Articles dans
le temps
La signification de l'opposition
14.12.2007 - Adrian Amstutz

La signification de l'opposition

Le passage de l'UDC à l'opposition a des conséquences clairement perceptibles sur les plans du contenu, de la politique et de l'organisation. Pendant qu'une coalition de centre-gauche composée du PRD,
Le passage de l'UDC à l'opposition a des conséquences clairement perceptibles sur les plans du contenu, de la politique et de l'organisation. Pendant qu'une coalition de centre-gauche composée du PRD, du PDC et de partis de gauche gouvernera désormais la Suisse, l'UDC, principal parti politique de Suisse, devra à l'avenir assumer dans l'opposition son rôle de porte-parole des électeurs bourgeois de ce pays.

Sur le plan du contenu, la principale tâche de l'UDC dans l'opposition consiste à empêcher que le gouvernement ne s'engage dans une politique erronée. L'action de l'UDC est en premier lieu déterminée par le mandat des électeurs défini dans son programme politique. L'UDC combattra avec encore plus vigueur les projets de loi insuffisants, les projets qui s'écartent du mandat que lui a donné le souverain ainsi que le gaspillage de l'argent des contribuables. Les points forts arrêtés par le groupe le 2 novembre 2007 pour cette législature seront les piliers de la politique d'opposition menée par l'UDC:
  • baisse des impôts, taxes et redevances pour tous et assainissement des finances publiques par une réduction des dépenses;
  • engagement pour une Suisse indépendante, neutre et souveraine dans laquelle les droits populaires ne sont pas minés par le droit international public;
  • rétablissement de la sécurité par une lutte rigoureuse contre les abus dans le droit d'asile et le secteur social, expulsion des étrangers criminels et respect de nos valeurs fondamentales

L'UDC combat l'expansion constante de la bureaucratie et s'engage pour des conditions-cadres économiques attrayantes. Elle ne veut pas d'une politique déficitaire, mais œuvre en faveur d'emplois sûrs et de la prospérité pour tous. L'UDC s'oppose aux naturalisations en masse et exige un contrôle plus sévère de l'immigration. L'UDC surveillera attentivement le Parlement et le Conseil fédéral et fera pression quand cela sera nécessaire. Elle veut que les projets élaborés par le Conseil fédéral et le Parlement soient aussi près que possible des intérêts des citoyens et de l'économie. La principale tâche d'un parti d'opposition est d'empêcher des développements politiques néfastes. Nous lancerons des référendums pour obtenir des votations populaires sur des projets politiquement insatisfaisants.

Sur le plan politique, l'UDC est en opposition avec le Conseil fédéral, mais non pas avec le Parlement. Nous continuerons donc d'assumer toutes nos tâches et nos fonctions politiques dans le cadre de l'Assemblée fédérale. Comme jusqu'ici nous travaillerons dans les commissions et nous assumerons des présidences. Nous revendiquerons également les sièges dans les tribunaux fédéraux et cantonaux auxquels nous donne droit notre part électorale. C'est dans ce cadre que nous utiliserons tous les moyens à notre disposition pour appliquer notre politique d'opposition.

L'UDC se chargera à l'avenir également de conduire des campagnes de votation et des comités interpartis quand cela lui semblera important.

En revanche, l'UDC ne participera plus aux rencontres traditionnelles des partis gouvernementaux comme, par exemple, les entretiens de la maison de Wattewyl, puisqu'elle n'est plus représentée au gouvernement.

Sur le plan de l'organisation, il faut relever que cette politique d'opposition concerne uniquement le niveau fédéral. Dans les cantons où l'UDC occupe des sièges gouvernementaux, elle restera un parti gouvernemental et continuera de renforcer sa présence dans les exécutifs. Il va de soi que nos membres élus dans les exécutifs municipaux et communaux restent en place.

Les partis cantonaux restent libres dans la conception et la concrétisation de leur politique alors que l'UDC Suisse pratiquera une stricte politique d'opposition au niveau fédéral. L'objectif sera toujours de renforcer les structures du parti et de nous battre de manière encore plus percutante au service de notre pays et de nos électeurs.

L'UDC est fortement motivée et parfaitement armée pour jouer son rôle de parti d'opposition, son rôle de porte-parole des électeurs aux convictions bourgeoises. C'est avec une conviction profonde que l'UDC assumera, dans l'intérêt de notre pays, sa tâche de parti d'opposition face au nouveau gouvernement de centre-gauche. Nous travaillerons tous les jours avec sérieux et sans jamais nous lasser pour notre pays, pour nos électeurs et pour notre avenir à tous. Notre objectif, ce sont les élections fédérales 2011 où nous entrerons enfin au Conseil fédéral avec des candidats qui représentent notre politique authentiquement bourgeoise

14.12.2007 - Adrian Amstutz

La signification de l'opposition

Le passage de l'UDC à l'opposition a des conséquences clairement perceptibles sur les plans du contenu, de la politique et de l'organisation. Pendant qu'une coalition de centre-gauche composée du PRD,
Le passage de l'UDC à l'opposition a des conséquences clairement perceptibles sur les plans du contenu, de la politique et de l'organisation. Pendant qu'une coalition de centre-gauche composée du PRD, du PDC et de partis de gauche gouvernera désormais la Suisse, l'UDC, principal parti politique de Suisse, devra à l'avenir assumer dans l'opposition son rôle de porte-parole des électeurs bourgeois de ce pays.

Sur le plan du contenu, la principale tâche de l'UDC dans l'opposition consiste à empêcher que le gouvernement ne s'engage dans une politique erronée. L'action de l'UDC est en premier lieu déterminée par le mandat des électeurs défini dans son programme politique. L'UDC combattra avec encore plus vigueur les projets de loi insuffisants, les projets qui s'écartent du mandat que lui a donné le souverain ainsi que le gaspillage de l'argent des contribuables. Les points forts arrêtés par le groupe le 2 novembre 2007 pour cette législature seront les piliers de la politique d'opposition menée par l'UDC:

L'UDC combat l'expansion constante de la bureaucratie et s'engage pour des conditions-cadres économiques attrayantes. Elle ne veut pas d'une politique déficitaire, mais œuvre en faveur d'emplois sûrs et de la prospérité pour tous. L'UDC s'oppose aux naturalisations en masse et exige un contrôle plus sévère de l'immigration. L'UDC surveillera attentivement le Parlement et le Conseil fédéral et fera pression quand cela sera nécessaire. Elle veut que les projets élaborés par le Conseil fédéral et le Parlement soient aussi près que possible des intérêts des citoyens et de l'économie. La principale tâche d'un parti d'opposition est d'empêcher des développements politiques néfastes. Nous lancerons des référendums pour obtenir des votations populaires sur des projets politiquement insatisfaisants.

Sur le plan politique, l'UDC est en opposition avec le Conseil fédéral, mais non pas avec le Parlement. Nous continuerons donc d'assumer toutes nos tâches et nos fonctions politiques dans le cadre de l'Assemblée fédérale. Comme jusqu'ici nous travaillerons dans les commissions et nous assumerons des présidences. Nous revendiquerons également les sièges dans les tribunaux fédéraux et cantonaux auxquels nous donne droit notre part électorale. C'est dans ce cadre que nous utiliserons tous les moyens à notre disposition pour appliquer notre politique d'opposition.

L'UDC se chargera à l'avenir également de conduire des campagnes de votation et des comités interpartis quand cela lui semblera important.

En revanche, l'UDC ne participera plus aux rencontres traditionnelles des partis gouvernementaux comme, par exemple, les entretiens de la maison de Wattewyl, puisqu'elle n'est plus représentée au gouvernement.

Sur le plan de l'organisation, il faut relever que cette politique d'opposition concerne uniquement le niveau fédéral. Dans les cantons où l'UDC occupe des sièges gouvernementaux, elle restera un parti gouvernemental et continuera de renforcer sa présence dans les exécutifs. Il va de soi que nos membres élus dans les exécutifs municipaux et communaux restent en place.

Les partis cantonaux restent libres dans la conception et la concrétisation de leur politique alors que l'UDC Suisse pratiquera une stricte politique d'opposition au niveau fédéral. L'objectif sera toujours de renforcer les structures du parti et de nous battre de manière encore plus percutante au service de notre pays et de nos électeurs.

L'UDC est fortement motivée et parfaitement armée pour jouer son rôle de parti d'opposition, son rôle de porte-parole des électeurs aux convictions bourgeoises. C'est avec une conviction profonde que l'UDC assumera, dans l'intérêt de notre pays, sa tâche de parti d'opposition face au nouveau gouvernement de centre-gauche. Nous travaillerons tous les jours avec sérieux et sans jamais nous lasser pour notre pays, pour nos électeurs et pour notre avenir à tous. Notre objectif, ce sont les élections fédérales 2011 où nous entrerons enfin au Conseil fédéral avec des candidats qui représentent notre politique authentiquement bourgeoise