Participer
Journal du parti Franc-parler décembre 2017

Pour une immigration modérée

Le Parlement n’a pas mis en œuvre l’initiative sur l’immigration de masse adoptée en février 2014 par le peuple et les cantons. La pseudo-solution adoptée par les Chambres n’empêchera aucun étranger d’entrer dans notre pays. Au lieu de cela, elle alourdira encore la bureaucratie pour les entreprises et les demandeurs d’emploi. La Suisse ne pourra toujours pas réguler elle-même l’immigration. Parce qu’on ne peut simplement ignorer une décision populaire, l’UDC lance l’initiative « de limitation », afin d’enterrer une fois pour toutes le principe de libre circulation des personnes.

La nouvelle initiative populaire de l’UDC prévoit que la Suisse règle elle-même l’immigration des étrangers. Elle interdit la signature de nouveaux accords internationaux et la prise de nouveaux engagements de droit international faisant bénéficier les étrangers d’une libre circulation des personnes, sous quelque forme que ce soit. Les accords internationaux existants ne doivent pas être adaptés ou étendus en violation de ces dispositions. Le Conseil fédéral est de plus chargé de faire en sorte que la libre circulation des personnes avec l’UE cesse dans un délai d’un an après l’acceptation de l’initiative. Le but est d’empêcher l’application de la clause guillotine. Celle-ci dispose qu’en cas de résiliation de l’un des accords des Bilatérales I, les six autres accords de ce paquet prennent fin automatiquement. Si une résiliation par consentement mutuel devait échouer, le Conseil fédéral devra dénoncer unilatéralement l’accord sur la libre circulation des personnes. C’est la seule façon de garantir que nous puissions enfin décider à nouveau nous-mêmes qui a le droit d’entrer dans notre pays.

En réalité, il n’y a rien de plus naturel : chaque pays libre décide lui-même qui a le droit d’y immigrer ou non. Telle est également la volonté du peuple suisse, qui a accepté le 9 février 2014 l’initiative populaire contre l’immigration de masse. Pourtant, les conseillers fédéraux, les juges fédéraux et une majorité des partis à Berne se fichent en ce moment éperdument des droits populaires, ce qui est scandaleux. Ils refusent ni plus ni moins de mettre en œuvre la décision du peuple. Par peur de Bruxelles, par peur de l’UDC, par arrogance, qu’importe. Pendant ce temps, l’immigration de masse se poursuit sans relâche. Elle alourdit les dépenses sociales et fait tomber des Suisses au chômage. Il faut que cela s’arrête. Voilà pourquoi l’UDC lance l’initiative «de limitation» pour une immigration modérée. Son but est de mettre un terme à la libre circulation des personnes avec l’UE. Elle laisse au Conseil fédéral le choix de la méthode : par des négociations allant enfin dans le bon sens ou en résiliant l’accord en question. Ne vous laissez pas intimider : il est peu probable que l’UE laisse résilier les Bilatérales I, qui sont avant tout dans son propre intérêt. Si toutefois, contre toute attente, cela devait arriver, la Suisse peut se le permettre. Les avantages des six accords sont nettement inférieurs aux inconvénients d’une immigration de masse qui perdure. Une limitation raisonnable est nécessaire sans plus attendre. Oui à une immigration modérée!

Articles
Journal du parti
partager l’article
05.12.2017, de Yves Nidegger
Plus on revoit le film, moins on comprend le scénario : Leuthard est pénard accoudée au comptoir,... lire plus
Journal du parti
partager l’article
05.12.2017, de Hans Egloff
L’imposition de la valeur locative pénalise les personnes propriétaires de leur logement, en imputant à leur revenu... lire plus
Journal du parti
partager l’article
05.12.2017, de Christian Imark
Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi la votation populaire sur l'initiative "No Billag" fait de si grosses vagues... lire plus
Journal du parti
partager l’article
05.12.2017, de Jürg Stahl
Peu de gens ont une fois dans leur vie l’honneur d’être le premier citoyen du pays. Jürg... lire plus
Journal du parti
partager l’article
04.12.2017, de Christoph Blocher
Le vote du 6 décembre 1992 sur l’adhésion à l’EEE/UE portait sur une question centrale : la... lire plus
Journal du parti
partager l’article
04.12.2017, de Thomas Aeschi
Le groupe parlementaire UDC Suisse a élu Thomas Aeschi (ZG) pour succéder à Adrian Amstutz (BE) à... lire plus
Journal du parti
partager l’article
04.12.2017, de Guy Parmelin
La Suisse a besoin de nouveaux avions de combat. Attention : il ne s’agit pas d’un nouveau... lire plus
Journal du parti
partager l’article
04.12.2017, de Albert Rösti
Le 6 décembre dernier marquait le 25e anniversaire du non à l’Espace économique européen, l’EEE/UE. Après une... lire plus
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Recommander cette page par E-Mail


Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord