éditorial

La politique paternaliste des Verts n’a plus de limites

Si vous vous demandiez à quoi ressemblerait l’avenir dans le monde idéal des Verts, vous trouverez un élément de réponse dans le nouveau programme adopté par l’assemblée générale de leur section genevoise le samedi 11 juin. Dans la pure tradition du paternalisme étatiste, il est clair que la vie sera plus simple pour les citoyens : à terme, tout sera obligatoire ou interdit.

Céline Amaudruz
Céline Amaudruz
conseillère nationale Genève

Après une dure journée de travail, au moment de rentrer chez soi, le citoyen n’aura pas à s’encombrer du choix de son véhicule. La moitié (au moins) des zones de stationnement aura été supprimée : espérons que les personnes à mobilité réduite et les familles ne seront pas trop attirées par les nouveaux quartiers, car il sera interdit d’y créer des places de parc.

De retour à la maison, plus de tracasseries non-plus : l’Etat est là à votre service. Le chauffage fixé à 20°C pour tous – voilà qui limitera au moins les éternelles querelles familiales entre individus plus ou moins frileux. Et c’est tant mieux : il vaut mieux éviter les tensions à domicile, l’Etat providence étant chargé par les Verts de limiter le nombre de mètre carrés disponibles par habitant.

L’Etat s’invite jusque dans votre assiette
Moins de querelles aussi au sujet du contenu de votre assiette : arrivés au magasin, vous suivrez l’appétit suggéré par les rares publicités autorisées. Les Verts ont tout pensé : la réclame pour la viande rouge, le fromage local ou le tofu sera interdite, au contraire de la promotion du poulet importé, du saumon ou des avocats péruviens.

Vous pourrez toutefois vous sentir heureux – si ce n’est privilégiés : vos concitoyens contraints de manger dans une cantine subventionnée devront tirer un trait sur les produits d’origine animale. Les amateurs de viande, d’œufs, de lait ou de miel feront mieux d’éviter les passages à l’hôpital ou en EMS – et les écoliers n’ont qu’à terminer rapidement leur formation. Une formation, il leur en faudra une, étant donné que les communes auront désormais le droit de présenter des budgets déficitaires, ce qui revient à faire financer toutes ces mesures par les générations futures.

Il est temps de s’engager pour nos libertés, nos droits et notre avenir
Autant le dire clairement : la vision proposée par le parti prétendument écologiste frappe avant tout par son dirigisme. Qu’il s’agisse d’alimentation, d’offre culturelle, de locomotion ou même d’interdiction de l’élevage d’animaux de compagnie de race, les politiciens ont d’ores et déjà choisi ce que vous devrez et ce que vous pourrez faire. Pourquoi donc s’embêter avec les reliquats du libre-arbitre, élément apparemment relégué aux annexes des livres d’histoire ?

Il est encore temps de se lever contre les dérives d’un paternalisme étatique teinté de vert. Nous comptons sur vous tous, car vous et vous seuls pouvez changer les choses. Nous avons encore la possibilité de faire des choix autonomes – ne la manquez pas.

Céline Amaudruz
Céline Amaudruz
conseillère nationale Genève
 
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse.Voir les détails Voir les détails
Je suis d'accord