Participer
Exposé
Conférence de presse de 27. juillet 2010

Traite ton hôte en invité pendant deux jours. Le troisiÈme, donne-lui une bÊche.

Et s’il ne s’en sert pas, montre-lui la porte ! Ainsi complété, cet intéressant proverbe swahili devrait constituer le fil rouge de notre politique migratoire. Durant de nombreuses années en effet…

Et s’il ne s’en sert pas, montre-lui la porte ! Ainsi complété, cet intéressant proverbe swahili devrait constituer le fil rouge de notre politique migratoire. Durant de nombreuses années en effet, on a considéré que les problèmes liés à une intégration difficile, chômage, aide sociale, abus divers, criminalité, n’étaient qu’une fixation que l’UDC brandissait régulièrement comme arme électorale à des fins naturellement bassement populistes. Hélas pour les tenants de la bien-pensance, les faits sont têtus et faute de remède, le mal a continué à croitre et à embellir.

L’actualité récente le démontre aisément. Voici quelques exemples tirés d’articles de presse cités sans changer une virgule.

L’Express – L’impartial du 14.07.2010.
Grosse émotion hier matin à Dombresson. Peu avant huit heures, un individu muni d’un pistolet tente de forcer l’employée de la Banque Raiffeisen de Dombresson à lui ouvrir les locaux. Signalement officiel de l’auteur: homme de 170 à 175 cm, peau mate (basanée ou métisse), yeux bruns.

L’Express – L’Impartial du 16.07.2010.
Quelques minutes avant midi, hier, un homme armé a agressé la personne qui tenait la caisse du Marché des Arêtes, rue de la Croix-Fédérale, à La Chaux-de-Fonds. Selon les éléments recueillis par la Police neuchâteloise, le malfaiteur, armé d’une arme de poing, a menacé la caissière. Alors que celle-ci tentait de se dissimuler sous le comptoir, il l’a frappée avec une barre vraisemblablement trouvée sur les lieux. L’agresseur est un homme d’origine africaine, peau très foncée, mesurant 170-175 cm, âgé de 18 à 25 ans environ. Svelte, visage fin, cheveux courts.

Site Internet du Matin du 16.07.2010 à 18:27
Trois jeunes Français ont été arrêtés après avoir tenté de braquer une banque à Semsales (FR). Deux d’entre eux ont été légèrement blessés dans leur fuite et ont dû être soignés à l’hôpital. L’employé ligoté est indemne.
En matière de drogue, la situation n’est guère meilleure.

Site Internet de 24 Heures du 07.01.2010 à 08:41
La brigade des stupéfiants, en collaboration avec d’autres polices cantonales et Fedpol, a démantelé une filière de trafiquants d’héroïne: elle aurait importé en Suisse 42 kg d’héroïne en cinq mois. Toutes les personnes impliquées dans ce réseau ont été arrêtées entre décembre 2008 et octobre 2009. Le Juge d’instruction vaudois a inculpé treize Kosovars, un Autrichien et une ressortissante espagnole, tous âgés entre 30 et 40 ans.

Site Internet de la TSR du 07.06.2010 à 11:15 et mise à jour à 21:50
La police a démantelé un réseau nigérian de trafiquants qui a écoulé en Suisse pour près de 5,5 millions de francs de cocaïne. Elle a arrêté un des commanditaires du trafic et deux chefs locaux en Suisse. Dix-sept personnes sont sous les verrous en Suisse, en France et aux Pays-Bas. En août 2009, deux Polonais transportant 2,2 kilos de stupéfiant ont été arrêtés dans un hôtel lausannois. Quelques jours plus tard, trois trafiquants ont été interpellés à l’aéroport de Genève, en possession de 4 kilos de cocaïne destinés au responsable du réseau qui résidait en région lausannoise. Ce dernier, un Nigérian, a été arrêté en octobre 2009. Il est soupçonné d’avoir importé plus de 50 kilos de cocaïne en Suisse.

Comme déjà dit, ces exemples sont tirés de l’actualité récente et ne doivent rien à l’UDC quant à leur présentation, nous nous sommes juste contentés de lire, écouter ou regarder les reportages que les médias portent à la connaissance de la population.
Ces éléments montrent clairement que nous avons un problème d’intégration trop longtemps nié et qui, aujourd’hui, nous explose en pleine face. Naturellement, il n’est pas de pire sourd que celui qui ne veut pas entendre et nombreux sont celles et ceux qui se refusent à voir la réalité telle qu’elle est. Afin de relativiser les faits, les tenants de l’immigration tous azimuts expliquent que les étrangers criminels sont des gens de passage et qui, par définition, ne sauraient être intégrés. Selon eux, la question de l’intégration ne se pose donc pas.

La chose n’est pas tout à fait vraie comme le démontre la statistique policière de la criminalité 2009. Si on prend le premier groupe étranger criminogène dans notre pays, soit les ressortissants de Serbie/Monténégro/Kosovo, 5496 personnes ont été signalées à l’attention de la justice en 2009, soit 4255 titulaires d’un permis de séjour, 422 requérants d’asile et 819 personnes sans titres de séjour, donc réputées de passage même si certaines avaient posé leur baluchon depuis bien longtemps. On constate donc que le problème de la délinquance étrangère ne concerne de loin pas que les criminels voyageurs mais aussi les migrants établis.

Cette intégration parfois chaotique est également attestée par les chiffres tirés de la statistique de l’aide sociale 2008. On y lit ainsi les phrases suivantes : « 44,2% des bénéficiaires de l’aide sociale sont de nationalité étrangère, contre 22% de la population résidante permanente totale, » et « dans le canton de Berne, le taux d’aide sociale est près de quatre fois plus élevé chez les ressortissants étrangers que dans la population de nationalité suisse (11,3% contre 2,8%). Dans le canton de Bâle-Ville, les personnes de nationalité étrangère ont un peu moins de deux fois plus de risques de se retrouver à l’aide sociale que les ressortissants suisses (9,2% contre 4,7%) ». Phénomène intéressant qui mérite d’être relevé, les migrants ne sont pas tous égaux devant le risque de tomber à la charge de la collectivité. Plus nos hôtes viennent de loin, plus ils sont susceptibles d’émarger à l’aide sociale. Le rapport de l’Office fédéral de la statistique ne le cache pas, qui mentionne : « Plus du tiers (36,8%) des bénéficiaires de l’aide sociale qui sont de nationalité étrangère viennent d’un pays européen non membre de l’UE ou de l’AELE (Turquie, Albanie, pays issus de l’Ex-Yougoslavie, etc.). Le risque de dépendre de l’aide sociale est plus élevé pour ce groupe, d’environ 1,5 fois par rapport aux étrangers en général et de 4,5 fois par rapport à la population suisse ».

(Source : Statistique de l’aide sociale 2008)

Le Dr Queuille, prédécesseur corrézien de Jacques Chirac aimait à dire qu’en politique, il n’existe pas de problème suffisamment grave pour résister à une absence prolongée de décision. Il avait tort, il en existe au moins un, c’est la question migratoire. Nous payons aujourd’hui le prix fort pour des décennies d’angélisme puis d’aveuglement et finalement de mauvaise foi. Il est maintenant temps de corriger les errements qui nous ont conduits dans la triste situation où nous sommes. Notre pays connait bel et bien un problème d’intégration que nous devons résoudre. Par le biais de la consultation populaire que nous organisons, nous donnons l’occasion à notre population de dire qui elle entend accueillir et ce à quoi nos hôtes devront se conformer. Il est plus que temps.

par l’auteur
Yvan Perrin
UDC conseiller national (NE)
plus sur le thème
Journal du parti
partager l’article
13.03.2019, de Michaël Buffat
En publiant ses statistiques sur l’immigration et l’asile, la confédération tente de nous faire croire que la... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
05.02.2019
En publiant sa dernière statistique de l'asile, la Confédération cherche une fois de plus à donner l'impression... lire plus
Exposé
partager l’article
26.01.2019, de Andreas Glarner
La Suisse, l'un des pays les plus attractifs et les plus performants au monde, doté de surcroît... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Défense nationale

Pour la sécurité du pays et de ses habitants

Politique agricole

Pour une production indigène

Citoyen et l'Etat

Défendre la liberté menacée

Le cas particulier suisse

Pour une Suisse indépendante et sûre d’elle

Politique Environnementale

Un environnement intact pour nous et nos descendants

Politique du sport

Bon pour le corps et l’esprit

Politique de la santé

Qualité grâce à la concurrence

Politique de la sécurité

Punir les criminels au lieu de les chouchouter

Politique de l'économie

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord