Participer
Exposé

Oui à l’article constitutionnel sur la famille

Je vous remercie vivement de m’avoir invité à votre assemblée des délégués dans le canton de Soleure. Je me réjouis de pouvoir vous présenter un projet central pour le renforcement des familles en…

par Martin Candinas, conseiller national (PDC), Rabius (GR)

Je vous remercie vivement de m’avoir invité à votre assemblée des délégués dans le canton de Soleure. Je me réjouis de pouvoir vous présenter un projet central pour le renforcement des familles en Suisse. Une chose me paraît d’emblée évidente: nous avons tous à cœur le bien-être des familles. C’est dire que les conditions de départ pour une politique familiale efficace semblent être réunies. Mais pourquoi, alors, la politique familiale suscite-t-elle autant de controverses?

Il existe dans notre pays plusieurs conceptions de la famille. Les uns se fondent sur l’image classique de la famille où un des parents travaille à l’extérieur alors que l’autre s’occupe à la maison de la garde et de l’éducation des enfants. Pour d’autres, les deux parents veulent ou doivent exercer une activité professionnelle hors de la famille. Certains agissent de la sorte parce qu’ils veulent se développer et ne pas perdre le contact avec la vie professionnelle, certains autres ne s’en sortent pas sans deuxième revenu ou ne peuvent pas s’offrir le niveau de vie souhaité avec un seul salaire. Il y a aussi les femmes ou les hommes élevant seul un ou des enfants et qui n’ont de toute manière pas le choix. En ce qui me concerne, je m’intéresse surtout de ces dernières situations de vie qui sont malheureusement de plus en plus fréquente.

Je ne veux pas opposer les deux types d’organisation familiale, d’autant moins que la majorité des familles n’appliquent pas à 100% l’un ou l’autre modèle, mais se situent à quelque part entre les deux. Les deux modèles font aujourd’hui partie du quotidien réel et sont pratiqués par les membres de tous les partis politiques. Ce qui compte, c’est que chacun puisse choisir librement.

Quels sont les objectifs de cet article sur la famille?

L’article engage la Confédération et les cantons à prendre des mesures pour concilier la vie de famille, l’activité professionnelle et la formation. Les cantons pourvoient en particulier à une offre appropriée de structures de jour extrafamiliales et parascolaires. Si les cantons ne répondent pas à cette exigence, la Confédération a la compétence d’imposer des règles pour l’ensemble de la Suisse.

Le but n’est pas de faire de l’Etat un éducateur d’enfants dont personne ne veut. Conformément à notre régime fédéraliste, l’Etat, donc les cantons, doit veiller à mettre en place une offre répondant aux besoins. Il me semble difficile de s’y opposer.

Les parents, qui souhaitent éduquer leurs enfants eux-mêmes, mais qui ne disposent pas des moyens financiers nécessaires, pourront désormais compter sur une offre suffisante de crèches, d’écoles de jour et d’autres institutions d’accueil des enfants. Grâce à cette infrastructure, les deux parents peuvent contribuer au revenu du ménage sans pour autant négliger leurs enfants. Il va de soi que dans de nombreux cas les voisins et surtout la proche parenté contribuent aussi à la garde des enfants. Il faut rendre hommage à cette forme de solidarité, mais la réalité actuelle est malheureusement que le réseau social se distend et que les familles se dispersent grâce à la grande mobilité.

L’article sur la famille contraint les cantons de tenir compte de la réalité des modèles familiaux actuels et d’intervenir en fonction des besoins. L’organisation traditionnelle de la famille n’est pas affaiblie pour autant. Une plus grande offre de crèches, d’écoles de jour et d’autres institutions d’accueil des enfants permet aussi aux familles moins aisées de vivre selon ce modèle traditionnel. Il n’est pas acceptable que la garde extrafamiliale des enfants ne soit possible qu’avec l’aide de l’assistance sociale ou de parents.

Le nouvel article permet de surcroît que le modèle non traditionnel de la famille, qui repose plutôt sur des considérations économiques, puisse être vécu partout. Aujourd’hui, les régions qui n’offrent pas cette possibilité perdent de leur attractivité. Je peux vous parler d’expérience.

Mesdames et Messieurs, l’article sur la famille apporte une contribution essentielle à la liberté de choisir. Cette liberté mérite d’être mentionnée dans la Constitution. Son application concrète aura lieu au Parlement dans le cadre du processus législatif. On ne saurait donc aujourd’hui déjà arguer des coûts. Ce qui est sûr, c’est que le peuple aura de toute manière le dernier mot grâce au référendum. Je suis conscient de ce que l’application de cet article ne sera pas facile et déclenchera de dures discussions. Ce projet d’article constitutionnel respecte la primauté des cantons en politique familiale. Il appartiendra aux cantons de mettre en place les offres exigées. Je suis certain qu’ils seront à la hauteur de leur tâche. Et je suis également persuadé que l’idée de la subsidiarité, qui inspire fortement cet article, empêchera la mise en place d’infrastructures superflues.

Un oui le 3 mars renforcera les familles de notre pays – quel que soit le modèle d’organisation qu’elles adoptent. Soutenez, vous aussi les familles et recommandez de voter oui à l’article sur la famille.

 

partager l’article
plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
24.06.2019
L'an passé environ 30% des criminels étrangers condamnés ont pu rester en Suisse alors qu'ils ont commis... lire plus
éditorial
partager l’article
21.06.2019, de Marcel Dettling
Le Conseil national a rejeté les initiatives sur l'eau potable et pour l'interdiction des pesticides. A juste... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
18.06.2019
La Commission UE n'a manifestement pas l'intention de prolonger l'équivalence boursière. Elle augmente la pression sur la... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Agriculture

Pour une production indigène.

Politique concernant les étrangers

Ramener l’immigration à un niveau raisonnable.

Nous sommes la patrie

La Suisse a sa propre histoire, une histoire marquée par sa diversité culturelle, ses traditions, ses valeurs et par les femmes et les hommes qui cohabitent pacifiquement dans ce pays.

L’être humain, la famille, la communauté

Responsabilité individuelle au lieu de mise sous tutelle.

Internet et numérisation
Pour un internet libre.
Transports

Halte aux bouchons et aux mesures chicanières dans le trafic routier.

Liberté et sécurité

Défendre la liberté menacée.

Politique d'asile

Corriger enfin le chaos qui règne dans la politique d’asile.

Religion

Nous engager pour nos valeurs.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord