Participer

Suisse-UE: renoncer à sa capacité d’agir, c’est...

Suisse-UE: renoncer à sa capacité d’agir, c’est perdre la partie

Il y a 25 ans le peuple suisse a décidé de conserver sa capacité d’agir en refusant le traité EEE/UE. Une marge de manœuvre indépendante et l’autodétermination sont des biens extrêmement précieux. Leur sauvegarde est la tâche première d’un pays souverain. Or, ces biens sont aujourd’hui en danger.

Il s’agit aujourd’hui, comme il y a 25 ans, d’empêcher l’adhésion de la Suisse à l’UE. Le Conseil fédéral avait à l’époque clairement exprimé son objectif dans son message adressé au Parlement: «Notre participation à l’EEE ne constitue pas le dernier mot de notre politique d’intégration. Elle doit être considérée dans le cadre d’une stratégie européenne qui se déroulera en deux phases et dont le but est l’adhésion pleine et entière de la Suisse à la CE.»

Bruxelles décide
Aujourd’hui, la classe politique nous pousse dans la même situation. La Suisse doit-elle se rattacher définitivement à l’UE ? L’UE commandera-t-elle à l’avenir en Suisse ? Bruxelles entend atteindre cet objectif par le biais d’un dit accord-cadre institutionnel. Et la classe politique, comme de coutume, lui cède et satisfait ce souhait monstrueux. La Suisse serait contrainte de reprendre automatiquement du droit UE sans que le peuple et les cantons n’aient un mot à dire. Ces prescriptions UE vont de l’immigration au commerce de marchandises, en passant par l’agriculture, les transports terrestres et aériens, etc. Les lois concernant la Suisse seraient à l’avenir faites à Bruxelles et non plus par le Parlement suisse et les citoyennes et citoyens du pays. L’interprétation des règles serait de la compétence de la Cour de justice UE, donc de juges étrangers. Si la Suisse n’accepte pas une de ces règles, Bruxelles a le droit de prendre des sanctions contre elle. La Suisse devrait renoncer à tous les avantages que lui offre sa situation en dehors de l’UE. Ce traité de soumission sonnerait le glas d’une Suisse autodéterminée et indépendante.

Coup d’Etat par la petite porte
Les principaux profiteurs d’un tel accord seraient les politiciens et les fonctionnaires qui pourraient continuer de voyager vers les lieux de conférence, discuter avec les instances de l’UE et appliquer les décisions de celles-ci sans se préoccuper des intérêts des citoyens concernés. Les entreprises, les cantons et les communes en supporteraient les conséquences. Aujourd’hui déjà, l’administration fédérale et les élus politiques tentent d’accaparer le pouvoir. Des décisions du peuple ne sont plus respectées. Le Tribunal fédéral place le droit international au-dessus du droit suisse démocratiquement légitimé par le peuple. Malgré des décisions claires et nettes du souverain, les étrangers criminels ne peuvent plus être expulsés et la Suisse doit subir une immigration énorme.

Le moment est venu d’agir
Que faut-il faire ?
1. La Suisse ne doit pas se rattacher à l’UE par le biais d’un accord-cadre institutionnel, mais demeurer un pays ouvert au monde et entretenir des relations neutres et faire du commerce avec tous les Etats, y compris l’UE. Devant les atermoiements de la classe politique, les citoyens doivent prendre les choses en main et décider dans l’urne.

2. Il faut veiller à ce qu’à l’avenir le peuple suisse ait à nouveau le dernier mot et qu’il ne soit pas mis sur la touche par le biais du droit international qui n’a pas de base démocratique. L’initiative pour l’autodétermination est une garantie dans ce sens. Donc: oui à l’initiative pour l’autodétermination.

3. La volonté du peuple et des cantons de gérer à nouveau de manière autonome l’immigration doit être enfin respectée. L’initiative de limitation y veille. Elle garantit une immigration modérée pour le bien de la population. Donc: signer l’initiative de limitation (voir la feuille de signatures encartée) ! Pour que nos enfants aient aussi un avenir dans la prospérité et la sécurité.

partager l’article
Themen
par l’auteur
UDC La direction du parti (ZH)
Articles
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018, de Albert Rösti
Il est grand temps que notre pays reprenne le contrôle de l’immigration sur son territoire et la... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018, de Gregor Rutz
Les radios locales existent depuis 35 ans. Internet est populaire depuis près de 30 ans. Facebook a... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018, de Thomas Matter
Sans contrôle et sans limitation de l’immigration, la Suisse sera étouffée par la surpopulation. Les 10 à... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018
Jamais encore la proportion d’étrangers dans la population résidante de Suisse n’a été aussi importante. La part... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018, de Natalie Rickli
Jusqu’à récemment encore, le principe élémentaire de la démocratie suisse faisait l’unanimité: c’est la volonté de la... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018, de Pierre-André Page
Les Suissesses et les Suisses savent que la liberté est le bien le plus précieux de leur... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018, de Magdalena Martullo
La libre circulation des personnes met notre marché du travail sous pression. L'Etat restreint de plus en... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018, de Barbara Steinemann
Une personne reconnue comme réfugié bénéficie des mêmes prestations de l’aide sociale qu’un Suisse qui a travaillé... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018, de Toni Brunner
En acceptant en 2010 l’initiative pour le renvoi des étrangers criminels, le peuple suisse a exigé que... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018, de Adrian Amstutz
En vertu de l’accord de Dublin, la Suisse ne devrait accueillir que des requérants d’asile arrivant directement... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018, de Jean-François Rime
Jean-François Rime, conseiller national et chef d’entreprise, met en garde contre une soumission au diktat de Bruxelles... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018, de Roger Köppel
Jean-Claude Juncker, président de la Commission UE, a fait une visite d‘Etat à la Suisse en novembre... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018
La Cour européenne des droits de l’homme interdit à la Suisse d’expulser un délinquant étranger lire plus
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018, de Franz Grüter
«Edition Spéciale» en interview avec le conseiller national et chef d’entreprise Franz Grüter, président du conseil d’administration... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018, de Hans-Ueli Vogt
La démocratie directe est un des piliers de notre système politique. Elle est l’expression de l’autodétermination des... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
01.02.2018
La démocratie est un acquis que nous devons défendre tous ensemble et en permanence. A une époque... lire plus
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord