Participer

Hausse migratoire et baisse du niveau scolaire

Hausse migratoire et baisse du niveau scolaire

Prenez une pâte scolaire quelconque. Apprêtez-la à la sauce égalitaire. Saupoudrez d’une bonne dose d’inclusion. Expurgez-en le savoir, puis intégrez, en remuant prudemment, le savoir-être dans la masse et vous obtiendrez le brouet de l’école moderne qui, au mépris des principes pédagogiques les plus élémentaires, veut formater l’homme nouveau, planétaire, libre de tout enracinement, ouvert jusqu’à l’incontinence et tolérant jusqu’au déni de soi-même.

Le dogme de l’égalité et celui de l’inclusion travaillent évidemment main dans la main pour créer une école où tout le monde réussit dès lors que les exigences sont sans cesse revues à la baisse. On ne lit plus les textes classiques parce qu’ils sont non seulement incompréhensibles pour les enfants d’immigrés, mais qu’ils risquent en plus d’être perçus comme étant méprisants pour eux. Dans la même veine, on se coupe de ses racines culturelles en interdisant certaines chansons de Noël et fêtes traditionnelles tout en réécrivant l’histoire à la sauce politiquement correcte dans un élan inédit de culpabilisation et d’autocensure. Les immigrés n’en demandent pas tant. Ils sont venus chez nous pour obtenir des chances de vie. Celles-ci sont liées à la qualité. À l’exigence. Au sens du travail bien fait. À la discipline et à une intégration progressive et intelligente. L’éducation à la sauce socialiste, en faisant chuter le niveau, pénalise ceux qu’elle prétend aider: les basses couches sociales, les immigrés, les plus fragiles, qui n’ont que l’école publique pour ascenseur social, puisqu’ils ne peuvent se payer des écoles privées et de fastidieuses années propédeutiques en vue de corriger sur le tard ce qui n’a pas été enseigné au niveau élémentaire et secondaire.

Le nivellement par le bas induit par un égalitarisme forcené devient ainsi le plus grand vecteur d’inégalité. L’inclusion à tout prix d’enfants ne maîtrisant pas nos langues nationales renforce massivement ce nivellement. Il participe pour une bonne part à la baisse du niveau scolaire constaté en occident ces dernières décennies. Au lieu de préparer les enfants d’immigrés – dans des classes spéciales – à leur intégration ultérieure dans les classes ordinaires, on pénalise tout le monde en organisant un fourre-tout indescriptible qui nuit autant au fort qu’au faible et pousse les enseignants au désespoir.

Au mépris des réalités, on fait croire aux citoyens que l’immigration en Suisse ne concerne que des gens d’un haut niveau d’éducation et on tait honteusement la masse des immigrants qui n’ont absolument aucune formation digne de ce nom. Ajoutez à cela la lente progression de ghettos culturels défavorables à l’intégration, des traditions religieuses hostiles à toute adaptation à la vie en Suisse et ses valeurs démocratiques et une criminalité massive importée ou induite par la précarité et vous avez une bombe à retardement prête à exploser. Le racket devient une réalité dans les préaux d’école, la drogue s’y installe insidieusement et les enseignants, au lieu d’être des pédagogues, deviennent de plus en plus des dompteurs. On a beau démultiplier les intervenants dans des classes explosées, privées de toute cohésion, le mal est fait. Pour y remédier, il faut que la Suisse reprenne la haute main sur sa politique migratoire, afin de lui donner un cadre crédible et de pouvoir gérer les flux migratoires sans péjorer la qualité de nos écoles et de notre formation. L’immigration de masse se fait au détriment de la qualité.

Il vaut mieux laisser entrer moins de monde, mais mieux intégrer ceux qui viennent. Voilà pourquoi j’invite les citoyennes et les citoyens suisses à voter OUI à l’initiative pour une immigration modérée le 27 septembre prochain.

partager l’article
par l’auteur
Oskar Freysinger
UDC Chef de campagne pour la Suisse romande (VS)
Articles
Edition spéciale
partager l’article
31.08.2020
Fin de la libre circulation des indépendants et salariés: le blog de François Schaller sur le site... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
31.08.2020, de Thomas Aeschi
Une immigration dictée par l’UE provoque des dommages irréparables dans notre structure politique et détruit la Suisse... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
31.08.2020
La Suisse profite-t-elle des accords bilatéraux I et de la libre circulation des personnes? Selon une récente... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
31.08.2020, de Adrian Amstutz
L'initiative pour le renvoi des étrangers criminels, approuvée en 2010, n'est pas appliquée. La fameuse « clause... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
31.08.2020, de Pierre-Alain Schnegg
En tant que pays souverain, la Suisse a le droit d'admettre chez elle toute personne étrangère souhaitant... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
31.08.2020, de Martina Bircher
Quelles sont les combines des ressortissants de l’UE pour tromper le système et s'installer directement dans le... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
31.08.2020, de Yves Nidegger
Privée de matières premières, la Suisse fonde sa prospérité sur l’excellente formation de ses habitantes et habitants.... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
31.08.2020, de Candidat Conseil national Timon Gavallet
Depuis l'introduction de la libre circulation des personnes en 2007, la population de la Suisse a augmenté... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
31.08.2020, de Andreas Glarner
La libre circulation des personnes menace nos institutions sociales. C'est notamment vrai pour les immigrants de pays... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
31.08.2020, de Jean-Luc Addor
Avec le Conseil fédéral, une alliance troublante de la gauche internationaliste et du lobby mondialiste du grand... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
31.08.2020, de Jean-Daniel Chardonnens
La libre circulation des personnes provoque un afflux croissant de ressortissants de l’UE en Suisse. Ces personnes... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
31.08.2020, de Pierre-André Page
A première vue, l’argument semble farfelu: l’initiative populaire «Pour une immigration modérée» menacerait notre environnement, notre nature... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
31.08.2020, de Magdalena Martullo
Chef d'entreprise aux activités internationales, Magdalena Martullo sait que l'économie de nombreux pays membres de l'UE est... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
31.08.2020, de Thomas Matter
Le conseiller national et chef d'entreprise Thomas Matter tord le cou à la légende selon laquelle les... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
31.08.2020
Le gouvernement, les associations économiques et plusieurs médias ont déjà lancé la campagne contre l'initiative de limitation.... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
31.08.2020, de Michaël Buffat
Plus d'un million de personnes ont immigré en Suisse depuis l'introduction de la libre circulation des personnes.... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
31.08.2020, de Marco Chiesa
Aujourd’hui, les régions frontalières souffrent des conséquences négatives de la libre circulation des personnes. Si nous ne... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
31.08.2020, de Jean-Pierre Grin
La crise du coronavirus a révélé combien notre société est vulnérable et dépendante. Elle nous a fait... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
31.08.2020, de Ueli Maurer
L'économie de chaque pays se compose principalement de trois facteurs de production: le sol, le capital et... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
31.08.2020, de Céline Amaudruz
La crise provoquée par la pandémie Covid-19 a clairement révélé que l’UE ne fonctionne que quand tout... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
31.08.2020
La Suisse est un petit pays qui ne peut pas accueillir un nombre illimité de personnes. On... lire plus
Union démocratique du centre UDC
Tel.031 300 58 58 – fax031 300 58 59 – E-Mail:info@udc.ch – PC:30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord