Participer
Journal du parti Franc-parler janvier 2021

La Suisse dans les mains de l’UDC

C’est historique: l’Union démocratique du centre fournira le président de la Confédération ainsi que les présidents du Conseil national et du Conseil des Etats en 2021. Guy Parmelin, Andreas Aebi et Alex Kuprecht expliquent leurs objectifs pour l’année présidentielle, et ce que le triumvirat de l’UDC signifie pour le parti.

«Je veux renforcer la cohésion dans le pays»

Nous devons nous concentrer sur les forces de la Suisse afin de redémarrer une fois la crise derrière nous, déclare le président de la Confédération et ministre de l’économie Guy Parmelin.

Monsieur le Président de la Confédération, quels sont vos buts pour cette année présidentielle? 

Je voudrais utiliser cette fonction tout particulièrement pour renforcer la cohésion dans le pays, entre les jeunes et les personnes âgées, entre la ville et la campagne ainsi qu’entre les régions linguistiques. Il va également de soi que les prochains mois seront consacrés à la lutte contre la pandémie de coronavirus et ses conséquences. Il faut donc se mettre dès maintenant au travail.

Qu’est-ce que cela signifie pour vous que d’assumer une présidence, surtout en cette période pour le moins difficile?

Il est particulièrement important dans une telle situation d’écouter les gens, d’être attentif à leurs besoins et à leurs inquiétudes. Il faut en outre clarifier les décisions et le faire en sorte qu’elles soient compréhensibles. Les gens et l’économie ont besoin de perspectives, a fortiori en ces temps difficiles.

Quels sont selon vous les plus grands défis dans le domaine de la politique intérieure? 

Outre surmonter la crise, il faut faire en sorte de créer dès maintenant les conditions pour la reprise. Cela signifie que nous devons maintenir des conditions-cadres aussi bonnes que possible et les optimiser autant que faire se peut. Des efforts doivent être consentis pour que l’innovation et la formation soient maintenues à un niveau élevé. Ces qualités, caractéristiques de la Suisse, gagneront encore en importance après la crise. Nous sommes en outre confrontés à des défis majeurs, tels que le maintien de la prévoyance vieillesse. Nous avons également divers chantiers en cours dans le contexte international, notamment dans le cadre de nos relations avec l’UE. Enfin, l’accord de libre-échange avec l’Indonésie et les initiatives agricoles constitueront des votes importants cet été.

Voyez-vous dans le Brexit un événement libérateur pour le Conseil fédéral en matière de politique européenne?  

Les conséquences de l’accord de retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne sur la Suisse doivent certainement être analysées. Le Conseil fédéral veut des clarifications sur plusieurs points importants en lien avec l’accord-cadre avec l’UE (protection des salaires, directive sur la citoyenneté, aides de l’Etat). Puis il décidera de la suite à donner.

Quels sont vos principaux messages politiques à l’adresse des électeurs et de la population? 

Je considère important que nous gardions la confiance en nous-mêmes et en nos forces. La crise finira un jour et nous devons déjà nous y préparer. J’ai bon espoir qu’après tous ces mois difficiles nous pourrons redémarrer.

 

Une politique pour les cantons

Le président du Conseil des Etats, Alex Kuprecht, veut réanimer le «caractère» de la chambre basse.

Le Conseil des États a été secoué ces derniers temps. Lors des élections fédérales de 2019, des forces jeunes, féministes et vertes ont en effet fait leur entrée à la chambre haute. De surcroît, l’année 2020 s’est déroulée dans des conditions difficiles en raison de la pandémie de coronavirus. Le président du Conseil des États, Alex Kuprecht, déclare donc comme objectif de «souder à nouveau un peu le Conseil des États» et de lui redonner «son caractère de chambre de réflexion».

«Le point d’orgue de ma carrière politique»

Les «vieux routiers de la politique» avaient également tendance à «réciter le programme de leur parti». Avec Christian Levrat et maintenant Marco Chiesa, les présidents de partis ont fait leur entrée au Conseil des États, et Paul Rechsteiner, patron de syndicat. Et avec Urs Schwaller, Filippo Lombardi et maintenant Andrea Gmür (tous du groupe parlementaire PDC/Centre), les chefs des groupes parlementaires ont également joué un rôle politique dans la chambre basse. La politique de parti a donc été privilégiée. Cela étant, a-t-il souligné, il convient de ne pas oublier que les membres du Conseil des États doivent avant tout représenter les intérêts de leurs cantons.

Pour Alex Kuprecht, la présidence du Conseil des États est le «point d’orgue de ma carrière politique». Il a l’intention de rester discret pour ce qui est du contenu. La musique, il la laisse  aux autres: «Le chef de groupe et la direction sont ceux qui jouent des trompettes.»

 

Paysan, entrepreneur, premier Suisse

Le président du Conseil national, Andreas Aebi, veut fixer le cap pour l’avenir.

Andreas Aebi est une figure de l’intégration: il est agriculteur et entrepreneur de voyages, commissaire-priseur et expert en politique étrangère, homme de caractère et bâtisseur de ponts. Son principe directeur pour l’année en tant que président du Conseil national tient en trois mots: cohésion, confiance, satisfaction. Outre les questions centrales de l’UDC en matière d’immigration et d’UE, ses objectifs politiques les plus importants sont les «questions qui concernent l’avenir», à savoir la réforme de l’AVS et de la prévoyance professionnelle. L’UDC doit prendre une position claire à ce sujet, souligne M. Aebi. 

«Nous faisons beaucoup pour un environnement sain»

Il veut en même temps affiner la stratégie de l’UDC en matière de politique environnementale. «En tant qu’agriculteur, je fais beaucoup pour un environnement sain – comme le font d’autres membres du parti des agriculteurs qu’est l’UDC».

Andreas Aebi ne pense pas que l’UDC risque de perdre son mordant avec ses trois présidents. «Nous avons après tout deux conseillers fédéraux.» La Suisse ne connaît pas de système de type gouvernement-opposition. Et malgré les postes honorifiques, l’UDC peut continuer à jouer pleinement ses atouts de politique partisane.

partager l’article
Articles
Journal du parti
partager l’article
20.01.2021, de Marco Chiesa
La crise du coronavirus occulte tout en ce moment. Je n’en suis pas moins confiant: car si... lire plus
Journal du parti
partager l’article
20.01.2021, de Thomas Aeschi
L'accord que le Royaume-Uni a conclu avec l'UE offre des avantages importants par rapport à l'accord-cadre. L'UDC... lire plus
Journal du parti
partager l’article
20.01.2021, de Céline Amaudruz
L'émancipation de la femme est une lutte de chaque instant. A l'heure où nous nous battons pour... lire plus
Journal du parti
partager l’article
20.01.2021, de Christian Imark
Malgré les restrictions liées à la pandémie du coronavirus, plus de 110 000 signatures ont été récoltées... lire plus
Journal du parti
partager l’article
20.01.2021, de Michaël Buffat
L’e-ID suisse facultative, autrement dit l’identité électronique, nous permettra à l’avenir d’utiliser Internet de manière plus sûre... lire plus
Journal du parti
partager l’article
20.01.2021, de Guy Parmelin
Le 7 mars 2021, nous voterons sur l’accord de partenariat économique entre les États de l’AELE et... lire plus
Journal du parti
partager l’article
20.01.2021, de Yves Nidegger
Depuis octobre 2020, des déversements de violence islamiste se sont multipliés dans les villes d’Europe ; ils... lire plus
Journal du parti
partager l’article
20.01.2021, de Andrea Geissbühler
L'initiative populaire «Oui à l'interdiction de se dissimuler le visage», sur laquelle nous voterons le 7 mars,... lire plus
Journal du parti
partager l’article
20.01.2021, de Walter Wobmann
Le 7 mars 2021, nous voterons sur l'initiative populaire «Oui à l'interdiction de se dissimuler le visage».... lire plus
Union démocratique du centre UDC
Tel.031 300 58 58 – fax031 300 58 59 – E-Mail:info@udc.ch – PC:30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord