Participer
Exposé
Conférence de presse de 31. janvier 2013

La facture de la stratégie énergétique 2050 sera payée par les PME et les ménages privés

Il n’est pas inutile de rappeler que la première des priorités doit être de garantir un approvisionnement en électricité du pays à un prix abordable pour notre économie, seul garant de la…

Il n’est pas inutile de rappeler que la première des priorités doit être de garantir un approvisionnement en électricité du pays à un prix abordable pour notre économie, seul garant de la prospérité et de la croissance. Pour atteindre cet objectif, la production indigène doit continuer à jouer un rôle central et être développée. Toutes les options à disposition doivent être examinées sans parti pris en fonction de leur performance et de leur disponibilité. En ce sens, toute nouvelle taxe ou redevance doit être proscrite. Si on veut éviter d’augmenter la part des importations et donc notre dépendance de l’étranger, il est indispensable de déterminer de quelles capacités de production nous avons besoin et de planifier rigoureusement les nouvelles installations électriques nécessaires.

Or, la stratégie énergétique 2050 du Conseil fédéral est une véritable boîte noire qui, au lieu de se baser sur des faits et des données réalistes, laisse une place importante à de nombreuses inconnues et variables. Le gouvernement fait même preuve d’une certaine perfidie en annonçant dans une première phase des mesures visant à transformer de fond en comble l’approvisionnement électrique du pays, alors que les effets de ces dites mesures se feront ressentir seulement lors de la prochaine décennie soit dans une deuxième voire une troisième phase. En d’autres termes, le Conseil fédéral brûle ses vaisseaux aujourd’hui, ce qui empêchera toute adaptation en cours de route si le scénario qu’il privilégie devait s’avérer impraticable sur la durée ; Noé aurait certainement dit :« après moi le déluge ! »

Dans son essence même, la Stratégie énergétique 2050 du CF fleure bon l’économie planifiée ; la Berne fédérale va interférer de plus en plus dans la liberté d’entreprise de la branche électrique et à nouveau toucher aux compétences des cantons. Malgré cette volonté centralisatrice, il est douteux que l’on parvienne à dégager les potentiels nécessaires en terme de nouvelles énergies renouvelables dans notre pays. Le remplacement des agents énergétiques fossiles va entraîner à lui seul et à coup sûr une forte augmentation de la consommation d’électricité tout comme la croissance démographique telle qu’elle est annoncée par les experts et que les derniers chiffres connus confirment sans restriction. Les réductions de la consommation escomptées sont donc utopiques et vont en outre à l’encontre de toutes les expériences faites à ce jour qui prouvent qu’on n’a jamais pu découpler la croissance économique de la croissance de la consommation.

Le gouvernement veut donc entraîner le pays dans une sorte d’expérience sociétale nouvelle dont les effets concrets sont à ce jour impossibles à déterminer. La seule certitude est que cela va renchérir considérablement la facture de l’électricité et que cela va à l’encontre des principes de l’économie de marché. Si on veut éviter de trop pénaliser les entreprises grosses consommatrices et donc maintenir des postes de travail en Suisse, il faudra les exempter en grande partie de ces hausses de taxes et autres redevances. A terme, lorsqu’il s’agira de régler la facture, ce sont bien les PME actives dans les arts et métiers et les services ainsi que les ménages privés qui seront fortement mis à contribution. Un des rares avantages en terme de coûts dont jouit encore notre pays en comparaison internationale va ainsi disparaître. Le CF va reproduire avec cette stratégie les mêmes erreurs que des pays comme l’Allemagne par exemple en injectant des subventions massives dans les énergies renouvelables sans tenir compte du critère de leur rentabilité sur la durée. Aujourd’hui, on s’aperçoit que, loin d’avoir créé de nouvelles places de travail durables, on en a surtout détruit davantage, confirmant une étude de l’Université de Madrid qui arrivait à la conclusion que pour un poste nouveau créé dans ce secteur des énergies renouvelables, 2,5 postes disparaissaient dans l’économie traditionnelle.

Au lieu de donner dans l’autosuggestion et se répéter de manière lancinante que « on va y arriver parce qu’il faut qu’on y arrive même si on n’en est pas sûr », le gouvernement serait bien inspiré de tirer les enseignements des expériences vécues dans d’autres pays, de privilégier le réalisme froid plutôt que d’entraîner la Suisse dans un champ d’expérimentation où l’utopie le dispute à l’idéalisme. A la fin, c’est toujours le bon peuple qui souffre et devra payer cher les chimères qu’on lui a fait miroiter !

partager l’article
Thèmes
par l’auteur
UDC conseiller national (VD)
plus sur le thème
Consultation
partager l’article
08.02.2019
L'UDC est d'avis que le complément à l'art. 58a al. 5 de la loi fédérale sur l'utilisation... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
11.12.2018
L'UDC a combattu la loi sur le CO2. Ce projet hostile à la propriété privée et à... lire plus
Consultation
partager l’article
19.11.2018
L'UDC rejette le projet. Le traitement privilégié d'un certain modèle de prestation est objectivement injustifiable. Il provoque... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Politique des médias

 Plus de diversité, moins d’Etat

Politique du sport

Bon pour le corps et l’esprit

Politique de la sécurité

Punir les criminels au lieu de les chouchouter

Politique agricole

Pour une production indigène

Politique de l'énergie

Pour un approvisionnement énergétique sûr et avantageux

Politique extérieure

Indépendance et autodétermination

Politique des étrangers

Limiter l’immigration

Religions

S’engager pour nos valeurs

Politique de l'économie

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord