Participer
Exposé
Conférence de presse de 12. avril 2013

Tirer les leÇons – tenir compte des exigences du monde professionnel

Nonobstant le succès évident du système dual de la formation professionnelle, on doit tout de même constater d’importantes différences au niveau suisse. La formation des apprentis en Suisse…

par Philipp Stauber, Lausanne (VD), entepreneur

La situation en Suisse francophone

Nonobstant le succès évident du système dual de la formation professionnelle, on doit tout de même constater d’importantes différences au niveau suisse. La formation des apprentis en Suisse alémanique est, dans l’ensemble, plus efficace et ses acteurs agissent avec plus d’engagement qu’en Suisse romande. Il existe un net clivage est-ouest en ce qui concerne la quote-part des certificats d’apprentissage, une différence qui se reflète aussi dans le chômage des jeunes. Cette situation s’explique par le système de formation appliqué en Suisse romande qui a mis progressivement à l’écart l’apprentissage professionnel dans l’entreprise. D’une part, on vise une quote-part aussi élevée que possible de certificats de maturité, d’autre part, les apprentissages sont plus fréquemment suivis dans des écoles professionnelles et les écoles de culture générale. Cette filière est plus confortable pour nombre de jeunes sortant de l’école obligatoire.

Il existe aussi de grandes différences au sein même de la Suisse romande. Ainsi, la formation professionnelle dans l’entreprise est beaucoup plus prisée en Valais qu’en ville de Genève. Le même constat vaut pour l’école obligatoire. Ce n’est pas un hasard si les écoliers valaisans font partie des meilleurs de Suisse alors que Genève, Vaud, Neuchâtel et le Jura se disputent les dernières places dans ce palmarès. La politique genevoise et vaudoise soutient tout au plus en paroles l’apprentissage dans les entreprises. Mais les actes font défaut – comme en témoigne le fait que dans le canton de Vaud près d’un tiers des jeunes sortant de l’école obligatoire recourent aux offres de transition. De plus, le fort taux d’échec dû à des interruptions de l’apprentissage ou aux examens de fin d’apprentissage exige la mise en place de formations de rattrapage. Une situation semblable prévaut au niveau des gymnases. Il faut aussi constater qu’une forte proportion des entreprises immigrées dans l’Arc lémanique connaissent mal le système de formation duale et ne s’y engagent guère.

Quels sont nos objectifs au niveau suisse?

  1. L’école obligatoire s’est trop éloignée des réalités économiques suisses et des exigences du monde professionnel. Elle doit à nouveau prendre au sérieux les besoins du monde professionnel et en tenir compte dans son enseignement.
  2. Nous devons renforcer la formation professionnelle duale en mettant surtout l’accent sur un travail exigeant et qualifié dans l’entreprise. Il s’agit là de la voie royale pour l’intégration des jeunes dans la société et dans l’économie. 
  3. L’école obligatoire doit préparer soigneusement les élèves des voies B et C du degré secondaire à leur entrée dans le monde professionnel.

Quels sont les points déterminants?

  • Ce qui compte en premier lieu, c’est la maîtrise des connaissances de base en au moins une langue nationale et en mathématique. Il s’avère utile dans ce contexte de faire un bilan intermédiaire après la deuxième année d’école secondaire et de combler de manière ciblée les lacunes qui se manifestent.
  • Il est tout aussi important de développer les qualités personnelles comme la volonté à l’effort et l’endurance, la fiabilité et la capacité de concentration, l’autonomie et la responsabilité individuelle ainsi que l’aptitude à prendre des responsabilités par rapport aux autres.
  • Une culture générale utile et une solide compréhension des exigences et attentes des employeurs et de l’économie facilitent l’entrée dans la vie professionnelle et le succès de la formation.
  • L’évaluation des prestations par l’école doit être substantielle et informer clairement sur le niveau de formation et les capacités des futurs apprentis. L’employeur peut ainsi renoncer le plus souvent à un examen d’admission.
  • L’école doit inspirer aux jeunes confiance et assurance afin qu’ils comprennent que chacun à de bonnes chances en Suisse d’atteindre les objectifs de sa vie s’il possède une solide formation professionnelle et s’il est prêt à faire des efforts.
  • Une solide préparation à la formation professionnelle duale, donc au passage de l’école obligatoire à l’apprentissage professionnel, permet d’éviter des incertitudes, des formations de rattrapage et d’inutiles interruptions de l’apprentissage. Cette préparation doit notamment comprendre des stages d’information, des visites d’entreprises et journées des apprentis, le travail de projet et une saine culture de la compétition.

Qu’est-ce qui tourne mal aujourd’hui?

L’école obligatoire ne tient pas assez compte aujourd’hui de ces exigences. Son réflexe de défense face à une prétendue « économisation de l’école » ne mène à nulle part. Les enseignants et les autorités scolaires connaissent mal le monde pratique de l’entreprise privée. Or, une préparation insuffisante des jeunes à la réalité du monde des entreprises génère des incertitudes, des frustrations et des interruptions inutiles des apprentissages. Il ne s’agit nullement de voir l’économie se mêler des activités scolaires et de participer au choix des matières et des méthodes d’enseignement. En revanche, on est en droit d’attendre de l’école qu’elle assume complètement sa mission et qu’elle réunisse les conditions permettant aux jeunes de suivre avec succès une formation professionnelle.

Conclusion

Tout ne va pas mal à l’école, beaucoup de choses vont même bien. Mais ce dont nous avons besoin avant tout, c’est d’un engagement clair et net en faveur de la formation professionnelle duale, aussi et surtout de la part de l’école obligatoire. Premier parti politique de Suisse, l’UDC a le devoir d’assumer une fonction de modèle à ce niveau. Elle remplira cette mission avec détermination.

 

plus sur le thème
Journal du parti
partager l’article
16.01.2019, de Ueli Maurer
Exposé
partager l’article
10.01.2019, de Céline Amaudruz
Comme vous le savez, l'UDC est un parti suisse dont la vocation consiste à proposer ce qu'il... lire plus
éditorial
partager l’article
18.12.2018, de Thomas Matter
L'été dernier déjà le Conseil fédéral avait décidé, sur proposition du Département fédéral des finances, de prendre... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Défense nationale

Pour la sécurité du pays et de ses habitants

Politique du sport

Bon pour le corps et l’esprit

Politique des transports

Se déplacer librement sans obstacle chicanier

Politique de la formation

Système de formation axé sur la pratique au lieu de réformes à répétition

Propriété

Contre l’expropriation, pour la protection de la sphère privée

Politique de l'économie

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie

Politique de la famille

Responsabilité individuelle au lieu de mise sous tutelle

Politique de la sécurité

Punir les criminels au lieu de les chouchouter

Politique de la santé

Qualité grâce à la concurrence

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Recommander cette page par E-Mail


Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord