Participer
Journal du parti Franc-parler octobre 2017

Les recettes du PS sont inefficaces

Six années de social-démocratie au Département fédéral de l’intérieur (DFI) ont créé plus de dégâts qu’elles n’ont porté de fruits : aucun progrès n’est perceptible, si ce n’est une bureaucratie alourdie et une redistribution encore accrue.

Six ans de politique de la santé sous l’égide du PS n’ont en rien fait progresser la situation de notre pays. Les coûts continuent d’augmenter à une vitesse fulgurante. Les propositions socialistes de redistribution au détriment de la classe moyenne et de « simplification » du système de santé perdurent. On peut notamment citer les idées indéfendables de redécoupage des régions de primes et des décisions inexplicables de réduire les rabais pour les franchises les plus élevées.

Le problème principal de l’excès de prestations
Le problème non résolu de notre système de santé est l’excès de prestations. Près de 20% des prestations sont inutiles, lourdes, contreproductives. Un allègement serait profitable et nous ferait même du bien ! Cet excès de prestations est principalement dû à un développement incontrôlé dans les cantons, sur lequel la Confédération a fermé les yeux. Ce sont les cantons qui planifient les hôpitaux, établissent les listes, octroient les mandats de prestations et distribuent les autorisations aux prestataires habilités à facturer à la charge des payeurs de primes. Les cantons favorisent en outre les sur-offres de leurs hôpitaux en y investissant des milliards. Alors que dans l’économie libre, la suroffre entraîne une baisse des prix, elle conduit dans le système de santé à une multiplication des prestations inutiles à tarifs fixes. Depuis 15 ans, le secteur hospitalier ambulatoire des cantons est en progression fulgurante et constitue la principale raison des augmentations de primes (voir schéma).

Le payeur de primes, nouvelle vache à lait de la nation
Au lieu de mettre de l’ordre, la Confédération entend à présent conférer encore davantage de compétences aux cantons : le nouveau projet relatif à l’admission des médecins ne ferait qu’accorder à ceux-ci une marge de manœuvre la plus large possible, sans que les cantons ne doivent participer aux conséquences financières. Les idiots de l’histoire seraient une fois de plus les payeurs de primes, qui assument seuls les frais du secteur ambulatoire. Les cantons en revanche veulent uniquement régir, sans rien payer. Bilan : une amélioration passe toujours par un changement !

partager l’article
Themen
par l’auteur
UDC conseiller national (GR)
Articles
Journal du parti
partager l’article
24.10.2018, de Thomas Aeschi
Des juges étrangers siégeant à Strasbourg interdisent à la Suisse de surveiller discrètement des escrocs à l’assurance.... lire plus
Journal du parti
partager l’article
17.10.2017, de Albert Rösti
Lors des dernières élections au Conseil fédéral, l’UDC a d’emblée défendu le droit du PLR à reprendre... lire plus
Journal du parti
partager l’article
17.10.2017, de Michaël Buffat
Le récent cas d’un imam biennois haineux et abuseur de l’aide sociale, pourtant chez nous depuis des... lire plus
Journal du parti
partager l’article
17.10.2017, de Adrian Amstutz
Aux élections nationales d’octobre 2015, l’UDC a réalisé un score inédit de 29,4 %, soit le meilleur... lire plus
Journal du parti
partager l’article
17.10.2017, de Natalie Rickli
L’UDC a soumis au Conseil national un compromis bien suisse comme contre-projet à l’initiative No Billag :... lire plus
Journal du parti
partager l’article
17.10.2017
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord