Participer
Consultation

Mise en oeuvre sur le plan interne du Protocole facultatif à la Convention des Nations Unies…

L’UDC s’oppose catégoriquement à la mise en oeuvre sur le plan interne du Protocole facultatif à la Convention des Nations Unies contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou

Réponse de l’Union démocratique du centre (UDC)

Mise en oeuvre sur le plan interne du Protocole facultatif à la Convention des Nations Unies contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants (OP-CAT)

L’UDC s’oppose catégoriquement à la mise en oeuvre sur le plan interne du Protocole facultatif à la Convention des Nations Unies contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants (OP-CAT).

L’UDC est évidemment d’avis que la torture et d’autres peines ou traitements cruels doivent être sévèrement sanctionnés par la loi. Cependant, cette exigence est totalement satisfaite par les dispositions légales en vigueur. La Constitution fédérale statue en son article 5 que la dignité de l’homme doit être respectée et protégée. Trois concordats intercantonaux règlent l’exécution des peines à tous les niveaux. Enfin, la Suisse a ratifié deux conventions internationales qui visent la prévention de la torture et d’autres traitements ou peines cruels, inhumains ou dégradants.

On peut lire dans le rapport explicatif que la Convention européenne pour la prévention de la torture du 28 novembre 1987, que la Suisse a ratifiée, « présente de grandes similitudes avec l’OP-CAT (…) mais, contrairement à ce dernier instrument, elle n’impose pas la mise en place d’un mécanisme national de  prévention ». On en conclura donc que la ratification de l’OP-CAT est motivée uniquement par l’introduction d’un tel mécanisme de prévention au niveau national. Une telle manière de procéder est proprement inadmissible.

Le ou les Comités de prévention nationaux ainsi que le Sous-Comité disposent de larges compétences (accès aux informations concernant les personnes frappées d’une peine privative de liberté, accès à tous les lieux de détention, possibilité de s’entretenir entre quatre yeux avec les personnes concernées, etc.). Le rapport explicatif relève ce qui suit à ce propos: « Il convient d’insister sur le fait que les mécanismes nationaux ne peuvent adresser aux services publics compétents que des recommandations et des propositions qui n’ont, d’un point de vue strictement juridique, pas de caractère contraignant. » Le fait que les Etats concernés aient néanmoins l’obligation de publier ces rapports permet de penser qu’on y trouverait des attaques sévères au sujet desquelles les Etats devraient s’expliquer. La Suisse n’a véritablement pas besoin d’une telle procédure!

Trois ans après son adoption par l’assemblée générale de l’ONU, l’OP-CAT n’a été ratifiée que par 10 Etats (Albanie, Argentine, Croatie, Danemark, Liberia, Mali, Malte, Île Maurice, Mexique et Royaume-Uni). Un bonne raison de plus de douter de son efficacité pratique. 

La ratification de l’OP-CAT n’apportera matériellement rien à la lutte contre la torture et les autres traitements cruels, inhumains ou dégradants. Il faut donc y renoncer.

plus sur le thème
Journal du parti
partager l’article
18.02.2020, de Jean-Luc Addor
La population de notre pays ne cesse d’augmenter. La cause ? Nous la connaissons tous. Ce n’est... lire plus
Journal du parti
partager l’article
18.02.2020, de Peter Keller
Comment le Conseil fédéral a-t-il résolu les problèmes d’immigration dans les années 60? En fixant des contingents.... lire plus
Journal du parti
partager l’article
18.02.2020, de Martin Haab
Les Verts pointent constamment du doigt nos agriculteurs lorsqu‘il s‘agit de l’appauvrissement de la biodiversité en Suisse.... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Religion

Nous engager pour nos valeurs.

Liberté et sécurité

Défendre la liberté menacée.

Culture

La culture n’est pas une tâche de l’Etat.

Politique d'asile

Corriger enfin le chaos qui règne dans la politique d’asile.

Internet et numérisation
Pour un internet libre.
L’être humain, la famille, la communauté

Responsabilité individuelle au lieu de mise sous tutelle.

Economie et prospérité

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie.

Agriculture

Pour une production indigène.

Sécurité, droit et ordre

Protéger les victimes et pas les délinquants.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord