Thèmes
Energie

Nous devons veiller à ce que la politique suisse ne prenne pas un nouveau virage à gauche en 2023 !

La gauche rose-verte veut augmenter les prix de l’énergie. Ils prennent un réel plaisir à voir les prix augmenter dans le but que nous renoncions à ces énergies.

Marco Chiesa
Marco Chiesa
Président du parti UDC Ruvigliana (TI)

Chers délégués, Mesdames et Messieurs,

Quel soulagement ! Chez nous, on peut encore parler de Messieurs et de Dames, d’hommes et de femmes !

Ou quelqu’un ne se sent-il pas concerné lorsque nous parlons d’hommes et de femmes ?

Ou quelqu’un se sent-il « offensé » en parlant d’hommes et de femmes ?

Quelqu’un souhaiterait-il que nous interrompions l’assemblée pour cette raison ?

Vous riez. Mais c’est pourtant à ce genre d’inepties que s’adonnent nos médias, nos universités et nos politiciens.

En ville de Berne, un groupe de musique a dû interrompre son concert parce que certaines personnes dans le public se sentaient « offensées » ou « mal à l’aise ». Pourquoi ? Les musiciens ont-ils fait trop de fausses notes ? Que nenni !

Le problème de ces spectateurs de gauche rose-verte était que des musiciens à la peau blanche avaient des dreadlocks et jouaient du reggae ; et dans un monde de gauche rose-verte, seuls les musiciens noirs ont le droit de le faire.

Voilà avec quelles absurdités l’élite privilégiée de la gauche rose-verte s’occupe dans notre pays.

Mesdames et Messieurs, je suis aussi mal à l’aise, mais pour d’autres raisons. Des temps sombres nous guettent. La Suisse est menacée par une crise énergétique dramatique et sans précédent. Dès cet hiver, le gaz et l’électricité pourraient se faire rares, avec des conséquences cataclysmiques pour tous les habitants de notre pays.

Cette menace d’une crise énergétique majeure ne semble guère provoquer quelconque malaise au sein des partis de la gauche rose-verte. Bien au contraire, puisqu’ils s’en réjouissent secrètement.

Cette crise les rapproche à grands pas de leur objectif : la rééducation de la population et la mise en place d’une dictature écologiste !

Ils veulent interdire les chauffages à mazout et la conduite automobile.

Ils veulent nous interdire de manger de la viande.

Ils veulent nous interdire de voyager en avion (ce qui n’empêche pourtant pas le conseiller fédéral socialiste Alain Berset de se balader secrètement en France aux commandes d’un avion avant de se faire intercepter en plein vol par l’armée de l’air française).

La gauche rose-verte veut augmenter les prix de l’énergie. Ils prennent un réel plaisir à voir les prix augmenter dans le but que nous renoncions à ces énergies.

La cheffe du groupe parlementaire fédéral des Verts trouve aujourd’hui encore que l’essence est trop bon marché ! Si cela ne dépendait que d’elle, le litre coûterait 5 francs ; un plein moyen coûterait dès lors 250 francs !

L’impact pour les familles, pour la classe moyenne et pour les travailleurs n’intéresse pas l’élite privilégiée de la gauche rose-verte.

La cause de ce désastre énergétique est la politique de la gauche rose-verte, déconnectée de la réalité. Lors de la votation sur la Stratégie énergétique 2050 il y a 5 ans, l’UDC avait déjà fait des mises en garde contre les problèmes d’approvisionnement et les augmentations de coûts qui en découleraient. Nous avions mis en garde contre le fait que bientôt, il nous faudrait prendre des douches froides. Qu’on fait les autres partis ? Ils nous ont ri au nez.

Aujourd’hui toutefois, plus personne ne rit. L’énergie et l’électricité vont se raréfier. Dès cet automne, notre pays risque de plonger dans l’obscurité et le froid. Finit de rire. Car une pénurie d’électricité est synonyme de chaos, de froid, de pauvreté, de faim et de mort.

Ce scénario catastrophe est l’objectif secret de la gauche rose-verte. Ils pourront ainsi nous imposer leur dictature écologiste teintée d’interdictions et de renoncements. C’est l’Etat qui rationnera les énergies.

L’approvisionnement énergétique est un devoir d’importance nationale et doit être considéré comme une priorité absolue. Mais que font donc celles et ceux qui sont censés être responsables de cet approvisionnement ?

Le président de la Commission fédérale de l’électricité (ElCom) Werner Luginbühl nous recommande d’acheter des bougies et du bois de chauffe… Il nous recommande cela, l’homme qui a pour mission d’assurer l’approvisionnement électrique en Suisse !

Quid de la conseillère fédérale socialiste et ministre de l’Energie Simonetta Sommaruga ? Elle croit naïvement qu’il suffit d’installer des panneaux solaires partout pour éviter la crise, ce alors que même un enfant sait que l’énergie solaire est tributaire du beau temps et ne constitue dès lors guère une solution pour les mois sombres et brumeux de l’hiver.

Nous avons besoin de solutions aussi en cas de mauvais temps, chers délégués !

Nous avons par ailleurs convié la conseillère fédérale socialiste Simonetta Sommaruga et le président de l’ElCom Werner Luginbühl à cette assemblée des délégués mais tous deux ont décliné.

Prendre ses responsabilités, c’est autre chose. La crise énergétique est avant tout une crise de direction (leadership). Voilà pourquoi l’UDC a demandé, dès le mois de janvier dernier déjà, la nomination d’un Général de l’électricité, dont le mandat serait clair : présenter les variantes de solutions afin de garantir un approvisionnement énergétique sûr, abordable et aussi indépendant que possible.

Chers délégués de l’UDC Suisse,

Mesdames et Messieurs,

L’UDC est le seul parti qui défend conséquemment les intérêts de la Suisse.

La neutralité en est la preuve. Le Conseil fédéral a abandonné la neutralité suisse par négligence, en reprenant aveuglément à son compte les sanctions de l’Union européenne. Nous sommes dès lors entraînés, de fait, dans des conflits étrangers ; nous prenons ainsi part à une guerre et nous ne pouvons plus offrir nos bons offices de manière crédible.

Nous avons malheureusement eu raison, une fois de plus. En raison de la reprise par la Suisse des trains de sanctions de l’UE, la Russie ne nous reconnaît plus comme pays neutre. L’Ukraine voulait faire de la Suisse une puissance protectrice, impliquant que nous entretenions des relations diplomatiques avec la Russie au nom de l’Ukraine.

Toutefois, la Russie a refusé ce mandat de puissance protectrice de la Suisse.

C’est un point crucial et inouï de la politique étrangère de la Suisse, Mesdames et Messieurs. Je n’ai pas connaissance d’un deuxième cas similaire dans l’histoire.

Il est grand temps de renouer avec notre neutralité armée perpétuelle et je suis très heureux que notre ancien conseiller fédéral Christoph Blocher souhaite, via son initiative, rétablir une politique de neutralité claire et fiable.

Chers délégués, comme vous l’aurez constaté, nous sommes confrontés à de conséquents défis. Et cela doit être dit : ces problèmes sont auto-infligés. Nous devons veiller à ce que la politique suisse ne prenne pas un nouveau virage à gauche et que le PLR et le Centre ne glissent pas avec eux.

Le résultat des élections fédérales de 2023 sera décisif : pouvons-nous défendre le modèle de réussite de la Suisse ? Pourrons-nous continuer à vivre dans la liberté, la sécurité et la prospérité ?

  • Ceux qui ne veulent pas d’un nouveau virage à gauche voteront UDC.
  • Ceux qui ne veulent pas de dirigeants écologistes qui nous imposent une façon de vivre voteront UDC.
  • Ceux qui ne veulent pas que la Suisse perde sa prospérité voteront UDC.
  • Ceux qui ne veulent pas que la Suisse renonce à son indépendance et à sa neutralité voteront UDC.
  • Ceux qui ne veulent pas que notre pays soit submergé par une immigration démesurée voteront UDC.
  • Ceux qui ne veulent pas que davantage de profiteurs suisses vivent aux dépens des travailleurs voteront UDC.

Vous, chers délégués, vous êtes la clef-de-voûte, la colonne vertébrale de notre parti. Vous êtes nos ambassadeurs, les ambassadeurs d’une Suisse sûre, libre et indépendante !

L’UDC a besoin de vous. La Suisse a besoin de vous ! Ensemble, nous devons faire tout ce qui est possible pour gagner les élections fédérales de 2023, pour le bien de toute la population suisse, pour le bien de notre pays.

Je vous remercie de tout cœur pour votre inépuisable engagement !

Merci ! Grazie et forza UDC !

Marco Chiesa
Marco Chiesa
Président du parti UDC Ruvigliana (TI)
 
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse.Voir les détails Voir les détails
Je suis d'accord