Participer
Exposé

Pour des rentes AVS sÛres

L’AVS constitue avec l’AI le cœur de la politique sociale suisse. Je considère ces deux institutions comme la base originale de notre politique sociale parce qu’elles répondent à un principe éternel de la société humaine: l’élément jeune et performant de la société s’engage pour l’élément plus faible, pour l’aîné qui prend sa retraite bien méritée ou pour cette partie de la communauté qui est privée d’un revenu par la mort ou l’invalidité.

Les développements indésirables et contraires à cette idée fondamentale qu’a connus notre politique sociale ces dernières années nous ont contraints à nous préoccuper, en tant que parti politique, des principes et objectifs de la politique sociale.

Notre travail parlementaire s’est référé aux principes fondamentaux qu’une assemblée des délégués de l’UDC a retenus il y a trois ans. Nous avons à cette époque rejeté une extension des œuvres sociales selon le modèle des trois tiers de la vie – un tiers de formation, un tiers d’activité professionnelle et un tiers de retraite. Aujourd’hui, le financement de l’AVS est menacé par la multiplication constante des prestations. Nous avons donc mis au point un concept qui, selon le développement économique, garantit les rentes pour 10 à 15 ans sans nouvelles prestations, mais aussi sans nouveaux impôts et prélèvements. Nous avons suggéré ce modèle pour la 11e révision de l’AVS. On attend toujours les décisions concernant trois de ces éléments. Les discussions parlementaires sont en cours. Il s’agit des propositions suivantes:

1. affecter complètement à l’AVS le produit du pour-cent supplémentaire de TVA prélevé depuis 1999 pour l’AVS. Un sixième environ de cette somme est actuellement détourné dans la caisse fédérale, ce qui est contraire aux promesses faites par le Conseil fédéral durant la campagne de votation.

2. renoncer à l’augmentation des prestations de l’AVS, donc à la flexibilisation de l’âge de la retraite qui coûte 400 millions de francs par an.

3. utiliser deux tiers au moins des réserves d’or qui ne sont plus nécessaires à la politique monétaire. A ce propos, nous protestons vigoureusement contre la nouvelle répartition de ce rendement que le Conseil fédéral impose sans demander l’avis du Parlement et du peuple et qui devrait entrer en vigueur dès l’année prochaine.

Alors que certaines de nos exigences, comme par exemple l’âge de la retraite à 65 ans pour les femmes, ont été réalisées, on attend encore les décisions concernant ces éléments de notre concept.

Il n’est certainement pas utile de pronostiquer les mesures qui seront nécessaires dans vingt ans ou plus avant de connaître les résultats de la 11e révision de l’AVS. Même s’il est vrai que la modification des structures d’âge de la population va être un des grands défis que devra lever la politique sociale, il est prioritaire pour ces prochaines années de mettre fin à la politique de gauche dans les entreprises publiques et proches de l’Etat, une politique qui crée des privilèges et qui mine la solidarité. On n’exceptera pas non plus la pratique éminemment radicale dans les entreprises qui consiste à favoriser les retraites anticipées et qui foule au pied l’idée de base de notre premier pilier de prévoyance-vieillesse. Fonctionnant selon le principe de la répartition financière, l’AVS dépend des cotisations des actifs. Les futures mesures devront à nouveau davantage prendre en compte le nombre d’années de cotisation durant la période d’activité.

Avant de discuter d’une augmentation de l’âge de la retraite dans 15 ou 20 ans, il s’agit d’exploiter toutes les possibilités qui s’offrent aujourd’hui. J’attends de notre nouveau ministre social qu’il commence par mettre de l’ordre dans sa boutique, qu’il s’occupe des problèmes actuels et qu’il prenne aujourd’hui les mesures urgentes pour garantir les rentes AVS.

par l’auteur
Toni Bortoluzzi
SVP (ZH)
plus sur le thème
Exposé
partager l’article
10.01.2019, de Albert Rösti
L'UDC symbolise la liberté et la sécurité. A notre époque marquée par des migrations de populations entières... lire plus
Exposé
partager l’article
10.01.2019, de Thomas Aeschi
L'UDC se distingue par sa politique continue et persévérante en faveur de la Suisse. Son groupe parlementaire... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
09.01.2019
Les allégations de la Conférence suisse des institutions d'action sociale (CSIAS), selon lesquelles il est impossible et... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Politique des transports

Se déplacer librement sans obstacle chicanier

Politique de la culture

La culture est l’affaire de la culture

Politique de la formation

Système de formation axé sur la pratique au lieu de réformes à répétition

Citoyen et l'Etat

Défendre la liberté menacée

Politique de la sécurité

Punir les criminels au lieu de les chouchouter

Le cas particulier suisse

Pour une Suisse indépendante et sûre d’elle

Politique d'asile

Régler enfin le chaos dans le secteur de l’asile

Politique extérieure

Indépendance et autodétermination

Politique du sport

Bon pour le corps et l’esprit

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Recommander cette page par E-Mail


Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord