Stopper la gauche et sauver le modèle de réussite suisse !

Je vous souhaite la bienvenue à notre première assemblée des délégués de cette importante année. Importante parce que dans à peine 9 mois se tiendront les élections au Conseil national et au Conseil des Etats et que les jalons seront posés pour notre pays. Vous le savez comme moi et comme tous les membres de notre parti :

Marco Chiesa
Marco Chiesa
Président Ruvigliana (TI)

Ces élections seront décisives pour l’avenir de notre pays, de notre patrie. Le 22 octobre, nous devrons mettre un terme à cette nuisible politique de la gauche rose-verte. Nous devrons tout entreprendre pour qu’il n’y ait pas de nouveau virage à gauche, sinon, c’en est fini de notre prospérité, de notre liberté de notre indépendance.

Nous le savons dans cette salle. Nous devons maintenant le dire aux électeurs : la politique de la gauche rose-verte est suicidaire. Elle détruit tout ce qui fait le succès de la Suisse ; les exemples sont hélas trop nombreux. La gauche a provoqué la crise de l’électricité en arnaquant la population avec la Stratégie énergétique 2050. Elle veut accorder l’asile au monde entier. Elle veut nous dicter ce que nous pouvons penser et comment nous devons dire et écrire.

Mais il ne suffit pas que seule l’UDC se batte contre cette folie. Si nous voulons stopper l’avancée de la gauche, nous devons également collaborer avec les bourgeois raisonnables. Concrètement, nous voulons des apparentements de listes généralisés avec le PLR. C’est la seule façon d’empêcher que des sièges supplémentaires aillent à la gauche.

C’est exactement ce qui s’est passé lors des dernières élections fédérales de 2019, par exemple dans le canton des Grisons, où un siège y a été attribué à Jon Pult (PS) ; la gauche a profité du fait que nous n’avions pas d’apparentement avec le PLR. Cela ne doit pas se reproduire cette fois-ci. Nulle part ailleurs. Nous voulons des apparentements de listes dans chaque canton. La balle est maintenant dans le camp du PLR et sa responsabilité est aussi engagée si la gauche gagne des sièges supplémentaires à cause de l’absence d’apparentements de listes.

Nous devons tout faire, ensemble, pour empêcher une nouvelle victoire de la gauche.

Il est donc très important que notre référendum sur la loi coûteuse et mensongère sur la protection du climat ait abouti. Mais ce n’est qu’un succès partiel. Nous ne devons pas nous relâcher. Nous devons maintenant gagner la votation populaire, qui devrait avoir lieu mi-juin.

Cette campagne de votation sera décisive. Bien que nous manquions déjà d’électricité aujourd’hui, la gauche veut interdire le mazout, le gaz, le diesel et l’essence. Le chauffage et la conduite automobile ne seront plus possibles qu’à l’électricité, ce qui signifie une augmentation massive des besoins en électricité, tout comme des coûts ! Malgré cela, l’approvisionnement électrique à prix abordable ne sera pas suffisant en hiver.

A cela s’ajoutent des coûts titanesques : cette utopique transition énergétique nous coûtera plus de 300 milliards de francs – au minimum ! Ce sont les propriétaires et les locataires, les automobilistes, les familles et les commerçants qui devront payer. En clair : nous tous !

Stoppons cette folie de la gauche ! Si nous gagnons ce référendum, nous gagnerons aussi les élections de cet automne et nous pourrons ainsi éviter ce virage à gauche.

Nous voyons également où nous mène la politique de gauche avec l’immigration massive : il y a beaucoup trop d’étrangers qui arrivent et ce ne sont pas les bons. Le système d’asile a échoué, c’est un véritable chaos et nous le devons à la gauche, qui veut ouvrir grand les portes du pays au monde tout entier. Elle ne font pas la différence entre les réfugiés politiques et les migrants économiques ; touristes de l’asile venus du monde entier sont une bombe à retardement pour nos institutions sociales ; ils finissent par ailleurs presque tous à l’aide sociale, reçoivent gratuitement un « all inclusive » comprenant loyer, caisse maladie, transports publics, nourriture, vêtements et bien plus encore sans avoir jamais versé un franc.

Mesdames et Messieurs, vous le ressentez jour après jour : l’immigration est démesurée. Les routes sont encombrées, les trains sont bondés, les logements se font rares, les loyers explosent. Notre beau pays est toujours davantage bétonné, les écoles sont devenues des zones à problèmes et ce au détriment de nos enfants. La croissance par habitant stagne, voire même diminue.

Tout cela n’est guère étonnant ! En effet, en moyenne, 80’000 personnes viennent s’installer en Suisse chaque année. En 2023, nous allons franchir la barre des 9 millions d’habitants. La population suisse croît 2x plus vite que celle de la Grande-Bretagne ou de la France et même 20x plus vite que la population d’Allemagne ! Et cela n’est que la conséquence exclusive de l’immigration de masse.

Mesdames et Messieurs, je vous pose la question : le peuple suisse n’a-t-il pas dit oui à notre initiative sur l’immigration de masse ? N’a-t-il pas dit oui à notre initiative sur le renvoi des étrangers criminels ?

OUI, il l’a fait. Mais il y a des saboteurs au Palais fédéral et dans les tribunaux, qui n’appliquent simplement pas la volonté du peuple et les lois, bafouant ainsi notre Constitution et la démocratie directe.

Chers délégués, nous ne pouvons et ne devons pas accepter cela et il est donc d’autant plus important que nous gagnions les élections ; l’UDC est le seul parti qui peut et veut enfin stopper les destructeurs de la Suisse de la gauche rose-verte !

Je ne saurais trop vous mettre en garde : la Suisse est en danger. Notre modèle de réussite est en danger. Notre pays libre s’effondrera si nous ne parvenons pas à stopper l’avancée de la gauche.

Je suis convaincu que nous parviendrons à sauver notre Suisse. Ensemble avec vous, ensemble avec les citoyennes et les citoyens. Je m’engage dans la campagne électorale avec une grande motivation – comme tout le parti. Nous avons la chance de remplacer la folie de la gauche rose-verte par une politique raisonnable pour la Suisse. La population le sent bien, constatant que les utopies de la gauche sont bâties sur des sables mouvants et s’enlisent petit à petit. Saisissons cette chance ! Donnons tout, ensemble, pour la Suisse, ses citoyennes et ses citoyens ! D’avance merci !

Marco Chiesa
Marco Chiesa
Président Ruvigliana (TI)
 
Plus sur le thème
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse.Voir les détails Voir les détails
Je suis d'accord