Participer
Exposé

Pour une eau potable propre et une alimentation saine

Voilà bien deux choses avec lesquelles je suis entièrement d’accord !

Je dirais même plus : mon engagement d’agriculteur, chaque jour, travaille à garantir la propreté de notre eau potable. Et à offrir à notre population une alimentation saine, des produits locaux, certifiés, dont chaque consommateur
peut suivre la trace ! Seulement voilà : ce n’est pas pour autant que je soutiens cette initiative Populaire. Car elle va produire des effets totalement contraires, dangereux pour l’équilibre de la nature et désagréables pour le consommateur.

Voyons cela dans le détail…

Cette initiative est mauvaise pour le bio. Avec cette initiative, les paiements directs seraient réservés aux agriculteurs qui renoncent à utiliser des produits phytosanitaires, aux agriculteurs qui peuvent nourrir leurs animaux uniquement
avec du fourrage produit sur l‘exploitation. Cette initiative est si stricte qu’elle rend quasi impossible la production indigène. Une production indigène quasi impossible, en tous les cas fortement réduite : entre 20 et 40 %. Avec deux conséquences : les prix des produits suisses prendront l’ascenseur et les importations de ces mêmes produits venus de l’étranger augmenteront.

Quand bien même, là-bas, les conditions de protection de la nature et des animaux sont bien moins strictes, pour ne pas dire inexistantes. Où donc serait le bénéfice souhaité par l’initiative ? Autre conséquence de l’initiative : son effet sur l’écologie ! « Peu d’impacts favorables » vient même de conclure une étude d’Agroscope. Cette institution, dont les compétences ne sont pas à mettre en doute, explique que si la qualité de l’eau s’améliorerait en Suisse, la pollution environnementale s’accentuerait.

Comment ? D’un côté, la qualité de l’eau en Suisse serait meilleure. Mais le prix à payer, pour cette qualité, serait d’augmenter nos importations et donc d’accroître dans ces pays les impacts environnementaux. Car la stricte application de l’initiative engendre moins de production de viande dans notre pays. Notre agriculture perdrait donc des débouchés, remplacés par des importations bon marché qui ne répondent pas aux exigences imposées. Un combat inégal pour nos paysans ! Et puis, à l’heure de combattre cette initiative – qui se trompe de cible, faut-il encore rappeler que, aujourd’hui déjà, le 40% des produits de protection des cultures sont biologiques !

Aujourd’hui déjà, le 85% de l’alimentation pour les animaux de la ferme provient… de Suisse. Et, un dernier chiffre encore : ces dernières dix années, l’utilisation d’antibiotiques pour ces animaux de la ferme a chuté de 46% !

C’est dire les efforts auxquels notre agriculture consent depuis fort longtemps déjà. Car nos agriculteurs ne sont pas si stupides au point de mettre en péril ce qui est leur gagne-pain quotidien et ce qui permet de nourrir sainement notre population. Labours, assolements adaptés. Semences saines ou variétés résistantes. Ces mesures préventives nos agriculteurs les prennent déjà. Mais il est vrai qu’elles ne suffisent pas toujours à répondre aux exigences de qualité ou à assurer les rendements. L’utilisation de produits phytosanitaires est donc nécessaire. Mais une utilisation pragmatique, intelligente, au service de la nature. Main dans la main avec nos autorités, notre agriculture suisse prend ces questions au sérieux.

Et s’engage dans des projets comme

  • le Plan d’action national Produits phytosanitaires

ou

  • le Plan d’action de la Stratégie Biodiversité

ou encore

  • Une stratégie pour un approvisionnement durable en fourrages

Autant de bonnes raisons, qui me font dire, avec conviction, NON à cette initiative.Non à cette initiative extrême qui met en péril l’équilibre de notre nature, le patient travail de notre agriculture, le soin qu’apportent nos paysans à préserver l’eau et à assurer des produits de qualité à nos consommateurs.

partager l’article
Thèmes
par l’auteur
UDC conseiller national (FR)
plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
26.11.2020
L'UDC soutient la réduction des pesticides, mais refuse l'abaissement des éléments fertilisants Le Conseil national examinera le... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
27.07.2020
L'UDC demande le renvoi du projet AP22+ au Conseil fédéral avec le mandat de réviser complètement ce... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Culture

La culture n’est pas une tâche de l’Etat.

Sport

Un esprit sain dans un corps sain.

Internet et numérisation
Pour un internet libre.
Nous sommes la patrie

La Suisse a sa propre histoire, une histoire marquée par sa diversité culturelle, ses traditions, ses valeurs et par les femmes et les hommes qui cohabitent pacifiquement dans ce pays.

Environnement

Un environnement où il fait bon vivre aujourd’hui et demain.

Liberté et sécurité

Défendre la liberté menacée.

Armée

La sécurité de la population.

Economie et prospérité

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie.

Energie

Pour un approvisionnement énergétique qui a de l’avenir.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord