Participer
Initiative

10.3189 – Motion: Pas d’entraide administrative sur la base de données obtenues illégalement

Le Conseil fédéral est chargé de ne plus signer de nouvelles conventions de double imposition, sauf si elles prévoient expressément…

Motion du groupe UDC

Le Conseil fédéral est chargé de ne plus signer de nouvelles conventions de double imposition, sauf si elles prévoient expressément:

1. que les parties s’engagent à ne pas acquérir, ni utiliser, de données bancaires provenant de l’autre Etat si elles ont été obtenues illégalement;

2. que les parties ne s’accordent ni l’entraide judiciaire, ni l’entraide administrative, si la demande est fondée sur des données bancaires provenant de l’autre Etat et ayant été obtenues illégalement en tout ou partie;

3. que les parties s’engagent, le cas échéant, à se communiquer immédiatement copie de données bancaires provenant de l’autre Etat dont elles ont connaissance, si ces données ont été obtenues illégalement;

4. que les parties s’engagent à s’accorder immédiatement l’entraide judiciaire ou administrative nécessaire pour poursuivre celui qui se serait procuré illégalement des données bancaires provenant de l’autre Etat.

Développement
Face à un gouvernement allemand qui n’hésite pas à acheter des données bancaires suisses volées, et donc à pratiquer une sorte de recel d’Etat, le Conseil fédéral ne peut rester les bras ballants. Il doit ainsi refuser absolument de conclure des conventions de double imposition avec des pays qui achètent des données bancaires obtenues illégalement. Dans le cas inverse, en effet, ces pratiques risqueraient de faire école et les malfaiteurs à la recherche d’informations bancaires partiraient rapidement à l’assaut de la place financière suisse, peut-être même avec l’appui de services de renseignement ou de ministres des finances étrangers. Nous ne pouvons pas accepter ce risque: le vol comme le recel doivent être punis, et il ne doit en aucun cas être possible de s’appuyer sur des données bancaires volées pour engager des poursuites contre ceux qui auraient éventuellement fraudé le fisc. Ce point doit absolument figurer dans les futures conventions de double imposition, et être spécifié dans les conventions déjà conclues, quitte à devoir les renégocier.

Réponse du Conseil fédéral du 12.05.2010
Dans notre pays, le vol de données bancaires est un acte punissable et la Suisse fera tout son possible pour poursuivre les coupables. L’achat de telles données par un Etat avec lequel la Suisse a passé une convention de double imposition (CDI) viole le principe de la bonne foi. Selon l’article 26 de la Convention de Vienne du 23 mai 1969 sur le droit des traités (RS 0.111), les traités internationaux (tels que les CDI) doivent être exécutés conformément au principe de la bonne foi. Compte tenu de cette situation juridique, le projet d’ordonnance relative à l’assistance administrative d’après les CDI prévoit une disposition suivant laquelle l’assistance administrative ne peut être accordée si la demande se fonde sur des informations obtenues en violation du droit suisse. La procédure d’audition a pris fin le 30 avril 2010. Le Conseil fédéral prévoit que l’ordonnance entre en vigueur le 1er octobre 2010. Lors de l’élaboration de la loi sur l’assistance administrative internationale en matière fiscale, qui remplacera l’ordonnance, il s’agira également d’examiner la possibilité d’introduire une disposition analogue.

En se fondant sur cette base légale, la Suisse refusera l’assistance administrative lorsque, pour le cas concerné, des indices permettent de supposer que la demande est liée à des informations obtenues par des actes punissables selon le droit suisse et lorsqu’il ressort des circonstances que les intérêts lésés priment l’intérêt à l’échange d’informations. Une base légale supplémentaire n’est donc pas nécessaire.

La Suisse fournira une déclaration en ce sens à l’occasion des prochaines négociations relatives à des CDI. Elle mettra tout en oeuvre pour que cette déclaration soit acceptée par l’Etat partenaire. Pour les CDI déjà paraphées, voire signées, cette déclaration serait donnée après coup. La Suisse tient ainsi à s’assurer que tous les Etats partenaires sont bien informés sur son interprétation des clauses d’assistance administrative fondées sur le standard de l’OCDE.

En outre, si l’infraction peut faire l’objet d’une demande d’entraide judiciaire, la Suisse demandera une telle entraide pour faire toute la lumière sur les responsabilités dans les infractions commises. L’entraide judiciaire permet aussi d’obtenir des copies des informations qui ont été acquises illégalement. A cet effet, les bases existantes sur l’entraide judiciaire en matière pénale – comme les traités internationaux en vigueur – s’appliquent. D’autres instruments sont donc inutiles.

plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
24.10.2020
Lors de leur assemblée tenue sous forme numérique, les délégués de l'UDC Suisse ont invité le Conseil... lire plus
Exposé
partager l’article
24.10.2020, de Roger Köppel
Papier de position
partager l’article
14.09.2020
en lire plus
Thèmes et positions
Politique d'asile

Corriger enfin le chaos qui règne dans la politique d’asile.

Economie et prospérité

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie.

Médias

Plus de diversité, moins d’Etat.

Formation

Stopper les réformes prétentieuses et irréalistes– revenir à une formation axée sur la pratique.

Armée

La sécurité de la population.

Environnement

Un environnement où il fait bon vivre aujourd’hui et demain.

Soutenir la propriété – renforcer la liberté

Non aux expropriations, oui à la protection de la sphère privée.

Politique étrangère

Indépendance et autodétermination.

Liberté et sécurité

Défendre la liberté menacée.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord