Participer

Renforcer l’autodétermination

Edition spéciale Edition spéciale de mars 2015

Renforcer l’autodétermination

La Constitution fédérale suisse a été approuvée par le peuple et les cantons qui forment le souverain. Or, par un développement sournois, mais parfaitement ciblé, le droit international a pris ces dernières années le pas sur la Constitution fédérale. Le Tribunal fédéral a confirmé en 2012 cette priorité du droit international. Des tribunaux étrangers et des organisations internationales peuvent désormais imposer leurs décisions en Suisse. Cette transformation de notre régime légal, qui ressemble fort à un coup d’Etat, doit absolument être inversée.

 

Entretien avec Hans-Ueli Vogt, 45 ans, député UDC au Grand Conseil de Zurich et professeur de droit privé et économique à l’Université de Zurich

Edition spéciale: Monsieur Vogt, avec son initiative «Le droit suisse au lieu de juges étrangers (initiative pour l’autodétermination)», l’UDC entend ancrer dans la Constitution fédérale la priorité de notre droit constitutionnel par rapport au droit étranger. C’est vous qui avez été chargé de développer ce concept. Quels en sont les objectifs ?

Hans-Ueli Vogt: La question est la suivante: qui décide de ce que doit être le droit suprême en Suisse? L’initiative répond clairement: les citoyennes et citoyens suisses ainsi que les cantons définissent le droit suprême applicable en Suisse. Le peuple et les cantons forment le souverain, donc le pouvoir législatif suprême. Ce principe nous a été fort utile. C’est sur cette base que s’est développé notre régime libéral, mais aussi notre Etat social, et non pas grâce à un quelconque rattachement à des organisations internationales ou tribunaux étrangers. Voilà pourquoi toutes les Suissesses et tous les Suisses qui sont pour l’autodétermination de leur pays devraient signer notre initiative, qu’ils soient politiquement de gauche ou de droite. Seul le droit international impératif demeure superposé à notre Constitution.

Comment définissez- vous la différence entre droit international et droit national ?

On peut distinguer trois sources du droit international public. Premièrement, le droit international se compose des traités que les Etats concluent entre eux. Deuxièmement, le droit international est le droit des organisations, autorités et tribunaux internationaux. Troisièmement, il existe quelques principes légaux coutumiers qui font également partie du droit international. Le droit national, en revanche, a été créé par le pays qui l’applique.

Quels problèmes pose le droit international ?

Les problèmes ne viennent pas des traités de droit international, mais ils ont pour origine l’influence croissante du droit décrété par des organisations, autorités et tribunaux internationaux comme l’ONU, l’OCDE, l’UE ou encore la Cour européenne des droits de l’homme de Strasbourg. Les fonctionnaires et les juges de ces organisations, autorités et tribunaux internationaux créent de plus en plus de règlementations, de directives et de recommandations et ils prononcent une multitude de jugements. La majorité de ces fonctionnaires et juges ne sont pas élus par le peuple et n’ont pas à se soumettre à une réélection. Ils n’ont pas la responsabilité des charges financières qui résultent de leurs règlementations pour les Etats et finalement pour les ciétrangers, mais aussi à un gouvernement étranger serait ainsi complète. L’adhésion insidieuse à l’UE serait un fait accompli, alors qu’on nous présente le rattachement institutionnel comme une «amélioration» et un «renouvellement » des relations bilatérales. Pour éviter d’en arriver là, il faut inscrire dans notre Constitution le principe que le droit constitutionnel prime le droit international non impératif. Voilà exactement l’objectif de l’initiative populaire «Le droit suisse au lieu de juges étrangers». toyens. On peut donc les qualifier à juste titre de «juges étrangers». Ils opèrent essentiellement dans leur propre monde, accélèrent la globalisation de la politique et du droit sans que leurs activités ne soient réellement contrôlées.

Que signifie ce développement pour la Suisse ?

Si, comme on essaie de nous le faire admettre depuis quelque temps, tout le droit international, et non seulement sa partie impérative, est superposé à notre Constitution fédérale, cela signifie qu’une poignée de fonctionnaires et de juges d’organisations et de tribunaux internationaux ont plus de poids que cinq millions de Suissesses et de Suisses ayant le droit de vote. Ce développement mine la démocratie directe, si bien que les droits de participation des citoyennes et des citoyens n’existeront plus que sur le papier. On peut certes encore voter, mais si les fonctionnaires et les juges d’organisations et de tribunaux internationaux décident autre chose, le résultat du vote ne vaut rien. La votation populaire est dégradée au niveau d’un simple sondage d’opinion. C’est à mon avis inacceptable. Voilà pourquoi il faut absolument placer la Constitution au-dessus du droit international non impératif.

Existe-t-il des exemples concrets de ce minage de la démocratie ?

L’application déficiente de l’initiative pour le renvoi des étrangers criminels, que le peuple et les cantons ont approuvée, illustre ce constat. Dans son arrêt du 12 octobre 2012, le Tribunal fédéral a décidé que le Parlement devait suivre la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme de Strasbourg en appliquant l’initiative sur le renvoi. Donc, cette initiative ne peut pas être appliquée fidèlement. Même le droit international non impératif a la priorité sur la Constitution fédérale. Les décisions des juges de Strasbourg ont donc plus de poids en Suisse que le résultat de la votation populaire du 28 novembre 2010. Résultat: la décision du peuple et des cantons n’est pas appliquée.

Qu’est ce qui changerait avec l’acceptation de l’initiative populaire «Le droit suisse au lieu de juges étrangers» ?

Il serait alors évident que les décisions du peuple et des cantons soient appliquées. En cas de contradiction entre la Constitution et le droit international non impératif, le traité international concerné devra être renégocié. Et si les négociations ne permettent pas d’éliminer la contradiction, le traité devra être résilié.

Quels problèmes identifiez-vous concernant ce rattachement institutionnel de la Suisse à l’UE? L’initiative «Le droit suisse au lieu de juges étrangers» nous protège-t-elle contre ce rattachement ?

C’est effectivement face à la menace d’un tel rattachement institutionnel de la Suisse à l’UE que cette initiative joue son rôle le plus important. Cet aspect a été complètement ignoré dans le débat suscité jusqu’ici par notre initiative. Le rattachement institutionnel à l’UE signifie que la Suisse devrait accepter automatiquement dans son propre droit tout le développement des accords bilatéraux imposé par l’UE – attention: ce développement est en fait une formule enjolivante pour dire modification – ou qu’elle y serait contrainte dans les faits. Ce rattachement aurait aussi pour conséquence que la Cour de justice UE de Luxembourg (CJUE) trancherait les litiges entre la Suisse et l’UE. Les modifications des traités voulues par l’UE et les jugements de la CJUE font également partie du droit international et auraient donc la priorité sur la Constitution fédérale. Résultat: l’UE et la CJUE seraient le nouveau souverain en Suisse, et non plus le peuple et les cantons. L’UE et la CJUE auraient en fait la compétence de modifier notre Constitution. La soumission de la Suisse non seulement à des juges ciétrangers, mais aussi à un gouvernement étranger serait ainsi complète. L’adhésion insidieuse à l’UE serait un fait accompli, alors qu’on nous présente le rattachement institutionnel comme une «amélioration» et un «renouvellement » des relations bilatérales. Pour éviter d’en arriver là, il faut inscrire dans notre Constitution le principe que le droit constitutionnel prime le droit international non impératif. Voilà exactement l’objectif de l’initiative populaire «Le droit suisse au lieu de juges étrangers».

Hans-Ueli Vogt

  • Professeur et docteur en droit
  • Professeur de droit économique à l’Université de Zurich
  • Activité comme avocat à Zurich et à New York
  • Député au Grand Conseil depuis 2011
  • Né le 5.12.1969, a grandi dans l’Oberland zurichois
  • Loisirs: marche à pied, lecture, visites de villes
Articles
Edition spéciale
partager l’article
20.03.2015
Même le Tribunal fédéral a cédé la souveraineté juridique de la Suisse et transféré la responsabilité de... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
20.03.2015, de Toni Brunner
L’UDC veut en outre que nous tous puissions à l’avenir aussi décider du droit sous lequel nous... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
19.03.2015, de Natalie Rickli
Le peuple a clairement tranché le 29 novembre 2010, donc il y a plus de quatre ans:... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
19.03.2015, de Adrian Amstutz
Le peuple et les cantons ont approuvé le 11 février 2014 l’initiative populaire «contre l’immigration de masse»,... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
19.03.2015, de Thomas Müller
L’aide sociale a été conçue comme un soutien dans une situation de détresse provisoire. Petit à petit,... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
19.03.2015, de Guy Parmelin
«La Confédération suisse protège la liberté et les droits du peuple et elle assure l’indépendance et la... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
19.03.2015
Vignette, centime climatique, RPLP, Impôt sur les véhicules à moteur, taxe sur les huiles minérales et amendes... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
19.03.2015, de Fabienne Despot
La gestion de la politique d’asile lors de ces dernières années ressemble davantage à une action pour... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
19.03.2015
La comparaison des faits et des chiffres du développement économique avec le gonflement de l’État ces quatre... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
19.03.2015
Il est grand temps de mettre fin à cette manie régulatrice et de réduire progressivement l’empreinte laissée... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
19.03.2015
Dans la revue du Bernischer Juristenverein (numéro de jubilé 2014), le juge fédéral Prof. Dr. Hansjörg Seiler... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
19.03.2015
La Suisse garantit déjà depuis longtemps dans sa Constitution les droits de l’homme et les droits fondamentaux.... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
19.03.2015, de Yves Nidegger
Jusqu’ici, vous avez pu décider librement à chaque votation. Vous avez eu le droit d’être pour ou... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
19.03.2015, de Heinz Brand
Ces quatre dernières années, la Suisse a reçu plus de 20’000 demandes d’asile par an. En proportion... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
19.03.2015, de Céline Amaudruz
Les nouveaux impôts ne favorisent ni l’économie ni les ménages. S’il suffisait d’augmenter le taux des impôts... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
19.03.2015, de Raymond Clottu
La Banque nationale a décidé de ne plus arrimer le franc à l’euro. Que faire maintenant? L’UDC... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
19.03.2015, de Oskar Freysinger
La Suisse est un pays riche, nous devons cependant admettre qu’il existe une très grande disparité entre... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
19.03.2015
La Suisse est un pays merveilleux aux acquis formidables. La liberté, l’indépendance, la qualité de la vie... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
19.03.2015
Notre programme pour une Suisse libre, indépendante et souveraine. Lors de leur assemblée de fin février 2015, les... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
19.03.2015, de Jean-François Rime
Le 14 juin 2015, nous voterons sur la révision de la loi sur la radio et la... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
11.03.2015
La liberté est un bien précieux. Elle occupe depuis toujours une place centrale en Suisse. Notre pays... lire plus
Union démocratique du centre UDC
Tel.031 300 58 58 – fax031 300 58 59 – E-Mail:info@udc.ch – PC:30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord