Participer
Journal du parti Franc-parler octobre 2018

Qui décidera à l’avenir en Suisse ?

Le comité « OUI à l’autodétermination » a exposé les arguments pour un OUI à la démocratie directe et à l’initiative pour l’autodétermination qui sera décidée dans les urnes le 25 novembre prochain. En Suisse, ce sont les citoyennes et les citoyens qui ont le dernier mot dans toutes les décisions politiques importantes. Cette autodétermination unique au monde, qui découle du régime de la démocratie directe, est un pilier central du modèle à succès suisse.

Conséquence: le Conseil fédéral et le Parlement refusent tout simplement d’appliquer les décisions du peuple en se référant à l’accord de libre circulation des personnes avec l’UE, ou encore à la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH). Des exemples concrets parmi d’autres: des criminels étrangers condamnés ne sont pas expulsés vers leur pays d’origine malgré le OUI populaire à l’initiative sur le renvoi et l’immigration ne sera pas contrôlée malgré un OUI à l’initiative contre l’immigration de masse.

Fin de la démocratie directe
Pendant ce temps, des autorités et organes internationaux étendent constamment le champ d’application de traités internationaux sans que le peuple suisse n’ait son mot à dire. Et si la Suisse concluait, comme le souhaite le Conseil fédéral, un accord-cadre institutionnel avec l’UE, la démocratie directe et la souveraineté législative de la Suisse appartiendraient à l’histoire.

Priorité à la Constitution fédérale
L’initiative pour l’autodétermination exige que la Constitution fédérale redevienne la source suprême du droit suisse. La seule exception est le droit interna­tional impératif qui interdit, par exemple, la torture.

Conserver le droit de décider nous-mêmes
Cela assurera clarté et sécurité du droit : Les décisions du peuple ne pourront plus être éludées sous le prétexte de traités internationaux, mais elles devront être respectées et appliquées. Nous pourrons ainsi décider à l’avenir nous-mêmes si, oui ou non, nous voulons des denrées alimentaires génétiquement modifiées, si nous voulons garder des banques cantonales bénéficiant de la garantie de l’Etat, si nous voulons des mesures d’accompagnement pour nous protéger contre la sous-enchère salariale, etc.

En bref, dans cette votation sur l’initiative pour l’autodétermination, il ne s’agit pas de savoir si on est de droite ou de gauche, mais il s’agit de répondre à la question de principe suivante: voulons-nous continuer de vivre dans une démocratie directe et voulons-nous sauvegarder no­tre souveraineté législative et la prospérité de notre pays?

partager l’article
Themen
par l’auteur
SVP conseiller national (BE)
Articles
Journal du parti
partager l’article
24.10.2018, de Albert Rösti
La Suisse apparaît dans les classements internationaux comme l’un des pays les plus riches et les plus... lire plus
Journal du parti
partager l’article
24.10.2018, de Peter Keller
Abandonner la démocratie directe, c’est abandonner la Suisse. Nos droits démocratiques sont uniques. L’initiative pour l’autodétermination est... lire plus
Journal du parti
partager l’article
24.10.2018, de Marcel Dettling
Ce n’est qu’en disant OUI à l’initiative pour l’autodétermination que l’agriculture suisse telle que nous la connaissons... lire plus
Journal du parti
partager l’article
24.10.2018, de Bruno Walliser
Voulez-vous en tant qu’entrepreneur ou entrepreneuse décider par vous-mêmes de ce que vous pouvez faire dans votre... lire plus
Journal du parti
partager l’article
24.10.2018, de Hans Kaufmann
Ce sont les citoyennes et les citoyens qui ont le dernier mot en Suisse. Nous décidons des... lire plus
Journal du parti
partager l’article
24.10.2018, de Sylvia Flückiger
Les menaces sur notre pays en provenance de l’UE se succèdent! Politiciens et associations diverses diffusent ces... lire plus
Journal du parti
partager l’article
24.10.2018, de Céline Amaudruz
En avril 2011, la France interdisait le port de tenues destinées à dissimuler le visage dans l'espace... lire plus
Journal du parti
partager l’article
24.10.2018
Ce fut notamment le cas en 1998 lorsqu'une majorité écrasante du peuple suisse a dit OUI au... lire plus
Journal du parti
partager l’article
24.10.2018, de Andreas Glarner
Bref rappel: le «Global Compact for Migration» a pour but «une migration sûre, ordonnée et régulière» et... lire plus
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Recommander cette page par E-Mail


Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord