Participer

Pourquoi offrir un milliard à l’UE?

Pourquoi offrir un milliard à l’UE?

Jean-Claude Juncker, président de la Commission UE, a fait une visite d‘Etat à la Suisse en novembre dernier. Tout allait pour le mieux, en apparence du moins. La présidente de la Confédération Doris Leuthard était pleine d‘enthousiasme. Jean-Claude Juncker susurrait des douces paroles d‘amitié et parlait du beau temps. En contrepartie, le Conseil fédéral lui a promis un petit cadeau de 1,3 milliard de francs et Madame Leuthard a affirmé fièrement que ce don n‘était pas lié à des intérêts, donc que la Suisse ne demandait aucune contrepartie.

Abattue en plein vol
La suite, on la connaît: la diplomatie leuthardienne basée sur des cadeaux financiers a volé en éclat. Le cadeau n‘a rien rapporté. Gueule de bois à la Berne fédérale. Les déclarations lénifiantes de Juncker ont été suivies par un coup de poignard dans le dos de la présidente de la Confédération. Bruxelles – qui s‘en étonnera? – ne donne pas dans la politique d‘amitié, mais défend âprement ses intérêts. Le petit copain bruxellois de Madame Leuthard veut imposer par la force le mariage institutionnel de la Suisse avec l‘UE et soumettre notre pays aux juges UE.

Chantage
Concrètement, l‘UE exige que la Suisse reprenne à l‘avenir automatiquement le droit UE. En cas de divergence d‘opinion, la Cour de justice UE tranchera. Si la Suisse refuse, Bruxelles menace de prendre des mesures discriminant la place financière helvétique. Au moins savons-nous maintenant ce que l‘UE de Monsieur Juncker entend par amitié: c‘est l‘amitié d‘un parrain mafieux qui te casse amicalement le bras si tu t‘opposes à ses exigences.

Tromperie
La Suisse fait aujourd‘hui les frais du double jeu que le Conseil fédéral et ses diplomates jouent depuis des années: d‘un côté, on promet à Bruxelles qu‘on finira bien par rapprocher et faire entrer la Suisse rebelle dans l‘UE par la voie bilatérale, de l‘autre côté et face au public suisse, on assure que l‘objectif final n‘est rien d‘autre que l‘indépendance bilatérale. L‘UE a forcément fini par se rendre compte de cette tromperie et elle est furieuse. On peut même la comprendre.

Et la suite des événements?
Quelle sera la suite des événements? Il est grand temps que le Conseil fédéral parle clairement à l‘UE: la Suisse veut de bonnes relations avec l‘UE, mais elle ne veut pas adhérer à l‘UE et elle ne veut pas être encadrée par l‘UE. Elle ne veut pas reprendre automatiquement du droit UE et reconnaître des juges étrangers. Nous ne voulons pas non plus distribuer 1,3 milliard de francs à des pays qui, grâce à ce sponsoring, peuvent baisser leurs impôts pour attirer nos entreprises chez eux. Et nous voulons gérer nous-mêmes l‘immigration sur notre territoire.

Non à un mariage forcé
L‘UE n‘entendra pas avec plaisir ces déclarations, mais cela n‘est pas trop grave. L‘UE exige beaucoup de choses de la Suisse, mais la Suisse ne réclame rien de ce que pourrait lui donner l‘UE. Voici donc nos conseils à la Berne fédérale: respirer à fond et demeurer ferme; oui à de bonnes relations, mais non à un mariage forcé avec l‘Union européenne. Monsieur Juncker supportera cette offre amicale.

partager l’article
Themen
par l’auteur
UDC conseiller national (ZH)
Articles
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018, de Albert Rösti
Il est grand temps que notre pays reprenne le contrôle de l’immigration sur son territoire et la... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018, de Gregor Rutz
Les radios locales existent depuis 35 ans. Internet est populaire depuis près de 30 ans. Facebook a... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018, de Thomas Matter
Sans contrôle et sans limitation de l’immigration, la Suisse sera étouffée par la surpopulation. Les 10 à... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018
Jamais encore la proportion d’étrangers dans la population résidante de Suisse n’a été aussi importante. La part... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018, de Natalie Rickli
Jusqu’à récemment encore, le principe élémentaire de la démocratie suisse faisait l’unanimité: c’est la volonté de la... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018, de Pierre-André Page
Les Suissesses et les Suisses savent que la liberté est le bien le plus précieux de leur... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018, de Magdalena Martullo
La libre circulation des personnes met notre marché du travail sous pression. L'Etat restreint de plus en... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018, de Barbara Steinemann
Une personne reconnue comme réfugié bénéficie des mêmes prestations de l’aide sociale qu’un Suisse qui a travaillé... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018, de Christoph Blocher
Il y a 25 ans le peuple suisse a décidé de conserver sa capacité d’agir en refusant... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018, de Toni Brunner
En acceptant en 2010 l’initiative pour le renvoi des étrangers criminels, le peuple suisse a exigé que... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018, de Adrian Amstutz
En vertu de l’accord de Dublin, la Suisse ne devrait accueillir que des requérants d’asile arrivant directement... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018, de Jean-François Rime
Jean-François Rime, conseiller national et chef d’entreprise, met en garde contre une soumission au diktat de Bruxelles... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018
La Cour européenne des droits de l’homme interdit à la Suisse d’expulser un délinquant étranger lire plus
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018, de Franz Grüter
«Edition Spéciale» en interview avec le conseiller national et chef d’entreprise Franz Grüter, président du conseil d’administration... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018, de Hans-Ueli Vogt
La démocratie directe est un des piliers de notre système politique. Elle est l’expression de l’autodétermination des... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018
La démocratie est un acquis que nous devons défendre tous ensemble et en permanence. A une époque... lire plus
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord