Participer

«Si nous voulons conserver nos salaires et notr...

«Si nous voulons conserver nos salaires et notre qualité de vie, nous devons décider nous-mêmes combien d’immigrants nous acceptons!»

Chef d’entreprise aux activités internationales, Magdalena Martullo sait que l’économie de nombreux pays membres de l’UE est au bord de l’abîme. L’explosion du chômage dans l’UE poussera encore plus de personnes à venir en Suisse. C’est possible grâce à la libre circulation des personnes bien qu’en Suisse aussi la population souffre de la crise économique. Il est donc plus urgent que jamais que la Suisse reprenne le contrôle de l’immigration pour éviter d’être submergée par une vague de main-d’œuvre bon marché en provenance de l’UE, constate la conseillère nationale.

Madame Martullo, vous dirigez une entreprise internationale qui a son siège en Suisse et qui exporte ses produits dans le monde entier. La pandémie Covid-19 a déclenché une crise mondiale. Comment évaluez-vous la situation économique?

Nous allons ressentir encore longtemps les conséquences économiques de cette crise. La relance sera lente, car les conséquences du confinement ont durement frappé les entreprises et les particuliers du monde entier.

Quelles en sont les conséquences pour l’économie suisse?

L’économie suisse a perdu environ 20% de sa performance habituelle. Certaines branches, comme la gastronomie, ont été durement touchées. L’industrie d’exportation mettra longtemps à retrouver son niveau d’avant la crise. Environ 100’000 emplois pourraient disparaître d’ici à la fin de l’année. Les jeunes travailleurs et les seniors en seront les principales victimes.

Quelles mesures faut-il prendre en Suisse?

Il est important que nous garantissions d’abord des emplois aux indigènes. Des immigrants ne doivent être acceptés que pour les postes pour lesquels on ne trouve personne en Suisse. Or, une étude a révélé que seul un immigrant sur cinq travaille dans un secteur où il y a pénurie de personnel. Quatre étrangers sur cinq ne viennent donc pas parce que le marché du travail a besoin d’eux, mais uniquement parce qu’ils peuvent immigrer librement. Ils évincent de leurs places de travail les Suisses et les étrangers qui sont déjà ici. Au Tessin, l’immigration a baissé les salaires de 20%. Si nous voulons conserver nos salaires et notre qualité de vie, nous devons reprendre la main sur l’immigration. Tous les pays du monde agissent de la sorte ! Pourquoi pas la Suisse ?

La crise provoquera-t-elle une nouvelle vague d’immigration en Suisse?

Evidemment! Le chômage augmente massivement dans tous les pays membres de l’UE. Les programmes de relance agissent trop lentement ou restent sans effet. Voilà pourquoi de nombreux citoyens de l’UE tentent leur chance en Suisse. La crise due à la pandémie Covid-19 augmentera cette immigration qui est déjà démesurée.

Cheffe d’entreprise aux activités internationales, vous connaissez fort bien les défis que doit relever l’industrie d’exportation suisse. Le 27 septembre le peuple suisse vote sur l’initiative de limitation qui redonne à la Suisse les moyens de gérer elle-même l’immigration. Quels en sont les avantages pour l’économie suisse?

Les professionnels dont l’économie a besoin et qui ne sont pas disponibles en Suisse doivent pouvoir immigrer simplement et sans obstacle bureaucratique. En revanche, il n’est pas acceptable d’engager des étrangers uniquement parce qu’ils sont moins chers. Un ressortissant de l’UE a droit aux indemnités de chômage suisses dès son premier jour d’engagement s’il a travaillé au préalable à l’étranger et nous versons aussi des indemnités de chômage à l’étranger. Ces prétendus chômeurs, nous ne les voyons jamais, mais nous les entretenons avec les prélèvements sur nos salaires. Ces abus doivent cesser. Nous pouvons corriger la situation en veillant à une immigration mesurée.

Les adversaires de l’initiative de limitation prétendent que l’économie suisse ne pourra plus recruter de la main-d’œuvre étrangère en cas d’acceptation de l’initiative. Quelle est votre position?

Pourquoi ne pourrait-on plus recruter du personnel à l’étranger? Nous reprendrons tout simplement l’immigration en main, souverainement, au lieu de nous laisser submerger par un afflux de ressortissants de l’UE. La majorité des immigrants actuels ne répondent d’ailleurs pas aux besoins de l’économie suisse. Pour les entreprises, il est bien sûr plus simple et moins cher de pouvoir recruter parmi 450 millions de ressortissants de l’UE que de devoir engager d’abord les indigènes. Les Suissesses et les Suisses doivent avoir la priorité. C’est ainsi que les choses se passent dans le monde entier. Si nous voulons engager un étranger aux Etats-Unis, en Chine, au Mexique ou au Japon, nous n’obtenons un permis d’immigration que si nous pouvons prouver que nous ne trouvons pas la personne adéquate sur place. En cas de oui à l’initiative de limitation, nous pourrons continuer de recruter à l’étranger, mais nous déciderons nous-mêmes qui a le droit de venir.

On affirme aussi que l’économie suisse n’aurait plus accès au marché intérieur de l’UE. Est-ce vrai?

C’est évidemment faux. L’accès au marché pour les exportations n’est pas réglé par l’accord de libre circulation des personnes, mais par l’accord de libre-échange de 1972. De plus, il y a les règles de l’OMC sur le libre commerce. L’initiative de limitation donne au Conseil fédéral douze mois pour négocier une nouvelle solution concernant la circulation des personnes. S’il n’y parvient pas, il doit résilier l’accord. Il est à mon avis très peu probable que l’UE laisse aller les choses jusque-là, car elle tire trop d’avantages des accords bilatéraux I. Et si elle le fait quand même? Alors nous négocierions de nouveaux et de meilleurs accords bilatéraux. En outre, croyez-vous que nos clients étrangers achètent des produits suisses à cause de l’accord de libre circulation? Absolument pas! Les clients achètent des produits suisses à cause de leur bonne qualité et ils continueront d’agir de la sorte.

La Grande-Bretagne a quitté l’UE notamment à cause de la libre circulation des personnes. En France on discute également d’une préférence nationale et en Allemagne le parti CDU demande une restriction de l’immigration. Est-ce le début de la fin de la libre circulation des personnes?

L’augmentation du chômage met les gouvernements sous pression et les force à assurer en priorité les emplois de leur propre population. Il n’est pas étonnant qu’à côté de la Suisse, la Grande-Bretagne et la France aient également compris à quel point la libre circulation des personnes est désavantageuse pour leur population. La réalité est que le gouvernement suisse n’a jamais vraiment négocié avec Bruxelles concernant l’immigration ! Avec son taux d’étrangers exceptionnellement élevé de plus de 25%, la Suisse pourrait de toute manière invoquer diverses règlementations d’exception, comme elle l’a fait face à la pandémie Covid-19. L’initiative de limitation fait clairement comprendre au Conseil fédéral que l’immigration illimitée ne peut pas continuer et qu’il doit négocier une meilleure solution avec l’UE!

partager l’article
par l’auteur
UDC conseillère nationale (GR)
Articles
Edition spéciale
partager l’article
31.08.2020
Fin de la libre circulation des indépendants et salariés: le blog de François Schaller sur le site... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
31.08.2020, de Thomas Aeschi
Une immigration dictée par l’UE provoque des dommages irréparables dans notre structure politique et détruit la Suisse... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
31.08.2020
La Suisse profite-t-elle des accords bilatéraux I et de la libre circulation des personnes? Selon une récente... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
31.08.2020, de Adrian Amstutz
L'initiative pour le renvoi des étrangers criminels, approuvée en 2010, n'est pas appliquée. La fameuse « clause... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
31.08.2020, de Pierre-Alain Schnegg
En tant que pays souverain, la Suisse a le droit d'admettre chez elle toute personne étrangère souhaitant... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
31.08.2020, de Martina Bircher
Quelles sont les combines des ressortissants de l’UE pour tromper le système et s'installer directement dans le... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
31.08.2020, de Yves Nidegger
Privée de matières premières, la Suisse fonde sa prospérité sur l’excellente formation de ses habitantes et habitants.... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
31.08.2020, de Oskar Freysinger
Prenez une pâte scolaire quelconque. Apprêtez-la à la sauce égalitaire. Saupoudrez d’une bonne dose d’inclusion. Expurgez-en le... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
31.08.2020, de Candidat Conseil national Timon Gavallet
Depuis l'introduction de la libre circulation des personnes en 2007, la population de la Suisse a augmenté... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
31.08.2020, de Andreas Glarner
La libre circulation des personnes menace nos institutions sociales. C'est notamment vrai pour les immigrants de pays... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
31.08.2020, de Jean-Luc Addor
Avec le Conseil fédéral, une alliance troublante de la gauche internationaliste et du lobby mondialiste du grand... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
31.08.2020, de Jean-Daniel Chardonnens
La libre circulation des personnes provoque un afflux croissant de ressortissants de l’UE en Suisse. Ces personnes... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
31.08.2020, de Pierre-André Page
A première vue, l’argument semble farfelu: l’initiative populaire «Pour une immigration modérée» menacerait notre environnement, notre nature... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
31.08.2020, de Thomas Matter
Le conseiller national et chef d'entreprise Thomas Matter tord le cou à la légende selon laquelle les... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
31.08.2020
Le gouvernement, les associations économiques et plusieurs médias ont déjà lancé la campagne contre l'initiative de limitation.... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
31.08.2020, de Michaël Buffat
Plus d'un million de personnes ont immigré en Suisse depuis l'introduction de la libre circulation des personnes.... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
31.08.2020, de Marco Chiesa
Aujourd’hui, les régions frontalières souffrent des conséquences négatives de la libre circulation des personnes. Si nous ne... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
31.08.2020, de Jean-Pierre Grin
La crise du coronavirus a révélé combien notre société est vulnérable et dépendante. Elle nous a fait... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
31.08.2020, de Ueli Maurer
L'économie de chaque pays se compose principalement de trois facteurs de production: le sol, le capital et... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
31.08.2020, de Céline Amaudruz
La crise provoquée par la pandémie Covid-19 a clairement révélé que l’UE ne fonctionne que quand tout... lire plus
Edition spéciale
partager l’article
31.08.2020
La Suisse est un petit pays qui ne peut pas accueillir un nombre illimité de personnes. On... lire plus
Union démocratique du centre UDC
Tel.031 300 58 58 – fax031 300 58 59 – E-Mail:info@udc.ch – PC:30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord