partager l’article
15.04.2013, de Yves Nidegger
« La route de l’enfer est pavée de bonnes intentions ». Rien n’illustre mieux ce dicton de... lire plus
Journal du parti
partager l’article
15.04.2013, de Ulrich Giezendanner
Lorsque les premières autoroutes ont été construites, en 1964, la route a dû souscrire un emprunt auprès... lire plus
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord