Refus des initiatives scolaires à Bâle-Campagne

Edition spéciale Edition spéciale de février 2013

Thomas De Courten, conseiller national, responsable de la promotion économique, père de trois enfants, Rünenberg (BL)

La "fièvre Harmos" aidant, la réformite qui sévit dans le système scolaire de Bâle-Campagne a atteint un nouveau point culminant…

La "fièvre Harmos" aidant, la réformite qui sévit dans le système scolaire de Bâle-Campagne a atteint un nouveau point culminant. Personne ne sait réellement où cela va conduire, mais si les dépenses scolaires ne cessent d’augmenter, on ne peut pas dire autant du niveau de la formation scolaire, bien au contraire.

Affiche: protégez nos enfants contre la réformite de l’enseignement 3 x NON aux initiatives sur la formation
Question subsidiaire ou contreprojet
Comité interpartis contre les initiatives hors de prix sur l’enseignement, case postale 644, 4410 Liestal

Cela n’a pas empêché l’élite des enseignants – issus de la gauche politique et des écologistes, cela va sans dire – de lancer de nouvelles revendications: moins d’élèves, moins de travail, trajets plus courts. On prétexte le bien-être des enfants, mais en réalité on cherche avant tout son propre confort. Un procédé qui a même créé un malaise parmi les enseignants modérés. Mais les initiateurs sont tombés de haut.
L’UDC est entrée seule dans la campagne de votation. Personne d’autre n’osait toucher à cette vache sacrée de l’enseignement. Et le peuple a fini par enterrer les trois initiatives sur la formation. Une fois n’est pas coutume, le souverain ne s’est pas laissé prendre pour les belles déclarations sur le bien-être des enfants. Les initiateurs ont eu beau nier les coûts énormes de leurs propositions – au moins 30 millions – cela ne leur a servi à rien.
Ce refus clair et net des trois initiatives sur la formation est une preuve supplémentaire que les parents et toute la population en ont assez des restructurations et autres expérimentations à l’école. Quand est-ce que les théoriciens scolaires le comprendront enfin?

Thomas De Courten, conseiller national, responsable de la promotion économique, père de trois enfants, Rünenberg (BL)
 

 

partager l’article
Themen
Articles
Edition spéciale
31.10.2013
Edition spéciale
31.10.2013
Edition spéciale
31.10.2013
Edition spéciale
31.10.2013
Edition spéciale
31.10.2013
Edition spéciale
31.10.2013
Edition spéciale
31.10.2013
Edition spéciale
31.10.2013
Edition spéciale
31.10.2013
Edition spéciale
31.10.2013
Edition spéciale
31.10.2013
Edition spéciale
31.10.2013
Edition spéciale
31.10.2013
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse.Voir les détails Voir les détails
Je suis d'accord