Participer
Exposé

Adhésion au Conseil de sécurité de l’ONU : des politiciens en mal de reconnaissance mettent en péril la neutralité et la sécurité de la Suisse

Le ton est toujours plus dur sur la scène internationale. Le conflit entre la Russie et l’Ukraine nous montre d’ailleurs que la guerre reste un risque bien réel en Europe. Il est donc d’autant plus nécessaire pour la Suisse de s’en tenir à sa neutralité, qui a fait ses preuves. Avec sa demande d’adhésion au Conseil de sécurité de l’ONU, le Conseil fédéral fait l’inverse. Le Bureau du Conseil national empêche la tenue d’un débat démocratique en amont de ce pas irréversible dans la politique internationale. C’est un scandale !

Chères et chers représentants des médias,

Au nom de l’UDC Suisse, je vous souhaite la bienvenue à notre conférence de presse sur la politique de sécurité.

Il y a 20 ans, la Suisse adhérait à l’ONU. Aujourd’hui, le Conseil fédéral souhaite aller encore plus loin et obtenir un siège au Conseil de sécurité de l’ONU.

Cela fait 11 ans que le Département des affaires étrangères travaille en ce sens à New-York. Cela fait également 11 ans que l’UDC met en garde le Conseil fédéral contre cette décision lourde de conséquences. En 2010, notre groupe demandait déjà, par le biais d’une motion, de renoncer à cette adhésion. Nous avions demandé que le Conseil fédéral soumette une éventuelle décision d’adhésion à la sanction du peuple.

Le Conseil fédéral n’est hélas toutefois pas tenu de consulter la population ; en termes de politique étrangère, il dispose en effet de compétences étendues. Le Conseil fédéral est sans nul doute secrètement heureux de ne pas devoir consulter le peuple ; nous savons tous que les Suissesses et les Suisses se prononceraient fermement contre une adhésion au Conseil de sécurité de l’ONU.

En Ukraine, la situation s’est gravement envenimée. L’Europe est menacée par la guerre. Les USA et la Chine se disputent la suprématie économique, politique et militaire sur le monde. En Asie, les tensions s’aggravent entre la Chine et Taïwan. L’Europe se déchire sur la façon de gérer l’arrive massive de migrants économiques en ses frontières. Le terrorisme islamique a déclaré la guerre à notre culture et à nos valeurs. En de nombreuses régions du monde, des conflits latents n’attendent que d’éclore en guerres ; le monde est loin d’être en paix.

D’ailleurs, il ne l’a jamais été. La Suisse est neutre depuis plus de 200 ans et depuis lors, nous avons été épargnés par tous les grands conflits armés.  En tant que petit pays, elle se tient à l’écart des combats des grandes puissances et en contrepartie, elle offre ses bons offices. Lorsque le président américain Joe Biden et le président russe Vladimir Poutine se sont récemment rencontrés à Genève, le président de la Confédération Guy Parmelin les a fièrement accueillis à Genève, « ville de paix ».

En offrant ses bons offices, la Suisse en fait bien plus pour la paix qu’en siégeant au Conseil de sécurité de l’ONU, qui décide de qui va en guerre et qui va en paix. En tant que membre de ce Conseil, elle ferait inévitablement partie intégrante des conflits, avec de dangereuses conséquences pour notre sécurité. En politique, il n’existe pas de décisions impartiales ou non-empruntes de valeurs, surtout pas dans la politique mondiale.

Par sa candidature au Conseil de sécurité de l’ONU, le Conseil fédéral détruit sciemment un des piliers de la Suisse.  La sécurité de notre population sera ainsi sacrifiée pour satisfaire les besoins de prestige d’une petite caste politique. L’UDC refuse qu’une décision aussi déterminante soit prise sans débat politique dans notre pays.

Nous sommes indignés par les tentatives du Bureau du Conseil national d’étouffer ce sujet. Au lieu d’une discussion ouverte, le Bureau a mis à l’ordre du jour un bref débat d’une demi-heure. 30 minutes de débat pour une décision majeure de la politique étrangère de la Suisse ! C’est un pur scandale ! Le Parlement n’assume pas ses responsabilités ; 30 minutes pour un choix politique aussi comparablement conséquent qu’une adhésion à l’UE.

N’avons-nous donc rien n’appris de la pandémie de Covid-19 ? N’avons-nous pas constaté que chaque pays ne se recentre plus que sur ses propres intérêts lorsque le danger se manifeste ? N’avons-nous pas senti la dégradation de l’atmosphère de notre pays lorsque le Conseil fédéral prend des décisions en solo ? Et maintenant, le Conseil fédéral voudrait que la Suisse siège au Conseil de sécurité de l’ONU sans demander l’avis du peuple ? Manifestement, c’est la mauvaise conscience qui est en jeu. Tels des gamins, le Parlement et le Conseil fédéral se bouchent les oreilles afin d’éviter un débat critique.

L’UDC refuse de suivre cette voie détournée et malhonnête engagée par les autres partis.

L’UDC demande que :

  • La sécurité du pays soit la priorité absolue aux yeux du Conseil fédéral ;
  • Le Conseil fédéral renonce au siège suisse au Conseil de sécurité de l’ONU ;
  • La Suisse s’en tienne strictement et sans compromis à la neutralité armée perpétuelle et à son offre des bons offices.

Chères et chers représentants des médias, nous sommes face à un point de non-retour en termes de politique étrangère. Il n’est pas acceptable que quelques politiciens et diplomates en manque de reconnaissance sacrifient la sécurité et la neutralité, qui a fait ses preuves, uniquement en raison de leur volonté de jouer les gros bras sur la scène internationale à New-York. Il est inacceptable que le peuple suisse ne soit pas même consulté avant la prise d’une telle décision concernant sa propre sécurité.

plus sur le thème
éditorial
partager l’article
11.08.2022, de Marco Chiesa
Journal du parti
partager l’article
28.07.2022, de Yves Nidegger
Le retour à la neutralité stricte ne procède nullement d’une démarche de contemplation nostalgique du passé mais... lire plus
Journal du parti
partager l’article
23.06.2022, de Werner Salzmann
Depuis la chute du mur de Berlin, la Suisse s’est payé le luxe de réduire ses dépenses... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Internet et numérisation
Pour un internet libre.
Politique étrangère

Indépendance et autodétermination.

Soutenir la propriété – renforcer la liberté

Non aux expropriations, oui à la protection de la sphère privée.

Médias

Plus de diversité, moins d’Etat.

Transports

Halte aux bouchons et aux mesures chicanières dans le trafic routier.

Environnement

Un environnement où il fait bon vivre aujourd’hui et demain.

Santé

La qualité grâce à la concurrence.

Institutions sociales

Garantir les institutions sociales – combattre les abus.

Culture

La culture n’est pas une tâche de l’Etat.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel.031 300 58 58 – fax031 300 58 59 – E-Mail:info@udc.ch – IBAN:CH83 0023 5235 8557 0001 Y

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord