Participer

Libre, indépendante, ouverte sur le monde

Edition spéciale Edition spéciale de mars 2015

Libre, indépendante, ouverte sur le monde

«La Confédération suisse protège la liberté et les droits du peuple et elle assure l’indépendance et la sécurité du pays.» C’est ainsi que l’article 2 de la Constitution fédérale définit le but de la politique étrangère. Le Conseil fédéral et les membres de l’Assemblée fédérale (Parlement) s’engagent par serment ou promesse solennelle à le respecter. Cela vaut en particulier pour la politique étrangère de la Suisse vis-à-vis de l’UE.

La Constitution oblige expressément le Conseil fédéral et le Parlement à prendre les «mesures nécessaires pour préserver la sécurité extérieure, l’indépendance et la neutralité de la Suisse». Les citoyens décident librement du sort et de l’avenir de la Suisse. Cette liberté n’est restreinte que par les règles impératives du droit international, dont les principes sont aussi ancrés dans la Constitution. Il incombe au peuple et à ses représentants élus au Conseil national et au Conseil des États de surveiller la mise en oeuvre de la politique étrangère telle que prescrite par la Constitution.

L’abandon de la souveraineté: trop cher payé

L’abandon progressif et par des voies détournées de la souveraineté, des droits populaires et de la neutralité est en claire contradiction avec la politique étrangère prescrite par la Constitution. Nous avons ici le devoir d’agir, particulièrement dans notre relation avec l’Union européenne (UE). L’UE est notre principal partenaire commercial. Cela ne saurait cependant en aucun cas nous inciter à tout placer sous ce partenariat. La tentative de l’UE de mettre en place un système juridique et monétaire commun avec des pays ayant une mentalité, une histoire, des systèmes sociaux, un endettement et une puissance économique très différents s’appuie sur une base bien trop bancale. Le fait est que l’euro est une monnaie politique dont la valeur ne cesse de diminuer. Les politiciens de l’UE ont beau clamer dans leurs discours de persuasion que la faiblesse de l’euro est favorable à une économie (d’exportation) forte. Cependant, si l’on suit ce raisonnement, l’Italie aurait dû, avec ses dévaluations répétées de la lire entre 1970 et l’introduction de l’euro, devenir la championne du monde de l’exportation…

La démocratie directe, fondement de la réussite suisse

Le fait est toutefois que la Suisse, malgré ses prétendus handicaps, figure parmi les premiers sur le plan économique et est même qualifiée de nation la plus compétitive du monde. Et cela, malgré des salaires élevés et le franc fort; mais aussi et surtout grâce à son faible endettement, à sa discipline budgétaire, à sa fiscalité modérée et à sa législation libérale dans les domaines du travail et du commerce. Nous devons cela à notre population bien formée et travailleuse et au niveau de notre système étatique, à notre démocratie directe. A travers les compétences étendues du peuple et des cantons sur les questions constitutionnelles et législatives, notre démocratie directe garantit cette qualité étatique ainsi que la sécurité juridique.

Des accords entre partenaires, pas un diktat

Depuis qu’une adhésion à l’UE «n’est plus évoquée», parce qu’elle est rejetée par une majorité écrasante de la population, l’objectif de la politique européenne du Conseil fédéral est flou. La «préservation des bilatérales» de l’Accord de libre-échange de 1972 aux bilatérales II occupe le premier plan. C’est bien ainsi; les accords apportent une sécurité juridique et ne portent pas atteinte à notre souveraineté. Ce qui est en revanche inacceptable, c’est le prix que le gouvernement national est disposé à payer pour cela dans le cadre d’un accord institutionnel. On voudrait ainsi que la Suisse, une nation née précisément de la volonté de ses citoyens, reprenne le droit communautaire futur de l’UE. Cela rappelle le système passé des pactes coloniaux. L’UE décide, la Suisse reprend. Signeriez-vous un contrat avec une assurance ou un partenaire commercial dans lequel votre cocontractant a le droit unilatéral d’apporter des modifications à votre désavantage, que vous devriez ensuite reprendre?

Afficher davantage de confiance en soi

Plutôt que de négocier à ce niveau, la Suisse, deuxième partenaire commercial de l’UE derrière les États-Unis pourrait très bien faire montre de confiance en soi et se présenter comme un partenaire égal. Il est frappant de constater comment le Conseil fédéral et les associations économiques prennent soin de ne parler le plus souvent que de «voie bilatérale». Or, ce qui compte, c’est bien le but poursuivi. Et celui-là ne peut résider dans la reprise obligatoire de règles du droit européen. C’est pourquoi, comme l’UDC l’a toujours fait, nous ne consentirons à des accords avec l’UE et avec d’autres partenaires que si ceux-ci préservent les intérêts de la Suisse, la souveraineté et la neutralité. Ainsi que l’exige notre Constitution.

Articles
Edition spéciale
partager l’article
20.03.2015
Même le Tribunal fédéral a cédé la souveraineté juridique de la Suisse et transféré la responsabilité de... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
20.03.2015, de Toni Brunner
L’UDC veut en outre que nous tous puissions à l’avenir aussi décider du droit sous lequel nous... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
19.03.2015, de Natalie Rickli
Le peuple a clairement tranché le 29 novembre 2010, donc il y a plus de quatre ans:... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
19.03.2015, de Adrian Amstutz
Le peuple et les cantons ont approuvé le 11 février 2014 l’initiative populaire «contre l’immigration de masse»,... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
19.03.2015, de Thomas Müller
L’aide sociale a été conçue comme un soutien dans une situation de détresse provisoire. Petit à petit,... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
19.03.2015
La Constitution fédérale suisse a été approuvée par le peuple et les cantons qui forment le souverain.... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
19.03.2015
Vignette, centime climatique, RPLP, Impôt sur les véhicules à moteur, taxe sur les huiles minérales et amendes... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
19.03.2015, de Fabienne Despot
La gestion de la politique d’asile lors de ces dernières années ressemble davantage à une action pour... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
19.03.2015
La comparaison des faits et des chiffres du développement économique avec le gonflement de l’État ces quatre... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
19.03.2015
Il est grand temps de mettre fin à cette manie régulatrice et de réduire progressivement l’empreinte laissée... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
19.03.2015
Dans la revue du Bernischer Juristenverein (numéro de jubilé 2014), le juge fédéral Prof. Dr. Hansjörg Seiler... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
19.03.2015
La Suisse garantit déjà depuis longtemps dans sa Constitution les droits de l’homme et les droits fondamentaux.... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
19.03.2015, de Yves Nidegger
Jusqu’ici, vous avez pu décider librement à chaque votation. Vous avez eu le droit d’être pour ou... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
19.03.2015, de Heinz Brand
Ces quatre dernières années, la Suisse a reçu plus de 20’000 demandes d’asile par an. En proportion... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
19.03.2015, de Céline Amaudruz
Les nouveaux impôts ne favorisent ni l’économie ni les ménages. S’il suffisait d’augmenter le taux des impôts... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
19.03.2015, de Raymond Clottu
La Banque nationale a décidé de ne plus arrimer le franc à l’euro. Que faire maintenant? L’UDC... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
19.03.2015, de Oskar Freysinger
La Suisse est un pays riche, nous devons cependant admettre qu’il existe une très grande disparité entre... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
19.03.2015
La Suisse est un pays merveilleux aux acquis formidables. La liberté, l’indépendance, la qualité de la vie... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
19.03.2015
Notre programme pour une Suisse libre, indépendante et souveraine. Lors de leur assemblée de fin février 2015, les... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
19.03.2015, de Jean-François Rime
Le 14 juin 2015, nous voterons sur la révision de la loi sur la radio et la... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
11.03.2015
La liberté est un bien précieux. Elle occupe depuis toujours une place centrale en Suisse. Notre pays... lire plus
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord