Participer

Plus de diversité médiatique pour plus de démoc...

Plus de diversité médiatique pour plus de démocratie

Les radios locales existent depuis 35 ans. Internet est populaire depuis près de 30 ans. Facebook a été fondé il y a 14 ans. La politique médiatique suisse passe complètement à côté de ce développement technologique: au lieu de faciliter la concurrence, elle encourage l’expansion de la SSR. Un développement fatal pour la diversité médiatique.

La SSR est devenue une vache sacrée au Palais fédéral. Ses 7 chaînes de télévision et 17 chaînes de radio provoquent de fortes distorsions sur le marché. L’autorité fédérale ne veut pas le savoir, tout comme elle ignore sciemment que la dominance commerciale de la SSR étouffe nombre d’entreprises privées et fait perdre des emplois. L’UDC a régulièrement critiqué cette politique hypocrite et s’est engagée pour plus de diversité médiatique et d’équité.

Discussion étouffée dans l’œuf
Depuis de nombreuses années le Conseil fédéral et la majorité du Parlement refusent d’ouvrir un débat réel sur le service public. Dans son rapport sur cette thématique, le gouvernement demandait à la SSR de se distinguer plus clairement des chaînes privées et de se concentrer sur son mandat clé. Des déclarations dont l’hypocrisie est démasquée par le projet de nouvelle concession de la SSR: l’autorité politique encourage désormais officiellement l’expansion de la SSR sur internet et dans le domaine du divertissement. Qui plus est, elle lui donne de nouvelles possibilités publicitaires. La SSR s’éloigne de son mandat de service public. Aujourd’hui, elle exploite 108 comptes Facebook et 42 canaux Youtube. Un développement inquiétant pour la diversité médiatique.

Pour un service public ciblé
L’UDC soutient l’idée d’une desserte médiatique de base au niveau fédéral. Ce service public doit cependant obéir au principe de la subsidiarité. En clair, la SSR n’a pas à réinventer des programmes proposés par le secteur privé. Le service public dont est mandatée la SSR doit se concentrer sur des productions que les entreprises privées ne peuvent ou ne veulent pas offrir. Les services d’information, les productions culturelles suisses et les grandes manifestations qui dépassent les moyens des chaînes privées doivent être du ressort de la SSR, mais non pas des jeux télévisés ou des émissions de téléréalité que le secteur privé peut et souhaite offrir.

L’initiative «No Billag» clarifie cette situation en privatisant la SSR. Elle va loin, mais elle est sans doute salutaire. Le Conseil fédéral s’entêtant à maintenir le statu quo, je voterai oui le 4 mars prochain. Une privatisation totale vaut mieux qu’une expansion constante des médias d’Etat qui serait fatale pour la démocratie.

partager l’article
Themen
par l’auteur
UDC conseiller national (ZH)
Articles
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018, de Albert Rösti
Il est grand temps que notre pays reprenne le contrôle de l’immigration sur son territoire et la... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018, de Thomas Matter
Sans contrôle et sans limitation de l’immigration, la Suisse sera étouffée par la surpopulation. Les 10 à... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018
Jamais encore la proportion d’étrangers dans la population résidante de Suisse n’a été aussi importante. La part... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018, de Natalie Rickli
Jusqu’à récemment encore, le principe élémentaire de la démocratie suisse faisait l’unanimité: c’est la volonté de la... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018, de Pierre-André Page
Les Suissesses et les Suisses savent que la liberté est le bien le plus précieux de leur... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018, de Magdalena Martullo
La libre circulation des personnes met notre marché du travail sous pression. L'Etat restreint de plus en... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018, de Barbara Steinemann
Une personne reconnue comme réfugié bénéficie des mêmes prestations de l’aide sociale qu’un Suisse qui a travaillé... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018, de Christoph Blocher
Il y a 25 ans le peuple suisse a décidé de conserver sa capacité d’agir en refusant... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018, de Toni Brunner
En acceptant en 2010 l’initiative pour le renvoi des étrangers criminels, le peuple suisse a exigé que... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018, de Adrian Amstutz
En vertu de l’accord de Dublin, la Suisse ne devrait accueillir que des requérants d’asile arrivant directement... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018, de Jean-François Rime
Jean-François Rime, conseiller national et chef d’entreprise, met en garde contre une soumission au diktat de Bruxelles... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018, de Roger Köppel
Jean-Claude Juncker, président de la Commission UE, a fait une visite d‘Etat à la Suisse en novembre... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018
La Cour européenne des droits de l’homme interdit à la Suisse d’expulser un délinquant étranger lire plus
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018, de Franz Grüter
«Edition Spéciale» en interview avec le conseiller national et chef d’entreprise Franz Grüter, président du conseil d’administration... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018, de Hans-Ueli Vogt
La démocratie directe est un des piliers de notre système politique. Elle est l’expression de l’autodétermination des... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018
La démocratie est un acquis que nous devons défendre tous ensemble et en permanence. A une époque... lire plus
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord